Milan-Cortina 2026 veut dès à présent se mettre au travail

Au lendemain de la désignation de Milan-Cortina 2026 comme Ville Hôte des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de 2026, l’équipe lauréate veut profiter de cette nouvelle dynamique pour mettre en œuvre son projet.

Déjà, bien avant l’élection de la Ville Hôte, les leaders du Comité de Candidature avaient évoqué la possibilité d’enclencher rapidement la vitesse supérieure pour entrer dans une phase préparatoire à la tenue des Jeux en cas de succès devant la Session du CIO.

Au centre, le Président du Comité Olympique Italien (CONI), Giovanni Malago, et le Président du Comité International Olympique (CIO), Thomas Bach, lors de la signature du Contrat Ville Hôte, le 24 juin 2019 (Crédits – CIO / Greg Martin)

Dès le mois de mai par exemple, en marge de la tenue du SportAccord Summit à Gold Coast (Australie), Milan-Cortina 2026 avait précisé le modèle de gouvernance souhaité pour l’après 24 juin 2019.

A ce moment-là, la candidature avait notamment annoncé que le Président du Comité Olympique Italien (CONI), Giovanni Malago, prendrait la tête du Comité d’Organisation des Jeux. Milan-Cortina 2026 avait également fait savoir qu’un Directeur Général issu du monde économique serait nommé aux côtés de Giovanni Malago pour seconder ce dernier dans sa mission de livrer les troisièmes Jeux d’hiver de l’histoire de l’Italie.

Peu après le scrutin d’hier, la réaction de Giovanni Malago n’a fait que confirmer la motivation de l’équipe transalpine et le leadership du Président du CONI :

C’est là un résultat très, très important. Pas pour moi, mais pour l’ensemble du pays. Je suis particulièrement fier de cette équipe fantastique que nous avons formée tous ensemble.

Au départ, c’était assez compliqué… ce que nous avons réussi à faire cette après-midi est parfaitement à l’image de mon pays. Merci à vous tous !

Pour Giovanni Malago – récemment entré au sein du CIO – la victoire de l’attelage Milan-Cortina est aussi un succès personnel, lui qui a longtemps milité en vain pour une candidature olympique et paralympique italienne, avant les retraits successifs de Rome 2020 et de Rome 2024.

Le cheminement ayant abouti à la victoire d’hier doit d’ailleurs être mis en perspective avec les propos tenus en amont de l’abandon de la Ville Éternelle de la course aux Jeux de 2024. Pessimiste quant aux chances de revoir à court terme une candidature transalpine, Giovanni Malago – alors interrogé par le quotidien italien « La Repubblica » en septembre 2016 – avait en effet affirmé :

Pour les 30 ou 50 ans qui viennent, nous dirons au revoir aux Jeux.

[…] La candidature est devenue un jeu complexe qui ne concerne plus seulement le sport, mais qui est désormais orienté pour moitié par la politique.

Fort du succès de la candidature lombarde et vénitienne pour 2026 – qu’il a en partie sauvé grâce à ses efforts de diplomatie avec les autorités locales et nationales – Giovanni Malago va désormais prendre de nouvelles responsabilités et une stature d’importance, en laissant peut-être les rênes du CONI à l’un de ses collègues du Foro Italico.

Giovanni Malago, Président du Comité Olympique Italien (CONI), le 24 juin 2019 (Crédits – CIO / Greg Martin)

Les semaines et mois à venir permettront en tout cas l’émergence du Comité d’Organisation en lieu et place du Comité de Candidature et ce, une fois que les dernières dépenses engagées par ce dernier auront été soldées. A compter de ce changement structurel, la mise en œuvre du projet pourra réellement s’enclencher, avec aussi l’octroi d’une contribution financière de la part du CIO.

Pour l’échéance de 2026, l’institution prévoit ainsi de fournir quelques 925 millions de dollars (812,3 millions d’euros) à Milan-Cortina 2026.

Une manière pour le CIO d’illustrer sa participation à l’établissement de Jeux durables reposant, dans le cas du projet italien, sur l’utilisation de 93% de sites existants répartis entre les régions de Milan et de Cortina d’Ampezzo.

Le dialogue régulier avec l’institution olympique permettra quoiqu’il en soit d’affiner ledit projet et de lever les problématiques qui ont pu se poser durant la phase de candidature, que cela concerne l’acheminement des athlètes en prévision des Cérémonies d’ouverture et de clôture ou encore l’utilisation du Stade San Siro.

Si l’ouverture des Jeux d’hiver de 2026 devrait être maintenue au cœur de la mythique enceinte milanaise, le devenir de cette dernière paraît aujourd’hui scellé avec la volonté des dirigeants sportifs locaux de bâtir un autre stade.

_________________________

Indépendante, la plateforme d’information « Sport & Société » fonctionne grâce au soutien de ses lecteurs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.