JO 2018 : Présentation et analyse de la candidature de Munich

En Juin dernier, Munich recueillait la première place des Villes Requérantes devant PyeongChang et Annecy, dans le Rapport du Groupe de Travail 2018 du Comité International Olympique (CIO).

Le 11 Janvier, le Comité de Candidature de la ville allemande a déposé son dossier de candidature pour l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver 2018.

Munich, ville olympique en 1972, joue à fond la carte du développement durable avec la réutilisation du Parc Olympique, structure qui accueille 300 manifestations annuelles et 4 millions de personnes. Cinq des sept sites olympiques de 1972 seront ainsi réutilisés pour l’accueil des Jeux d’hiver 2018. Avec son projet, la cité bavaroise souhaite laisser un héritage pour les quarante prochaines années, à l’exemple du Village Olympique implanté en bordure du Parc Olympique de Munich et qui, après les Jeux, laissera à la communauté quelques 880 logements. Le Stade Olympique de 1972 rénové il y a quelques années, sera quant à lui le théâtre de la Cérémonie d’Ouverture et de Clôture.

  • Concept et Héritage :

« Munich 2018 » souhaite offrir au Mouvement Sportif, aux athlètes et aux spectateurs, un « Festival de l’Amitié ».

Pour les concepteurs du projet, « l’expérience de durabilité sur les sites olympiques de 1972 confère à Munich un argumentaire sans égal pour aider le monde à comprendre que les méga-manifestations peuvent réellement s’accompagner d’un héritage durable pour les Communes et pour les générations de demain ».

Ainsi, « Munich 2018 » prévoit la construction de deux nouvelles patinoires de hockey (7 000 et 4 000 places) qui viendront remplacer des infrastructures aujourd’hui inadaptées, à l’intérieur même du Parc Olympique des Jeux d’été de 1972, rebaptisé pour l’occasion des JO 2018, Parc de Glace.

En outre et comme évoqué précédemment, la reconversion du Village Olympique de Munich sera assuré par la vente ou la location de 880 logements, à l’entrée du Parc Olympique.

Concernant les sites de Garmish-Partenkirchen, l’organisation des Jeux permettra la rénovation du Centre des Sports de Glace ainsi que la construction d’un Centre de Durabilité, qui sera un lieu d’initiatives environnementales alpines.

Enfin, des améliorations sensibles seront opérées au niveau des infrastructures de transports, que nous détaillerons à la fin de cet article.

« Munich 2018 » s’engage à mettre en place des programmes de développement des sports d’hiver, à destination des plus jeunes notamment, avec par exemple le soutien financier des installations d’entrainement, la recherche de budgets promotionnels en dehors du budget annuel des associations sportives ou encore le financement de projets d’instituts universitaires.

Durant les Jeux, « Munich 2018 » organisera un festival de rue intitulé « Fêtes des Jeunes de Munich ».

Les Jeux Olympiques et Paralympiques de « Munich 2018 » s’articuleront autour de deux pôles principaux : Munich pour les épreuves dites de Glace et Garmish-Partenkirchen (hôte des Jeux d’hiver 1936) pour les épreuves de Neige.

Les deux ensembles seront à une heure de distance l’un de l’autre (75 kilomètres). Un troisième site complétera le dispositif allemand, avec la station de Königssee pour le bobsleigh, le skeleton et la luge distante de 165 kilomètres de Munich (110 minutes).

  • Soutien gouvernemental et opinion publique :

Le projet de « Munich 2018 » dispose du soutien des principales forces politiques de la République Fédérale d’Allemagne.

Ainsi, la CDU / CSU (actuellement au pouvoir) a apporté son soutien à la Candidature bavaroise de même que le SDP (sociaux-démocrates) et le FDP. Le parti d’extrème-gauche, Die Linke, qui a effectué une poussée lors des dernières élections, ne se prononce pas au niveau national mais affiche son opposition sur le plan local vis-à-vis de « craintes » autour de « l’ampleur des Jeux Olympiques d’hiver ».

Concernant l’opinion publique, le projet « Munich 2018 » bénéficie du soutien de 76,3% de la population allemande, de 74,5% des Bavarois et enfin de 70,9% des habitants de Munich, principale Ville Hôte en cas d’élection le 06 Juillet prochain.

Ce sondage a été réalisé par l’institut « GfK SE, Bereich GfK Marktforschung » au printemps 2010 sur des échantillons représentatifs de 1 000 personnes (Allemagne, Haute-Bavière et Munich) et de 600 personnes pour Garmish-Partenkirchen.

