JO 2024 : L’inutile polémique de NKM

Si la ville de Paris décide de lancer une candidature olympique, celle-ci devra recueillir le soutien des forces vives françaises ainsi que de la classe politique dans son ensemble.

Sujet sociétal, la question d’un projet olympique est aussi une problématique politique et les récents propos de la Maire de Paris et des autorités politiques nationales démontrent bien ce fait avéré. Aujourd’hui, un autre propos vient ajouter au débat et à ce que certains pourraient considérer comme polémique relative à l’éventuelle candidature parisienne.

UMP Paris

Leader du groupe UMP au Conseil de Paris et ex-candidate aux Municipales de mars dernier, Nathalie Kosciusko-Morizet a en effet publié un communiqué de presse, conjointement avec « Philippe Goujon, Jean-François Legaret et l’ensemble des élus du Groupe UMP ».

Pour NKM, « les Jeux Olympiques représentent une opportunité exceptionnelle pour la Ville Hôte, ses habitants, son économie et son rayonnement. Le refus de Mme Hidalgo d’engager Paris dans cette aventure démontre un manque de vision et d’ambition.

Notre capitale a besoin d’accueillir un événement de cette ampleur pour retrouver sa fierté, son énergie et son enthousiasme. Pourquoi une candidature de Paris aux JO ne pourrait-elle pas être portée en parallèle de celle à l’Exposition Universelle ? Pourquoi s’autocensurer à ce stade ?

Madame Hidalgo, voyez en grand, ayez confiance dans les chances de Paris, osez Paris ! »

Avec cette déclaration virulente à l’égard de la Première Magistrate de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet fait deux erreurs :

  • Anne Hidalgo n’a jamais écarté l’idée d’une candidature. La Maire de Paris pose ainsi des conditions qui sont partagées par le Gouvernement et le Mouvement sportif comme l’a récemment rappelé Patrick Kanner, Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. Anne Hidalgo attend en outre les conclusions de l’étude d’opportunité menée par le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) et le Comité Français du Sport International (CFSI), établissant de fait son agenda sur celui du Mouvement sportif tricolore.
  • La chef de file des élus UMP dans la capitale oublie ici ses propres propos formulés lors de la campagne des élections municipales 2014. En novembre 2013, NKM avait ainsi affiché une préférence pour une candidature à l’Exposition Universelle de 2025, estimant que cette dernière « serait peut-être plus pertinente ». Quelques mois plus tard, NKM avait atténué son jugement, misant avant tout sur une participation des sportifs « aux avants-postes ».

Avec sa déclaration, NKM espérait sans doute apparaître comme une possible tête d’affiche pour une candidature parisienne. Elle apparaît au final comme une élue, certes sensible à la question olympique, mais aussi et surtout désireuse d’en découdre politiquement avec sa rivale socialiste, notamment à l’approche de l’instauration de la métropole du Grand Paris.

En somme, une polémique politicienne éloignée du projet de Paris 2024.

Laisser un commentaire