Un Ministère des Sports, vraiment ?

La semaine dernière, à l’occasion du remaniement ministériel, Najat Vallaud-Belkacem a été nommée Ministre des Droits des Femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

Un intitulé qui regroupe plusieurs domaines et de fait, plusieurs compétences.

Surtout, un intitulé bien loin de l’ordonnancement défini sous le Gouvernement de Jean-Marc Ayrault, lorsque Valérie Fourneyron était en poste. A ce moment-là, le Ministère avait la dénomination de Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et de la Vie Associative.

Najat Vallaud-Belkacem et Valérie Fourneyron

De 2012 à 2014, il y avait donc un Ministère de plein exercice consacré aux Sports, ou tout du moins, qui plaçait le sport en priorité. Désormais, il devrait y avoir à compter de demain, un Secrétariat d’État rattaché au nouveau Ministère de Najat Vallaud-Belkacem.

Un choix stratégique et politique. Le Président de la République et son Premier Ministre, Manuel Valls, avaient en effet annoncé leur volonté de faire appel à une équipe resserrée, à un « Gouvernement de combat » pour reprendre les propos de François Hollande.

Néanmoins, en écartant ainsi les Sports, le couple exécutif envoie un message négatif aux instances sportives régionales, nationales et de surcroît, internationales.

Comment (re)devenir crédible sur la scène sportive mondiale lorsque l’on ne consacre qu’un simple Secrétariat d’État à un domaine en pleine croissance, qui génère plusieurs milliers d’emplois et plusieurs centaines de millions d’euros chaque année ?

En outre, comment parvenir à convaincre des organisations internationales comme le Comité International Olympique (CIO) du souhait d’accueillir de grands événements lorsque le domaine sportif est relégué au fin fond d’un intitulé illustrant la lourdeur administrative et bureaucratique française ?

Une lourdeur qui s’illustre aussi par l’éclatement des missions, des cabinets et des représentations. Ainsi, le sport ne se trouve pas réuni autour d’un même pôle, mais est représenté dans plusieurs Ministères à l’image des Affaires étrangères avec l’Ambassadeur pour le Sport, Jean Lévy.

N’aurait-il pas été plus judicieux de regrouper l’ensemble des compétences dans un même secteur, en l’occurrence, dans un même Ministère, un Ministère de plein exercice ?

La France envisage de se porter candidate à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024.

Il faudra pour cela démontrer une volonté et une ambition. Mais face à des candidats qui miseront sur le sport comme vitrine de leur savoir-faire, la France et son éventuel – car rien n’est encore acté – Secrétariat d’État, auront fort à faire pour séduire la sphère sportive internationale.

Et si Secrétariat il doit y avoir, espérons au moins, qu’il soit confié à une personnalité qualifiée et compétente dans le domaine sportif.

Le sport n’est plus un gadget, c’est devenu un véritable vecteur économique, social et sociétal. Les pouvoirs publics doivent enfin en prendre conscience !

Najat Vallaud-Belkacem et Anne Hidalgo

Liste des Ministres / Secrétaires d’État en charge des sports depuis vingt-ans

  • Michèle Alliot-Marie (1993-1995) : Ministre de la Jeunesse et des Sports
  • Guy Drut (1995-1997) : Ministre de la Jeunesse et des Sports
  • Marie-George Buffet (1997-2002) : Ministre de la Jeunesse et des Sports
  • Jean-François Lamour (2002-2007) : Ministre des Sports
  • Bernard Laporte (2007-2009) : Secrétaire d’Etat
  • Rama Yade (2009-2010) : Secrétaire d’Etat
  • Chantal Jouanno (2010-2011) : Ministre des Sports
  • David Douillet (2011-2012) Ministre des Sports
Illustrations :
– Najat Vallaud-Belkacem et Valérie Fourneyron lors de la passation de pouvoirs (Crédits – Site officiel de la Ministre)
– Najat Vallaud-Belkacem et Anne Hidalgo, Maire de la capitale, lors du départ du Marathon de Paris, dimanche 06 avril (Crédits – Page officielle Facebook)

2 pensées

  1. Vu comme ça, c’est vrai que le Sport a encore du chemin à faire avant d’être pris en sérieux de toute évidence. Cela semble peut cohérent avec les actions entreprises en faveur du sport, et le nom du ministère peut donner le tournis !

    C’est vraiment étrange, car retrouver « Ville, jeunesse et sport » dans un ministère semble tout à fait cohérent : cela prouve le dynamisme et la vitalité des territoires grâce au sport et aux infrastructures mises en place pour le grand public et les professionnels. Cela est, en principe, logique avec un développement urbain par le sport, et donc l’organisation d’événements sportifs importants, comme JO (en préparation), la Coupe d’Europe de football de 2016 et les nombreux championnats du monde qui seront prochainement organisés sur notre territoire .

    Ce qui semble plus étrange c’est la place du Droit des femmes dans ce ministère : 1 – C’est une préoccupation qui aurait mérité son propre ministère, et 2 – cela complexifie ABSOLUMENT toute la vision de ce ministère : rapprocher les femmes et le sport, tout à fait d’accord, mais quel rapport avec un ministère de la ville et de la jeunesse ? C’est véritablement donner un rôle fourre-tout à ce ministère qui n’en avait pas besoin.

    Et pourquoi diviser les équipes ? Un Ambassadeur pour les sports qui ne sera même pas rallier au Ministère en question… C’est vraiment idiot de complexifier un système déjà bien ardu à comprendre.

    Le seul côté positif de tout ça, c’est que NVB est une demoiselle charismatique et volontaire qui s’intéresse déjà concrètement au projet d’une candidature olympique, avec sa rencontre plus tôt dans la semaine. Mais espérons que le changement de gouvernement n’ait pas embrumer le jeu et que la France soit toujours partante pour l’aventure…

Laisser un commentaire