  • Budget des Jeux et tarifs des épreuves :

« Munich 2018 » a élaboré un budget tripartites d’un montant global (valeur 2010) de 3,8 milliards de dollars soit 2,8 milliards d’euros :

Le premier prend en compte la construction et l’aménagement des sites et villages olympiques.

Le second comporte les dépenses de fonctionnement liés au Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et le second, aux dépenses liés à la construction ou la modernisation d’infrastructures indépendantes des JO (voies routières, ferroviaires…).

Sites et Villages Olympiques 889 millions de dollars 665 millions d’euros
Comité d’Organisation des JO 1,3 milliard de dollars 972 millions d’euros
Hors-Comité d’Organisation 1,6 milliard de dollars 1,2 milliard d’euros

A l’intérieur même du budget spécifique aux sites olympiques et aux Villages la répartition des dépenses s’établit ainsi :

Sites existants – pas de constructions permanentes 32,4 millions de dollars 24,2 millions d’euros
Sites existants – constructions permanentes nécessaires 16,1 millions de dollars 12 millions d’euros
Sites à construire – Hors JO 53,3 millions de dollars 39,8 millions d’euros
Sites à construire – JO 570,1 millions de dollars 426,3 millions d’euros
Sites à construire – temporaires 217,1 millions de dollars 162,3 millions d’euros

Concernant enfin les tarifs des épreuves olympiques et paralympiques, ils ont été élaborés afin de rendre les Jeux accessibles au plus grand nombre.

Ainsi, « Munich 2018 » souhaite « remplir les stades afin de faire de chaque compétition une expérience incomparable; faciliter l’accès aux billets à toutes les catégories de revenus donc aux jeunes et aux familles afin de sauvegarder les valeurs de l’Olympisme et de les transmettre aux générations futures et proposer des forfaits incluant les prix du billet d’entrée et celui des transports publics circulant à l’intérieur de la région olympique afin de promouvoir les déplacements respectueux de l’environnement ».

  Jeux Olympiques Jeux Paralympiques
Cérémonie d’Ouverture 146 > 925 dollars

109 > 693 euros

23 > 176 dollars

17 > 131 euros

Cérémonie de Clôture 146 > 644 dollars

109 > 482 euros

23 > 146 dollars

17 > 109 euros

Épreuves phares 46 > 593 dollars

34 > 444 euros

08 > 176 dollars

06 > 131 euros

Autres épreuves 21 > 160 dollars

15 > 120 euros

06 > 09 dollars

5 > 7 euros

  • Sites Olympiques et Paralympiques :

Les sites olympiques et paralympiques de « Munich 2018 » seront repartis à 91% entre deux pôles : le Parc de Glace de Munich et le Parc de Neige de Garmish-Partenkirchen.

Ainsi, 33% des épreuves auront lieu à Munich et 58% se dérouleront à Garmish-Partenkirchen. La luge, le bobsleigh et le skeleton auront quant à eux lieu à Königssee.

Les épreuves du Parc de Glace se dérouleront dans cinq des sept sites olympiques de Munich 1972.

1 – La Salle Olympique où se sont déroulées les épreuves de handball et de gymnastique en 1972, sera rebaptisée Arène de Glace à l’occasion des JO 2018 et accueillera les épreuves de patinage. Rénovée en 2007, l’Arène pourra accueillir 12 000 spectateurs.

2 – La piscine olympique de 1972, deviendra l’Arène de Curling et disposera d’une capacité de 4 000 places. Seuls des aménagements temporaires sont prévus pour ce site (glace et tribunes démontables).

3 – La Salle de Manifestations sera une structure nouvelle, construite à l’emplacement du Vélodrome des Jeux de 1972. D’une capacité de 11 000 spectateurs, elle accueillera une partie des épreuves de hockey sur glace et de hockey sur luge à l’occasion des Jeux Paralympiques.

Après les Jeux, sa capacité sera ramenée à 7 000 places afin d’accueillir diverses manifestations polyvalentes.

4 – Le Centre Olympique des Sports de Glace se situe sur l’ancien site des compétitions de boxe de 1972. Rénové pour les Jeux 2018, il accueillera une partie des épreuves de hockey sur glace ainsi que l’épreuve de curling des Jeux Paralympiques. Le Centre aura une capacité de 7 000 places (3 500 après les Jeux).

