JO 2024 : Hambourg se tourne vers l’avenir avec un budget global de 12,35 milliards d’euros

Cette semaine, les autorités porteuses de la candidature olympique et paralympique de Hambourg 2024 ont présenté un plan détaillé de financement des Jeux et ce, dans un souci de transparence à l’égard des citoyens qui seront appelées aux urnes, pour le référendum du 29 novembre 2015.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la candidature allemande a su mettre les petits plats dans les grands.

Au travers d’un document de près de 120 pages, Hambourg 2024 dévoile un budget global – comprenant la partie qui incombera au Comité d’Organisation (COJO), la partie hors-COJO ainsi que les dépenses ultérieures – de 12,353 milliards d’euros.

Total des dépenses entre la phase A (2017-2024), la phase B (2025-2027) et la phase C (jusqu'en 2040).
Total des dépenses envisagées entre la phase A (2017-2024), la phase B (2025-2027) et la phase C (jusqu’en 2040).

Ainsi, la candidature présente des données qui ne concernent pas uniquement l’organisation stricto-sensu des Jeux, mais bien plus largement, la planification d’une transformation territoriale majeure pour la cité portuaire de l’Elbe jusqu’à l’horizon 2040.

De fait, les dépenses de la phase A – autrement dit, les dépenses liées à la préparation des Jeux (2017-2024) – s’établiraient à 11,218 milliards d’euros, dont 3,631 milliards consacrés aux sites sportifs et au Parc Olympique de Kleiner Grasbrook.

Sur ce point, la mise en état du site portuaire et industriel prévu pour accueillir le Parc Olympique nécessiterait un investissement de l’ordre de 1,317 milliards d’euros, soit bien moins que les estimations formulées par les opposants à la candidature de Hambourg.

Le volet sécurité des Jeux représenterait pour sa part un coût de 461 millions d’euros selon les autorités locales, tandis que les éléments relatifs à la mobilité et aux déplacements du public et des athlètes représenteraient des investissements de 2,111 milliards d’euros.

En ce qui concerne les dépenses de la phase B et C – autrement dit, les dépenses liées à la remise en état et à la reconversion des sites (2025-2027 puis jusqu’en 2040) – ces dernières représenteraient quelques 1,135 milliard d’euros de dépenses.

Répartition des dépenses selon les volets COJO, hors-COJO et au regard des investissements indirects.
Répartition des dépenses selon les volets COJO, hors-COJO et au regard des investissements indirects.

Sur ces données d’ensemble, les dépenses liées au COJO se chiffreraient à 3,395 milliards d’euros, tandis que les dépenses hors-COJO seraient d’un montant de 6,591 milliards d’euros. Les coûts indirects – parmi lesquels la dépollution et la mise en état du site de Kleiner Grasbrook – seraient quant à eux d’un niveau de 2,367 milliards d’euros.

Souci principal des autorités locales et fédérales, la participation des contribuables a d’ores et déjà été mentionnée. Elle s’établirait à 7,4 milliards d’euros, dont 1,2 milliard à la charge exclusive de la Ville de Hambourg.

Précision importante et non-négligeable, les différentes données chiffrées ont été calculées sur la base de l’inflation et se réfèrent donc à un niveau qui serait envisageable au cours de l’année 2024.

Visuel des trois principaux équipements sportifs de Kleiner Grasbrook, avec de gauche à droite, le Centre Aquatique, le Stade Olympique et la Halle Olympique (Crédits – Hambourg 2024 / Visualisierungen HH Vision, Luftbilder Matthias Friedel)
Visuel des trois principaux équipements sportifs de Kleiner Grasbrook, avec de gauche à droite, le Centre Aquatique, le Stade Olympique et la Halle Olympique (Crédits – Hambourg 2024 / Visualisierungen HH Vision, Luftbilder Matthias Friedel)

Dans le détail des aménagements et investissements prévus, le Parc Olympique représente une part logiquement majeure.

L’édification du Village des Athlètes et des équipements périphériques nécessiteraient ainsi 1,403 milliard d’euros d’investissements, tandis que le Stade Olympique aurait un coût global – JO (595,66 millions) et reconversion post-JO (45,11 millions) – de 640,77 millions d’euros.

La construction du Centre Aquatique mobiliserait 297,81 millions d’euros, dont 84,22 millions pour la partie reconversion, autrement dit, pour le démontage des tribunes et des équipements olympiques afin de réduire la capacité du site à 2 000 sièges contre 17 000 durant les Jeux.

Pour ce qui est de la Halle Olympique, cette dernière devrait compter sur un investissement de 203,24 millions d’euros, dont 59,32 millions pour sa transformation partielle après les JO. Le site, bien que conservant sa vocation sportive, deviendrait en effet un terminal d’accueil pour les navires de croisières.

Autre donnée notable du Parc Olympique, l’installation des équipements utiles aux médias nécessiterait des dépenses de l’ordre de 294,57 millions d’euros. A l’issue de l’événement sportif, ces équipements seraient destinés à s’intégrer au nouveau quartier, en proposant services et bureaux.

Recettes envisagées par Hambourg 2024 pour le COJO.
Recettes envisagées par Hambourg 2024 pour le COJO.

Sur le plan des recettes, Hambourg 2024 joue la prudence et prévoit 3,395 milliards d’euros pour le compte du COJO.

