JO 2020 : Mario Pescante démissionne de son poste de Premier Vice-Président du CIO après le retrait de la candidature de Rome

« Ma position au sommet du Mouvement Olympique, à la lumière du renoncement de Rome 2020, n’est plus compatible avec mon rôle de Premier Vice-Président du Comité International Olympique (CIO) ».

C’est par ces quelques mots que Mario Pescante, membre du CIO depuis 1994, a annoncé aujourd’hui sa démission, une semaine à peine après l’abandon de la capitale italienne de la course à l’organisation des Jeux Olympiques d’été 2020.

Faute d’avoir obtenu le soutien et les garanties gouvernementales, la candidature de Rome ne pouvait aller plus loin.

Mario Pescante, qui malgré sa démission demeure membre du CIO, a justifié sa décision : « Ce renoncement à mes engagements ne doit pas être interprété dans un sens polémique lié à la décision du Gouvernement de ne pas signer la lettre de garantie pour la candidature de Rome. La décision de Mario Monti a été prise dans l’intérêt du pays ».

Rome fut la première des six villes ayant envoyé une lettre d’intention à l’institution olympique, à entrer dans la course. Elle venait alors de battre Venise, lors d’un scrutin interne du Comité Olympique National Italien (CONI).

Mario Pescante avait, dans la foulée, pris la tête de la candidature italienne.