JO 2022 : Dynamique favorable pour Almaty (Power Index)

Début juillet, le Comité International Olympique (CIO) annoncera la sélection des Villes Candidates à l’organisation des Jeux d’hiver de 2022.

Sur les cinq Villes Requérantes actuellement en course, la Commission Exécutive pourrait n’en sélectionner que deux ou trois pour poursuivre l’aventure jusqu’au 31 juillet 2015, date de l’élection de la Ville Hôte.

D’ici-là, les différents Comités de Candidature poursuivent leurs efforts promotionnels à l’exception notable de Lviv (Ukraine), qui a récemment décidé de mettre en suspens ses activités d’ici le scrutin présidentiel du 25 mai.

Pour les autres – Oslo (Norvège), Almaty (Kazakhstan), Pékin (Chine) et Cracovie (Pologne) – les choses s’accélèrent, avec la présentation détaillée des projets olympiques et les négociations en vue d’obtenir le soutien financier des autorités nationales.

Pour Almaty, il semble pourtant que ces considérations soient déjà bien loin, puisque la ville bénéficie déjà du soutien politique et financier nécessaire à une candidature olympique et, le cas échéant, à l’organisation des Jeux.

Almaty 2022 - logo

Après avoir accueilli les Jeux Asiatiques d’hiver en 2011, Almaty espère de fait décrocher le précieux sésame olympique pour 2022 et s’affirmer ainsi comme une place majeure des sports d’hiver, entre l’Europe et l’Asie.

D’ailleurs, selon le baromètre « Power Index » du mois de mars dernier, la ville kazakh aurait de bonnes chances d’obtenir les JO 2022.

En effet, à partir d’un classement rassemblant 11 domaines (finances, hébergement, héritage…), « Power Index » accorde 64 points sur 100 à Almaty. La ville devance de trois petits points la capitale norvégienne, Oslo.

Néanmoins, malgré cette bonne dynamique, il apparaît très clairement que la course est plus incertaine que jamais puisque les cinq Villes Requérantes se tiennent dans un mouchoir de poche de seulement neuf points : Pékin 57, Lviv 56 et Cracovie 55.

Bien entendu, comme n’importe quel classement ou sondage, cette étude doit être prise avec précaution, surtout lorsque l’on sait que l’enquête a été réalisée avant la recrudescence des tensions entre la Russie et l’Ukraine.

Quoiqu’il en soit, « Power Index » renforce indéniablement les ambitions de la candidature d’Almaty, qui dispose d’ores et déjà d’un budget promotionnel de 26 millions d’euros, soit le deuxième des budgets de candidature pour 2022.

Illustration : Crédits – Almaty 2022

Laisser un commentaire