Ainsi, le Comité de Candidature et les autorités locales tablent sur une contribution du Comité International Olympique (CIO) de l’ordre de 1 milliard d’euros – en valeur 2024 -, sur des revenus issus du programme des partenaires à hauteur de 1,1 milliard d’euros, mais également sur des recettes de billetterie de 870 millions d’euros.

La vente de produits sous licence pourrait générer 100 millions d’euros de revenus supplémentaires.

Visuel du quartier olympique de Kleiner Grasbrook au centre de Hambourg (Crédits - Hambourg 2024)
Visuel du quartier olympique de Kleiner Grasbrook au centre de Hambourg (Crédits – Hambourg 2024)

Avec un tel dispositif et un projet résolument tourné vers l’avenir, avec une transformation urbaine équivalente voire supérieure à celle de Barcelone 1992 ou de Londres 2012, Hambourg veut marquer les esprits.

Le référendum de la fin novembre est bien sûr en ligne de mire, mais aussi et surtout les quatre concurrentes internationales – Paris (France), Rome (Italie), Budapest (Hongrie) et Los Angeles (États-Unis) – sans oublier l’institution olympique de Lausanne (Suisse).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Désormais, les doutes ne sont plus permis : Hambourg sera une redoutable candidate.

Malgré l’échec de son projet pour les JO 2012 (écarté de la sélection allemande au profit de Leipzig), la cité portuaire a su élaborer un séduisant projet avec une réelle dimension sportive et urbaine.

Les sondages à venir, et davantage les résultats du scrutin olympique, seront particulièrement intéressants à analyser.

Publicités

19 Thoughts

  1. 12,5G d’Euros??? Ce qui au final devrait sans doute faire environ 15 ou 16G d’Euros soit pas loin de 20G$, voire plus! On ne peut pas vraiment dire qu’Hambourg soit dans la ligne de l’agenda 2020…

    Pas certain que la population de la ville va vouloir se lancer dans de pareilles dépenses, sans garantie de succès pour la candidature. Plus de 7G Euros à la charge des contribuables, ouch! Si le comité de candidature voulait donner des munitions aux opposants pour couler la candidature, il n’aurait pas pu faire mieux!

    Alors oui effectivement Hambourg pourrait être une redoutable candidate, mais encore va-t-il falloir qu’elle passe l’épreuve du référendum. Avec une facture pour le moins salée, cela me semble de plus en plus aléatoire!

    J'aime

    1. Le chiffre peut effectivement paraître conséquent. Mais en regardant cela de plus près, on s’aperçoit qu’il s’agit d’une estimation en valeur 2024, mais avant tout d’une réelle planification sur le long terme. Sur les 12,35 milliards, plus d’1 milliard sont à enlever pour conserver le « budget JO ». Sur les 11 milliards restants, on enlève les recettes envisagées – et somme toute réaliste – pour arriver à 7,4 milliards. Dès lors, le budget est certes élevé mais demeure dans la lignée d’autres candidatures.

      Il faudra néanmoins considérer la faisabilité budgétaire sur un point, et c’est ce que je souligne d’ailleurs dans l’article en évoquant les opposants : la restructuration du quartier portuaire. Car les entreprises présentes aujourd’hui demanderont certainement de lourdes indemnités pour déménager et un terrain aussi adéquat que Kleiner Grasbrook.

      J'aime

    2. Même si l’effort de transparence est louable, il est certain que cette facture va peut être refroidir les ardeurs des Hambougeois.
      Les opposants n’auront qu’à saisir le bâton pour battre le comité de candidature et voir le non l’emporter.
      Il est vrai qu’il ne faut pas oublier les indemnisations des entreprises qui se trouvent sur l’île, ce qui va alourdir la note déjà salée. Et les opposants l’ont bien compris, ils l’ont déjà évoquer dans une interview que Kevin a faites il y a quelques mois.

      J'aime

  2. Bonjour,

    La presse allemande fait état de discordances entre le gouvernement fédéral et Hambourg 2024. Si j’ai bien compris, le maire refuse de financer au-delà d’1 milliard et quelques les JO, plus de 6 milliards étant à la charge du gouvernement selon le plan. Seul problème : le gouvernement refuse de payer autant.

    Pouvez-vous confirmer ?

    Par ailleurs, je suis très surpris du budget prévu pour la sécurité. Il me semble que Londres avait dû débourser plus d’un milliard, et la situation internationale ne s’est pas apaisée depuis, ce qui augure un risque accru des atentats.

    Merci pour votre travail remarquable

    J'aime

    1. Bonjour,

      Je n’ai pas encore pris connaissances de ces divergences entre les autorités fédérales et le Comité de Candidature, mais je compte bien me renseigner au plus vite !

      Il serait quoiqu’il en soit étonnant que le Gouvernement fédéral supporte seul un tel coût d’organisation et cela même si il est favorable à l’organisation des JO 2024.

      Pour le budget sécurité, Hambourg 2024 est dans une moyenne. Londres avait déboursé plus de 650 millions d’euros. En revanche, le record a été atteint par Sotchi avec 1,4 milliard d’euros uniquement consacrés à la sécurité des Jeux.

      Le contexte local / régional est une composante à prendre en compte. Des attentats avaient eu lieu quelques semaines avant l’ouverture des JO 2014 par exemple.

      Pour Rio 2016, la sécurité sera également un point-clé du dispositif organisationnel : https://sportetsociete.org/2015/08/03/rio-2016-va-constituer-la-plus-importante-operation-de-securite-dans-lhistoire-du-bresil/

      Je vous remercie en tous cas pour votre compliment !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s