Le 45e Superbowl au Cowboys Stadium où la démesure américaine dans toute sa splendeur

Aux Etats-Unis, le football américain est une religion et le « Superbowl » (finale du Championnat), l’équivalent d’une grand’messe.

Le Superbowl 2011 s’est déroulé dans la nuit de Dimanche à Lundi au Cowboys Stadium situé dans la banlieue de Dallas (Texas) à Arlington.

Ce stade est l’illustration parfaite de la démesure américaine : plus grand stade couvert au monde depuis son inauguration en 2009, il peut accueillir entre 80 000 et 110 000 spectateurs selon la configuration (football américain, basket-ball, concerts…). De plus, il possède les plus grands écrans géants de la planète, des Mitsubishi HD de 49 mètres de long sur 22 mètres de large pour un poids de près de 600 tonnes et un coût de 49 millions de dollars (36 millions d’euros).

 

Le Cowboys Stadium, qui est venu remplacer l’ancien Texas Stadium (65 000 places), a coûté 1,15 milliard de dollars soit 850 millions d’euros. La Ville d’Arlington, hôte du site, a injecté 325 millions de dollars (240 millions d’euros) dans le projet après avoir organisé un référendum populaire afin de proposer aux électeurs de la cité texane, une augmentation de différentes taxes (2% pour les chambres d’hôtel, 5% pour la location de voitures…).

Pas étonnant à partir de là, d’avoir des prix de billets relativement élevé. En effet, le Cowboys Stadium propose les tarifs les plus chers des Etats-Unis avec des places vendus 159,65 dollars (117 euros) alors que la moyenne américaine se situe à 74,99 dollars (55 euros).

Le coût du stade s’explique en partie par la construction même du bâtiment qui a nécessité l’utilisation de technologies novatrices. Afin de faire face aux intempéries (neige et pluie) ainsi qu’au passage d’ouragans et au changement de température (le Texas est l’un des Etats les plus arides des Etats-Unis), la toiture du stade est équipée de panneaux au revêtement spécial d’une surface globale de 210 000 mètres carrés.

L’accès au stade peut se faire par dix portes d’entrée, certaines atteignant une hauteur monumental de 36 mètres. La structure est portée par des poutres et arcs de bétons et d’acier. L’extérieur est recouvert de grandes vitres pour atténuer l’effet de lourdeur.

Le plus grand stade, les plus grands écrans géants… Les ingrédients sont dès lors réunis pour faire de ce 45e Superbowl, le plus lucratif de l’Histoire tant en termes de spectateurs présents (le Superbowl 1980 avait rassemblé pas moins de 103 985 personnes) qu’en termes de recettes sur la billetterie (170 millions de dollars soit 125,5 millions d’euros) et sur le merchandising (140 millions de dollars soit 103 millions d’euros) selon les premières données communiquées par la Ligue Professionnelle de Football Américain (NFL).

En outre, selon les projections du Cabinet spécialisé « Pricewaterhouse Coopers », quelques 150 000 personnes ont dû faire le déplacement à Arlington, dépensant 202 millions de dollars soit 149 millions d’euros !

C’est donc toute l’économie de Dallas et plus largement du Texas, qui bénéficie de l’implantation d’une telle structure, qui accueille, outre des matchs de football américain, des concerts et de grands spectacles (U2…).

Quant au Superbowl lui même, il est le parfait exemple du sport devenu sport business. Les publicités durant les mi-temps se négocie chèrement : de 2,8 millions de dollars (2 millions d’euros) les trente secondes en 2010, elles ont été payées 3 millions de dollars cette année (2,2 millions d’euros). Une somme majeure pour un événement majeure, suivi par plus de 100 millions de téléspectateurs. Les grandes firmes américaines sont les premières à venir proposer leurs publicités : « Coca-Cola » bien sûr mais aussi « General Motors », le fleuron ressuscité de l’automobile. Les bandes annonces de films sont aussi légions durant les coupures « pub » à l’image du prochain « Transformers 3 ».

Il ne faut pas oublier non plus les artistes de la scène musicale qui assurent une partie des « entractes ». Entonner l’hymne américain ou assurer une prestation scénique hors-norme durant le Superbowl, assure une promotion exceptionnelle pour un artiste ou un groupe. Hier, Christina Aguilera s’est vu confier le rôle d’interprète de l’hymne américain. Du côté du spectacle, il a été orchestré par les Black Eyed Peas.

« Le SuperBowl est l’évènement sportif ayant la plus grande valeur commerciale au monde, devant les Jeux Olympiques d’été et la Coupe du Monde de Football » selon une étude réalisée en 2007 par le magazine « Forbes ».

Lors de la finale 2007 du Championnat de Football Américain, le prix des places avait dépassé les 4 000 dollars (2 950 euros). Quant aux tarifs des loges, ils avaient frôlé les 150 000 dollars (110 700 euros).

(Base : 1$ = 0,73€)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.