JO 2022 : Almaty, un outsider de choix

En présentant à nouveau sa candidature à l’organisation des Jeux Olympiques d’hiver, la ville kazakh d’Almaty veut convaincre le Comité International Olympique (CIO) de sa capacité à accueillir un événement d’envergure mondiale.

Pour se faire, la ville a engagé d’importants travaux depuis son échec pour l’obtention des JO 2014. Ainsi, après avoir organisé les Jeux Asiatiques d’hiver en 2011, Almaty dispose désormais d’un véritable complexe sportif qui sera notamment utilisé lors des Universiades d’hiver 2017.

Comme l’a d’ailleurs affirmé le Secrétaire Général du Comité Olympique du Kazakhstan, Timur Dossymbetov, « les infrastructures que nous avions promises dans notre dossier de candidature, nous les avons déjà construites ».

Medeo - Almaty 2022

De fait, huit des dix principales installations sont déjà opérationnelles tandis que deux doivent encore être édifiées, à savoir une piste pour le bobsleigh et la luge ainsi qu’une patinoire couverte. La localisation des sites est aussi un avantage non-négligeable puisque l’ensemble des compétitions auraient lieu dans un rayon de 35 kilomètres avec des pistes de ski à moins d’une demi-heure du centre-ville.

Cette double promesse sera sans doute appréciée de la part des membres de l’institution olympique, car elle démontre la réelle volonté d’Almaty et l’engagement continu des autorités locales et nationales dans un projet vieux de plusieurs années.

Membre du Comité de Candidature d’Almaty 2022, Andrey Kryukov s’est engagé à « dépenser moins, vraiment moins que Sotchi. Ce ne sera pas un gros budget ».

Il faut dire qu’avec un budget supérieur à 36 milliards d’euros, la cité du Caucase russe a franchi un cap et battu tous les records. Aujourd’hui, les Villes Requérantes aux JO 2022 se veulent raisonnables et promettent toutes des Jeux économes, à l’image de Cracovie ou d’Oslo.

Pour Almaty, de premières estimations ont été réalisées. Selon le Comité Olympique National, le coût global des Jeux d’hiver 2022 serait de 5 milliards de dollars soit 3,64 milliards d’euros. Des aménagements dans les transports seraient toutefois nécessaires et un Village Olympique devrait être aménagé pour héberger les athlètes.

Shimbulak - Almaty 2022

Grâce à ce concept économe, Almaty espère donc bien sortir son épingle du jeu face à une forte concurrence européenne et asiatique.

Son dynamisme et sa motivation pourraient jouer en sa faveur, de même que les difficultés d’Oslo à convaincre sa propre population ou encore l’écueil du concept de Cracovie reposant sur la participation des montagnes de Slovaquie.

Mais le chemin est encore long pour la ville du Kazakhstan. Sa situation politique et le niveau élevé de corruption constituent deux handicaps majeurs.

Néanmoins, l’exemple de Sotchi a montré que rien n’était impossible et que l’investissement des autorités politiques locales et nationales pouvait avoir un impact positif auprès des Olympiens.

Illustrations : Crédits – Wikipedia
– Le site de Medeo pourrait être l’un des principaux arguments du dossier de candidature d’Almaty 2022
– Le domaine skiable de Shymbulak se trouve à 25 kilomètres au sud d’Almaty

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.