D’importants aménagements envisagés pour le Foro Italico

Enceinte emblématique de la capitale italienne depuis l’organisation des Jeux Olympiques en 1960, le Foro Italico est un parc sportif en constante évolution.

Pensé autour du Stade Olympique et de ses près de 73 000 places, le Foro Italico compte également plusieurs équipements multifonctionnels d’ampleur, à l’instar des trois pistes d’athlétisme existantes, des structures dédiées aux sports aquatiques (sept piscines dont deux bassins intérieurs) et des courts de tennis. Implantés au mieux dans l’espace urbain et paysager, ces divers équipements accueillent régulièrement des manifestations et rencontres internationales comme par exemple le Masters 1000 de tennis.

Aussi, afin de conforter la place du Foro Italico sur l’échiquier sportif par delà les frontières italiennes, la Giunta – l’organe de gouvernance de la Ville de Rome – a approuvé une résolution présentée par Daniele Frongia et Luca Montuori, respectivement Conseiller pour le sport, les politiques de la jeunesse et les grands événements, et Conseiller pour la planification urbaine.

Concrètement, ladite résolution – qui doit encore être validée par les élus municipaux et les autorités nationales – vise à mettre en œuvre un projet de modernisation de l’enceinte avec en particulier la mise en à niveau de deux équipements-clés.

Vue du Centrale del Tennis du Foro Italico (Crédits – Internazionali BNL d’Italia / Page Facebook)

Ce projet, qui sera porté par l’autorité de gestion Sport e salute SpA, se développera d’une part autour du Court Central de 10 400 places servant à la réception des compétitions tennistiques, mais aussi à des rencontres de volley-ball ou encore à des manifestations culturelles.

A partir d’un concours international de design pour le réaménagement architectural et la modernisation du site, le projet devrait notamment conduire à l’installation d’une toiture rétractable au-dessus de l’édifice inauguré en 2010 en lieu et place d’une première structure de 8 000 places.

Espérée depuis au moins six années, selon le Président de la Fédération Italienne de Tennis, Angelo Binaghi, qui s’était exprimé sur le sujet en mai 2019, la couverture du Central assurera la pérennité du Masters 1000.

A lui seul, cet aménagement, qui pourrait s’accompagner d’un rehaussement significatif de la capacité d’accueil (12 000 places), devrait nécessiter un investissement de 15 millions d’euros.

Vue du Stadio Olimpico de Rome lors d’une messe du Pape François, le 1er juin 2014 (Crédits – CONI / Ferdinando Mezzelani)

Le projet se focalisera d’autre part sur la réhabilitation du fameux Stadio Olimpico.

Des travaux devraient ainsi être menés dans la salle de presse, mais également dans les tribunes du stade avec l’installation de sièges supplémentaires et une accessibilité améliorée pour les personnes en situation de handicap. De nouveaux espaces de restauration devraient en outre être aménagés dans et autour de l’imposant bâtiment.

Les travaux de rénovation du Stade Olympique – qui interviendront après de précédents chantiers menés en 1990, en 2008 et en 2012 – permettront à l’enceinte italienne d’accueillir dans des conditions optimales les matchs prévus dans le cadre de l’UEFA EURO 2020 de football, à savoir pour Rome, trois matchs de groupe – dont le match d’ouverture – et un quart de finale.

Vue du Centrale del Tennis du Foro Italico avec, au loin, le toit du Stade Olympique de Rome (Crédits – Internazionali BNL d’Italia / Page Facebook)

Au cours des années passées, le site du Foro Italico a été l’un des arguments majeurs des candidatures de Rome à l’organisation des Jeux d’été de 2020 et de ceux de 2024.

Si les deux candidatures furent in fine abandonnées pour des raisons politiques, les deux projets développés avaient toutefois mentionnés des éléments intéressants quant à la place que souhaitait alors donner le Mouvement olympique italien au Foro Italico.

Pour 2020, les porteurs de la candidature de Rome avait ainsi préconisé l’aménagement d’un nouveau complexe tennistique dans le secteur du Palais des Congrès et du Centre des Expositions de Nuova Fiera di Roma.

Pas moins de dix courts de tennis auraient alors été construits avec dans le détail, trois courts principaux d’une capacité respective de 10 000, 5 000 et 3 000 places, et sept courts annexes d’une capacité de 250 places.

Dans la zone du Foro Italico, le Stade de tennis aurait pour sa part été temporairement converti pour permettre la tenue des épreuves aquatiques. De fait, le Court Central aurait été hôte du tournoi olympique de water-polo (9 000 places), tandis que les deux autres courts majeurs auraient pu abriter le plongeon et la natation synchronisée (5 000 places chacun).

Pour les deux complexes sportifs pré-mentionnés, des aménagements importants auraient toutefois nécessité la mobilisation des pouvoirs publics avec un investissement estimé à l’époque à 58,6 millions de dollars pour le Centre de Tennis et à 94,5 millions de dollars pour la reconversion temporaire des équipements du Foro Italico.

Ce choix – pouvant paraître ambitieux au premier abord, compte-tenu de l’existence d’un site reconnu pour les compétitions de tennis – se voulait surtout être un lien avec le Stadio del Nuoto, également existant, limitrophe du Stade de tennis et habitué à recevoir des événements aquatiques. Ce stade aurait ainsi pu accueillir les épreuves olympiques et paralympiques de natation avec une capacité de 12 000 places.

Le Stadio Olimpico enfin aurait bien évidemment été mobilisé pour la réception des Cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux, mais aussi pour l’organisation des épreuves olympiques et paralympiques d’athlétisme et de la finale du tournoi olympique de football.

Vue aérienne du Foro Italico (Crédits – CONI)

Pour 2024, le concept des Jeux avait été modulé et adapté mais toujours avec une répartition des épreuves et compétitions pré-citées.

En lieu et place de la proposition du Nuova Fiera di Roma, les porteurs du projet avait en effet préféré localiser les compétitions tennistiques au sein d’un complexe temporaire qui aurait alors été aménagé sur le secteur de Tor Vergata qui aurait par ailleurs abrité le Village des Athlètes. Avec cette proposition, trois courts principaux auraient été édifiés (10 000, 8 000 et 5 000 places) de même que sept courts complémentaires d’une capacité de 500 places.

Sur le site du Foro Italico, la mise en œuvre du projet de Rome 2024 aurait là-aussi apporté des modifications au concept proposé quelques années auparavant par Rome 2020.

De fait, le Stadio del Nuoto aurait à lui-seul accueilli la natation et la natation synchronisée avec une capacité rehaussée à 15 000 places. Le Centrale del Tennis aurait, comme pour 2020, pu être l’écrin du tournoi de water-polo (9 000 places), tandis que le Stadio Pietrangeli aurait pu recevoir le tournoi de plongeon (6 000 places).

Pour le Stade Olympique, les porteurs de la candidature italienne avaient respecté la promesse de 2020, avec la tenue des Cérémonies, des épreuves d’athlétisme et de la finale du tournoi olympique de football, tout en y ajoutant le match pour la troisième place dudit tournoi.

_________________________

Indépendante, la plateforme d’information « Sport & Société » fonctionne grâce au soutien de ses lecteurs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.