Euro 2020 de football : L’UEFA dévoile la liste des Villes Hôtes

En janvier 2013, l’UEFA avait lancé la procédure de désignation des Villes Hôtes de l’EURO 2020 de football.

Pour la première fois de son Histoire, l’instance du football européen avait décidé l’organisation de la compétition sur l’ensemble du continent et non plus dans un seul pays.

Pour y parvenir, l’UEFA avait choisi d’établir des modalités techniques claires quant à la capacité d’accueil des différentes enceintes sportives :

– 70 000 places pour les demi-finales et la finale ;

– 60 000 places pour les quarts de finale ;

– 50 000 places pour les huitièmes de finale et les matchs de groupes.

Un temps pressentie, la France s’était finalement retirée de la course et avait pris la décision de ne pas soumettre de candidature (Grand Stade de Lyon) et ce, compte tenu de l’organisation de l’édition 2016 dans l’Hexagone.

Euro 2020 - Wembley Stadium

Aujourd’hui, l’UEFA a dévoilé la liste intégrale des Villes Organisatrices.

Londres aura l’honneur d’accueillir les demi-finales et la finale dans l’enceinte du mythique Wembley Stadium (90 000 places), l’un des plus grands stades d’Europe.

Construit en lieu et place de l’ancien stade pour un coût d’environ 1,5 milliard d’euros, le Wembley Stadium est l’hôte régulier de manifestations sportives et culturelles de grande envergure. Depuis 2007, le stade de la capitale britannique accueille ainsi la finale de la Coupe d’Angleterre de football (FA Cup), la finale de la Coupe de rugby à XIII, de même que la NFL International Series (football américain).

En 2012, le stade londonien avait été engagé dans l’organisation des rencontres footballistiques dans le cadre des Jeux Olympiques avant d’être hôte de la finale 2013 de la Ligue des Champions entre le Borussia Dortmund et le Bayern de Munich. Les années à venir s’annoncent également fructueuses pour le Wembley Stadium puisqu’il accueillera des rencontres de la Coupe du Monde de rugby en 2015.

Les quarts de finale seront organisées dans quatre villes européennes : Bakou (Azerbaïdjan), Munich (Allemagne), Rome (Italie) et Saint-Pétersbourg (Russie).

Bakou 2015 - vue aérienne du Stade Olympique

La première sera dotée d’un stade moderne et fonctionnelle aménagé pour les Jeux Européens 2015 (65 000 places) et pourra de fait affirmer son statut de ville sportive ambitieuse. La cité azerbaïdjanaise devrait en effet profiter de l’accueil de l’EURO 2020 pour séduire et convaincre sur sa capacité à organiser de grands événements et ce, avant le dépôt éventuel d’une candidature olympique pour les années à venir.

Euro 2020 - Allianz Arena de Munich

La seconde pourra compter sur l’existante Allianz Arena (75 000 places).

Aménagé pour un coût de 340 millions d’euros, le stade bavarois fut l’une des pièces maitresses de l’organisation allemande de la Coupe du Monde de football 2006, accueillant notamment le match d’ouverture entre l’Allemagne et le Costa Rica.

Par la suite, le stadium allemand fut hôte de la Ligue des Champions 2012.

Rome - Stade Olympique

La troisième ville n’a plus rien à prouver en matière d’accueil d’événements sportifs internationaux.

Organisatrice des Jeux Olympiques en 1960, le Stadio Olimpico de Rome est l’un des stades emblématiques de l’Italie (75 000 sièges).

Située au cœur du Foro Italicole Parc Olympique de la « Ville Éternelle«  – l’installation fut proposée pour les Jeux de 2020 et pourrait à présent être l’un des éléments majeurs d’un projet olympique italien pour 2024.

Euro 2020 - Stade de Saint-Pétersbourg

Enfin, la quatrième ville s’est récemment engagée dans la construction d’un nouveau grand stade en remplacement du Stade Kirov pour un coût supérieur à 250 millions de dollars (194,58 millions d’euros).

Doté de 69 500 places, la nouvelle infrastructure devrait ouvrir ses portes en 2015 sur l’île Krestovski.

Pour les huitièmes de finale et les matchs de groupes, huit villes ont été désignées par l’UEFA : Amsterdam (Pays-Bas), Bruxelles (Belgique), Bilbao (Espagne), Bucarest (Roumanie), Budapest (Hongrie), Copenhague (Danemark), Dublin (Irlande) et Glasgow (Écosse).

Une partie de ces villes s’est engagée dans l’aménagement d’une nouvelle enceinte (Bruxelles) ou dans la rénovation d’une autre (Budapest). Toutes disposeront en tout cas d’un stade capable de recevoir plus de 50 000 spectateurs.

Illustrations :
– Parvis du Wembley Stadium lors du passage de la flamme olympique des JO 2012 (Crédits – Site officiel)
– Visuel du projet du Stade Olympique de Bakou (Crédits – Site officiel de Bakou 2015)
– Vue aérienne de l’Allianz Arena de Munich (Crédits – Page officielle Facebook)
– Parvis du Stadio Olimpico de Rome (Crédits – CONI)
– Visuel du projet du nouveau stade de Saint-Pétersbourg (Crédits – L’Internaute)

3 pensées

  1. Bilbao (Espagne) : ), par contre la Russie avait déjà l’organisation de la coupe du monde 2018, alors que nous avons été cléments et laissés la place aux autres. On se fait encore plumé.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.