5 – Enfin, l’Ovale de Patinage de Vitesse sera construit uniquement à l’occasion des Jeux. La structure de 8 000 places sera démonté par la suite et certains éléments seront octroyés après les compétitions à d’autres sites (tableaux d’affichage, sonorisation…).

Les épreuves du Parc de Neige s’articuleront autour quatre sites principaux pour la plupart déjà existants et subdivisés en fonction des compétitions :

1 – L’Arène Alpine du Kandahar possède les pistes parmi les plus connues et les plus techniques du circuit mondial de ski alpin. Située à 10 minutes du Village de Neige, elle est régulièrement le lieux des épreuves de vitesse des Championnats du Monde de Ski Alpin (2011). En 2018, les épreuves reines des Jeux s’y dérouleront en présence de 18 000 spectateurs : descente, slalom géant, super G, super combiné.

Le site sera également utilisé à l’occasion des Jeux Paralympiques.

2 – L’Arène de Snowboard et de Ski d’Hausberg, sera aménagé sur une pente, propriété de l’armée américaine. Les épreuves de snowboard et de ski acrobatique (ski cross) seront organisées sur ce site. Entre 10 et 14 000 personnes pourront assister aux compétitions. Site temporaire aménagé uniquement pour les Jeux, il retrouva sa fonction actuelle à la fin des compétitions olympiques.

3 – Le Stade Olympique de Ski accueillera pas moins de cinq épreuves : ski acrobatique-sauts (site nouveau), saut à ski et combiné nordique, ski alpin (slalom) et bosses (sites existants). Le site de Guideberg qui accueillera le slalom et les bosses sera aménagé pour la venue de 14 à 18 000 personnes. Durant les Jeux Paralympiques, le site accueillera les épreuves de ski alpin (slalom).

4 – Le Centre Olympique de Schwaiganger situé au coeur du Centre Équestre de Bavière, sera le site des épreuves de biathlon, de ski de fond et de ski de fond du combiné nordique. Les tribunes temporaires pourront contenir entre 20 et 22 000 personnes pour les Jeux Olympiques et entre 4 et 7 000 pour les Jeux Paralympiques (biathlon et ski de fond).

Le Parc de Glace (Munich) sera distant de 65 minutes du Parc de Neige (Garmish-Partenkirchen).

  • Stade Olympique :

La Cérémonie d’Ouverture des XXIIIe Jeux Olympiques d’hiver aura lieu dans le Stade Olympique de Munich, si la ville en obtient l’organisation.

Hôte des Jeux Olympiques d’été en 1972, la ville a su conserver un Stade à l’architecture unique au monde et qui accueille chaque année plusieurs manifestations sportives et culturelles. La finale de la Coupe du Monde de Football 1974 s’y est déroulée de même que deux finales de la Ligue des Champions (1993 et 1997). Dernièrement, le Stade Olympique a accueilli les Championnats d’Europe d’Athlétisme en 2002.

L’équipe de football du Bayern Munich y a évolué jusqu’en 2005 et la construction de l’Allianz Arena en vue de la Coupe du Monde 2006.

Rénové en 2010, le Stade Olympique de Munich pourra ouvrir ses portes à quelques 70 000 spectateurs pour la Cérémonie d’Ouverture et la Cérémonie de Clôture.

  • Villages Olympiques et Paralympiques :

Le projet « Munich 2018 » prévoit la construction de deux Villages Olympiques et Paralympiques et l’aménagement de nouvel hôtel sur le site de Königssee.

Les deux Villages porteront les noms respectifs de Village de Glace et Village de Neige.

Le premier sera édifié à l’entrée même du Parc de Glace de Munich.

D’une superficie de 23 hectares, il comportera quelques 3 558 lits aménagés dans des bâtiments de quatre à six étages. Ces bâtiments ont d’ores et déjà été modélisés à la suite d’un concours international lancé par le comité de candidature de « Munich 2018 ». En outre, une Esplanade des Drapeaux devrait être aménagée et constituera l’entrée du Village pour les athlètes et les officiels. Au sud du Village, un restaurant de deux étages sera construit (1 500 places).

Le coût global du Village de Glace (constructions permanentes et temporaires) est évalué à 266,7 millions de dollars (200 millions d’euros).

Le Village Olympique constitue à chaque Olympiade un héritage indéniable pour l’ensemble de la communauté. Quelques 880 logements devraient ainsi, après les Jeux, être vendus ou loués.

