JO 2020 : Le Qatar se lance, les Etats-Unis renoncent

Le Qatar a rejoint, la semaine dernière, les villes de Rome, Madrid, Tokyo et Istanbul dans la course aux Jeux Olympiques 2020.

Doha, ville requérante pour les JO 2016, a en effet annoncé son souhait d’organiser l’événement pour la première fois dans un pays du Moyen-Orient. Après l’ouverture aux pays émergents que sont la Chine (Pékin 2008) et le Brésil (Rio 2016), le monde olympique pourrait être tenté par un « nouvel horizon ».

Depuis plusieurs années, le Qatar se bat pour ouvrir ses portes au monde du sport et en particulier de l’olympisme et ainsi obtenir une reconnaissance internationale comme l’exemple chinois l’a démontré en 2008. L’Emirat espère surtout, par cette candidature, réitérer l’exploit de se voir confier l’organisation d’un grand événement, après s’être vu attribuer l’accueil de la Coupe du Monde de Football 2022.

Doha possède déjà une forte expérience en matière organisationnelle, puisque la capitale de l’Emirat du Qatar a accueilli les Jeux Asiatiques 2006 et a convié entre 2008 et 2010 les meilleures joueuses de tennis de la planète, au cours du Masters féminin. Anecdote intéressante à noter : ce même Masters se déroulera au cours des deux prochaines saisons, à Istanbul (Turquie), concurrente de Doha, là aussi pour les deux prochaines années, la décision définitive du Comité International Olympique (CIO) étant attendue pour 2013.

Au cours du processus pour l’attribution des Jeux 2016, Doha avait été éliminé au stade de la requérance, malgré la qualité technique reconnue de son dossier. Les conditions météorologiques avaient constitué le principal handicap de la ville, de fortes chaleurs frappant annuellement l’Emirat, en Juillet-Août, espace traditionnel d’organisation des JO.

Cette année, afin de mettre toutes les chances de son côté, le Qatar a revu sa stratégie et a présenté une demande de dérogation auprès du Comité International Olympique (CIO) afin de pouvoir, le cas échéant, offrir l’événement olympique courant Octobre par exemple. La demande a été examinée et validée par le Comité Exécutif de l’instance olympique, ce qui a permis d’enclencher l’officialisation de la candidature de Doha avant la date limite du dépôt des lettres d’intention de la part des Comités Nationaux Olympiques (CNO), fixée au Jeudi 1er Septembre 2011.

En marge de cette candidature, une autre ville – riche – paradis des parieurs et des joueurs d’argent, a tenté de présenter son dossier auprès du CIO.

Un comité de Las Vegas (Etats-Unis) a ainsi envoyé une lettre à Jacques Rogge, Président du CIO, pour lui soumettre la candidature de la ville et ce, malgré l’annonce, la semaine dernière, par le Comité Olympique des Etats-Unis (USOC), de ne pas présenter de candidature américaine pour les Jeux d’été 2020, la défaite de Chicago (Illinois) pour 2016 étant encore présente, et les derniers réglages en matière de coopération médiatico-économique, n’étant toujours pas tranchés avec l’institution de Lausanne (Suisse).

Sans lettre d’intention venant explicitement du Comité National, le CIO a logiquement écarté la candidature de Las Vegas.

Le comité, « dissident », n’abandonne pas et espère toujours convaincre l’USOC de soutenir son projet olympique avec les dates limites du 1er Septembre, mais aussi, en cas de délai supplémentaire et de clémence du CIO, du 15 Septembre (début de la préparation du dossier de candidature des villes) voir encore du 15 Février 2012 (dépôt des dossiers au CIO).

Laisser un commentaire