Le Centre Aquatique Olympique, histoire de trois projets pour trois candidatures

Dans l’attente d’un déblocage politique, le projet de construction d’un grand Centre Aquatique à Aubervilliers est toujours au point mort.

Envisagé dans le cadre du dossier de candidature de Paris aux JO d’été de 2012, cet aménagement – dont le sport français manque cruellement – avait déjà été programmé dans le projet olympique de Paris 1992 (zone de Bercy-Tolbiac) et Paris 2008 (Zone de l’actuelle ZAC Claude Bernard).

Stade Nautique - Paris 1992

Le premier projet devait s’intégrer au cœur même du Village Olympique, juste en face du Palais Omnisports de Paris Bercy (POPB).

Les promoteurs de la candidature estivale de Paris 1992, envisageaient alors l’aménagement d’un parc de 31 hectares dans lequel devait prendre place la Village des Athlètes, le Centre Aquatique, le POPB ainsi que divers services médicaux ou culturels (commerces, pharmacie, cinéma…).

Comme l’indiquait en outre le supplément de « L’Équipe » en date du 26-27 juillet 1986, « dans les 31 hectares, un vaste espace vert de 13 hectares, a été prévu pour que les compétiteurs puissent bénéficier d’un certain calme et de quelques moments de détente à l’ombre de petits arbres, et loin des bruits du Village qui regroupera tout de même la bagatelle de 13 000 hôtes (athlètes et accompagnateurs) […] ».

Le supplément insistait en outre sur « le confort des équipements et la qualité du cadre de vie, nécessité absolue, privilégiée par les autorités de la candidature de Paris désireuses de mettre réellement les athlètes dans les meilleures conditions possibles.

C’est pour aller dans ce sens que les principaux lieux de compétition : le Stade Olympique (dix minutes en car*), le Stade Nautique et le Palais Omnisports seront dans le même périmètre ».

Ce choix audacieux fut d’ailleurs l’un des points forts de la candidature française.

Concernant le Stade Nautique (ou Centre Aquatique), il devait être équipé d’un bassin olympique (50×25) ainsi que d’un bassin de plongeon (25×25) et d’un bassin de natation synchronisée (25×25). Un bassin d’entraînement aurait également été aménagé sous les tribunes (50×21).

Pour « L’Équipe », « ce Stade, qui pourra accueillir 10 000 personnes sera couvert, mais doté d’un toit transparent, si bien qu’il fonctionnera en permanence, après les Jeux, dans un des quartiers les plus populeux de Paris ».

Mais avec l’échec de Paris 1992 – face à la grande favorite espagnole, Barcelone -, le projet de Centre Aquatique fut abandonné jusqu’à la nouvelle candidature parisienne, à l’aube des années 2000.

Paris 2008

Ainsi, en 1999, les autorités franciliennes avaient imaginé la construction d’un complexe aquatique en lieu et place de l’ancien hôpital Claude Bernard, dans le XIXe arrondissement.

Démoli en 1992, le site avait laissé place à une immense friche industrielle, entre le boulevard périphérique au Nord de Paris et le Sud de la commune d’Aubervilliers.

Le nouveau site sportif, devait dès lors permettre de reconquérir une partie du territoire, non loin du Village Olympique de la Plaine Saint-Denis, du Super-Dôme de la Porte de la Villette (25 000 places) ou encore du Vélodrome du Fort d’Aubervilliers.

D’une capacité de 15 000 places pour les Jeux, le Centre Aquatique aurait été reconfiguré à l’issue de l’événement afin de ne maintenir en place que 3 500 sièges.

Mais là encore, comme en 1986 – année d’élection de la Ville Hôte des Jeux de 1992 -, le rêve de voir émerger un Centre Aquatique digne de ce nom fut balayé par une nouvelle défaite olympique de Paris, le 13 juillet 2001.

Depuis, l’implantation de cette infrastructure a été établie à Aubervilliers, non loin du Stade de France, mais le manque de volonté politique – notamment pour le bouclage financier -, a considérablement ralenti le projet.

Initialement prévu pour les JO de 2012, l’achèvement du projet a ensuite été repoussé à 2016 pour permettre d’accueillir les Championnats de France qualificatifs pour les Jeux de Rio.

Désormais, seule une nouvelle candidature tricolore pourrait relancer l’idée d’aménager un tel équipement en région parisienne. La France pourrait alors se doter d’un Centre Aquatique à la mesure de ses performances et de ses ambitions… pour 2024.

* Le Stade Olympique de Paris 1992 avait été envisagé dans le Bois de Vincennes ou dans le Parc des Loisirs du Tremblay.
Illustrations :
– Vue de la maquette du projet du Village Olympique de Paris 1992, comprenant le POPB (en haut à gauche), le Stade Nautique (en bas à gauche) et le Village des Athlètes de chaque côté de la Seine (Supplément de « L’Équipe » du 26-27 juillet 1986)
– Carte des sites olympiques de la candidature de Paris 2008, avec notamment le Stade Nautique situé dans le pôle Nord-Est
Publicités

28 Thoughts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.