JO 2024 : « Attendons la fin de l’année pour prendre une décision »

Malgré la frilosité affichée de la Maire de Paris, Anne Hidalgo, le Mouvement Sportif français poursuit de manière rigoureuse, l’étude d’opportunité et de faisabilité d’une candidature olympique de la France pour les Jeux d’été de 2024.

Pour sa part, le Secrétaire d’État aux Sports, Thierry Braillard, se montre prudent et a récemment rappelé le rôle majeur que joue et devra jouer, le cas échéant, le Mouvement Sportif.

Thierry Braillard - JO 2024

Interviewé par « Les Échos » il y a quelques jours, Thierry Braillard a mentionné le fait que « pour l’instant, nous sommes dans une phase d’appréciation et d’étude que le Mouvement Sportif, qui doit porter la candidature, a décidé de mener.

Le moment venu, on verra quelle décision il faut prendre ».

Profitant de sa visite à Rio de Janeiro (Brésil) à l’occasion de la Coupe du Monde de football 2014, Thierry Braillard a également indiqué l’importance d’étudier les modalités d’organisation des Jeux et l’expérience passée :

« J’ai profité de mon voyage à Rio pour visiter les installations olympiques, voir les sites réalisés, ce qui n’a pas encore été fait ainsi que les retards.

C’était une façon de voir aussi comment un pays qui accueille les JO doit s’organiser ».

L’expérience des Villes Hôtes est importante pour bien cerner les attentes du Mouvement Olympique mais la représentation à l’étranger est aussi un élément crucial dans l’optique de réussir une candidature de cette envergure.

De fait, le Secrétaire d’État a judicieusement rappelé la « mise en place d’une structure de lobbying internationale, de représentation de la France à l’échelle mondiale, pilotée par Bernard Lapasset ».

Le Comité Français du Sport International (CFSI) est notamment l’une des institutions associées à la démarche de l’étude d’opportunité et de faisabilité. Son rôle et son influence sont d’ailleurs de nature à s’accroitre dans le cas où la France déciderait de soumettre une candidature au Comité International Olympique (CIO).

Néanmoins, conscient des contraintes actuelles, Thierry Braillard n’en oublie pas moins qu’il y a « maintenant beaucoup de paramètres à prendre en compte.

Il faut une cohésion, une cohérence et une équipe qui se constitue avec l’ensemble des partenaires et des Collectivités Territoriales.

Attendons la fin de l’année pour prendre une décision. C’est une bonne période pour cela ».

Illustration : Crédits – Sports.Gouv.fr

Laisser un commentaire