JO 2020 : Istanbul entre dans la course olympique

« Nous annonçons au monde notre candidature pour les Jeux Olympiques de 2020, que nous considérons extrêmement importante pour notre pays et notre peuple ».

C’est par ces mots que le Premier Ministre turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé, ce Samedi, la candidature de la Turquie à l’organisation des JO d’été 2020.

4470255103_54756fe6c2.jpg

Istanbul rejoint ainsi Rome (Italie), Tokyo (Japon) et Madrid (Espagne) qui ont d’ores et déjà annoncé leur candidature. D’autres pourraient venir d’ici au 1er Septembre, date limite du dépôt des candidatures auprès du Comité International Olympique (CIO), comme par exemple Doha (Qatar) ou encore Durban (Afrique du Sud). En revanche, Toronto (Canada) a décliné, par la voix d’un proche conseiller du Maire, toute hypothèse de candidature. Il faut dire que la ville canadienne doit faire face à deux défis d’importance : d’une part, elle se trouve actuellement au centre d’un débat du fait d’un déficit de près de 800 millions de dollars, et d’autre part, elle se doit de préparer l’édition des Jeux Panaméricains de 2015.

Comme depuis plusieurs échéances olympiques, la compétition s’annonce rude entre des villes connues dans le monde entier. La Turquie présente son cinquième projet olympique en moins de vingt ans.

Auparavant, la ville avait postulé pour les Jeux de 2000, de 2004, de 2008 et de 2012.

En 1993, la ville s’était inclinée dès le 1er tour de scrutin :

JO-2000-copie-1.jpg

En 2001, Istanbul était arrivé en troisième position au 1er tour – devant Paris – avant de s’incliner au dernier tour face au grandissime favori chinois :

JO-2008-copie-1.jpg

Pour les JO 2004 et 2012 en revanche, Istanbul n’avait pas été retenue dans la « short list » du CIO.

Pour le Maire d’Istanbul, Kadir Topbas, la ville « a déposé sa candidature plusieurs fois, mais n’a jamais été prête comme elle l’est aujourd’hui ».

Construit en parallèle de la candidature de la ville aux JO 2008 (attribués à Pékin en Chine), le Stade Atatürk, d’une capacité de 75 000 places, est la structure la plus importante que possède à l’heure actuelle la Turquie, afin de pouvoir accueillir l’évènement planétaire. De grands investissements sont à l’étude, pour le tennis et l’athlétisme notamment, comme l’a annoncé le Premier Ministre. Des infrastructures pourraient par exemple être érigées à proximité du Stade Atatürk, afin de créer un véritable complexe multisports.

De même, des efforts ont déjà été réalisés afin d’améliorer la qualité des transports dans l’ensemble du pays. Cette problématique fut d’ailleurs au coeur du projet turc pour l’organisation de l’Euro 2016 de Football, finalement accordée à la France, pour une voix de différence (7 contre 6).

Stade-Ataturk---Istanbul.jpg

Illustrations :

– Vue d’Istanbul (Flickr)

– Captures d’écran (Comité International Olympique)

– Stade Atatürk situé à 20 kilomètres d’Istanbul (Vinci Construction Grands Projets)

Laisser un commentaire