Rio 2016 : Lula et Dilma Rousseff n’assisteront pas à la Cérémonie d’ouverture

Le 05 août prochain, Michel Temer sera seul maître à bord. Le Président par intérim du Brésil ouvrira en effet les Jeux Olympiques de Rio 2016 sans la présence de ses deux prédécesseurs : Lula et Dilma Rousseff.

Ces absences – d’ores et déjà remarquées – constituent un revers pour le Comité d’Organisation des Jeux.

L’ancien Président du CIO, Jacques Rogge ; le Président du Comité d’Organisation de Rio 2016, Carlos Arthur Nuzman et l’ex-Président du Brésil, Lula lors de la signature du Contrat Ville-Hôte (Crédits – Rio 2016 / Arnaud Meylan)
L’ancien Président du CIO, Jacques Rogge ; le Président du Comité d’Organisation de Rio 2016, Carlos Arthur Nuzman et l’ex-Président du Brésil, Lula lors de la signature du Contrat Ville-Hôte (Crédits – Rio 2016 / Arnaud Meylan)

En effet, Lula a grandement contribué à l’attribution des Jeux au Brésil et ce, en s’engageant personnellement dans la bataille face à des villes comme Madrid (Espagne), Tokyo (Japon) et Chicago (États-Unis). Le charismatique Président avait même fait le voyage jusqu’à Copenhague (Danemark) afin de délivrer un discours percutant à l’attention des membres électeurs du Comité International Olympique (CIO).

Malgré la présence sur place du couple présidentiel américain, Barack et Michelle Obama, et de la Reine Sofia d’Espagne, la candidature de Rio de Janeiro était parvenue, le 02 octobre 2009, à rafler la mise en décrochant l’organisation des premiers Jeux Olympiques de l’histoire de l’Amérique du Sud.

Après avoir obtenu la Coupe du Monde de football 2014, Lula avait ainsi réussi son pari de faire entrer le Brésil dans la cour des grandes nations capables d’organiser les événements sportifs les plus importants.

Pour Dilma Rousseff, l’action a certes été moins spectaculaire et symbolique, mais la Présidente – récemment écartée du pouvoir – a toutefois gérer l’état d’avancement des travaux tout en apportant les financements de l’État Fédéral nécessaire au bouclage des investissements, notamment sur le plan de l’aménagement urbain ou de la délimitation de la politique de sécurité.

Dilma Rousseff a accueilli la flamme olympique des JO 2016, le 03 mai à son arrivée à Brasilia (Crédits - Rio 2016 / Célio Messias)
Dilma Rousseff a accueilli la flamme olympique des JO 2016, le 03 mai à son arrivée à Brasilia (Crédits – Rio 2016 / Célio Messias)

Dans les deux cas, Lula et Dilma Rousseff ont chacun œuvré pour permettre l’ouverture du plus grand événement sportif et médiatique de la planète.

Si Lula n’a pas fait connaître les raisons de son absence, Dilma Rousseff a en revanche justifié la sienne pour deux raisons majeures. Souhaitant préparer au mieux sa défense dans le cadre de son procès à venir, elle a surtout souligné le fait qu’elle n’entendait pas jouer les seconds rôles en ce qui concerne le déroulement des festivités olympiques.

Si l’ouverture officielle paraissait peu probable compte tenu de son éviction de la Présidence, Dilma Rousseff espérait sans doute figurer en bonne place dans la tribune présidentielle.

Or, si sa présence avait été confirmée, l’ex-Présidente aurait du prendre place dans la tribune inférieure, autrement dit, sous la tribune accueillant les officiels brésiliens et les responsables du Comité d’Organisation et surtout du Mouvement Olympique.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s