JO 2020 : Les révélations de dopage seront-elles fatales à la candidature stambouliote ?

Les récentes manifestations sociales en Turquie auraient pu enterrer les efforts des promoteurs de la candidature d’Istanbul 2020.

Finalement, une toute autre affaire pourrait compromettre irrémédiablement les chances de la « Perle du Bosphore » de remporter l’organisation des Jeux Olympiques d’été 2020.

Depuis plusieurs mois, des athlètes turcs ont ainsi été visés par des suspicions ou des cas avérés de dopage.

Mais en ce début de semaine, un nouvelle étape a été franchie et non des moindres : quelques 31 athlètes ont en effet été suspendus pour une durée de deux ans par la Fédération Turque d’Athlétisme, fédération dont le président, Mehmet Terzi, a démissionné la semaine dernière.

Il y a quelques jours déjà, la Fédération Internationale (IAAF), avait confirmé la suspension de 9 athlètes ayant utilisé des stéroïdes anabolisants et ce, alors que les Mondiaux d’Athlétisme débuteront à compter du 08 août à Moscou (Russie).

Fidèle à sa ligne de conduite, le Président du Comité Olympique de Turquie, Ugur Erdener, a estimé que ces dernières révélations étaient en réalité l’illustration de la volonté politique et sportive de lutter contre la pratique du dopage.

« Ce travail fait partie d’un effort concerté depuis plus de six mois. […]

Je suis impatient de travailler en étroite collaboration avec le nouveau Président de la Fédération d’Athlétisme en Turquie. Je compte expulser tous les athlètes qui trichent en utilisant des produits dopants.

Piloté par le gouvernement turc, le pays dispose d’une tolérance zéro en matière de dopage et il est de notre intention, de présenter dans les compétitions internationales à venir de jeunes athlètes propres ».

Pas sûr néanmoins que cela soit de nature à convaincre le Comité International Olympique (CIO). De telles révélations pourraient de fait sonner la fin du rêve olympique de la Turquie, le cinquième en un quart de siècle.

Laisser un commentaire