Le second sera construit à Garmish-Partenkirchen mais sera en grande partie constitué de modulaires, démontés après les Jeux.

D’une superficie de 18,5 hectares, il sera dôté de 2 768 lits selon les prévisions établies par le comité de candidature et aura un coût estimé à 74,8 millions de dollars (56 millions d’euros).

Trois zones délimiteront le Village de Neige : la zone opérationnelle (restaurant…), la zone résidentiel et l’esplanade. Le Village se situera à proximité d’un Parc Aquatique déjà existant et qui comporte notamment une piscine, un sauna et un spa pour la remise en forme.

Si Munich obtient l’organisation des Jeux Olympique et Paralympiques, la construction des deux Villages devraient se dérouler entre 2015 et 2017.

Enfin, la construction d’un nouvel hôtel (quatre étoiles) à Königssee permettra l’aménagement de chambres supplémentaires pour les touristes de passage dans la région (550 lits).

  • Niveau d’enneigement :

Les services météorologiques allemands ont effectué des études concernant le niveau d’enneigement des sites olympiques inscrits dans le projet « Munich 2018 » :

Munich 0 > 38 cm
Garmish-Partenkirchen 0 > 74 cm
Königssee 0 > 115 cm

  • Transports :

Le dossier technique de « Munich 2018 » indique que « tous les sites ont été choisis en fonction de leur accès aux transports publics, dans un but de durabilité. L’élaboration du projet s’appuie sur une stratégie des transports qui englobe cinq priorités, chacune d’elle s’inspirant du principe de durabilité et de son application dans le contexte plus large des besoins de la collectivité : recours préférentiel à l’infrastructure existante, optimisation de l’infrastructure existante, travaux de construction relativement limités pour les projets déjà prévus, mais qui apporteront une amélioration nette au système de transport en commun et répondront aux besoins à long terme de la collectivité, développement limité d’une infrastructure ferroviaire supplémentaire, mais seulement en cas de besoin démontré pour la collectivité, recours à des mesures temporaires pour accroître l’efficacité des transports (…) ». Le dossier indique également que « tous les spectateurs pourront atteindre les sites sportifs par le train ou l’autocar / autobus ». Le priorité est donc donnée aux différents modes de transport en commun dans un souci de respect des sites et de leur environnement.

1 – Données Aéroportuaires :

Trois aéroports ont été choisis pour faire partie intégrante du dispositif de transports de « Munich 2018 ».

L’aéroport international de Munich sera le principal aéroport d’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques. Fréquenté par 32,9 millions de passagers en 2009, il peut, selon les données avancées par le dossier de candidature, accueillir 150 000 passagers par jour. En 2010, l’aéroport de Munich a été classé « meilleur aéroport d’Europe ».

Il est situé à 35 kilomètres (soit 25 minutes de trajet) de l’emplacement prévu pour le Village de Glace.

Les aéroports de Salzbourg et Innsbruck compléteront le dispositif Munichois mais demeureront des infrastructures secondaires pour l’accueil de spectateurs à destination du site de Garmish-Partenkirchen ainsi que celui de Königssee.

Les aéroports internationaux de Francfort et Berlin-Brandenbourg pourraient en cas de besoin être utilisés dans le dispositif de « Munich 2018 ».

2 – Données ferroviaires :

La ville de Munich dispose d’un atout de poids en matière d’infrastructures ferroviaires, avec la Gare Centrale qui est « la troisième au monde par le nombre de quais ».

Une ligne de métro et deux lignes de tramway relieront directement la Gare Central au Parc de Glace (U1 et tramway 20 et 21).

Au total, six lignes de métro / tramway donneront directement accès au Parc de Glace : les lignes U1 et U3 du métro Munichois et les lignes 12, 20, 21 et 27 du tramway.

3 – Données routières et autoroutières:

Afin de garantir une fluidité la plus grande possible, le comité de candidature a prévu la mise en place de 380 kilomètres de « Voies Olympiques » autour des sites de compétitions, notamment sur le périphérique de Munich (le Mittlerer Ring).

Le projet Allemand se base principalement sur les autoroutes A92 et A9 qui relient l’aéroport de Munich et la zone olympique, l’A95 entre Munich et Garmish-Partenkirchen, ainsi que l’A8 qui relie la capitale bavaroise à Schönau près de Königssee.

Le dossier de candidature indique que l’ensemble des sites seront desservis par des itinéraires principaux ou secondaires.

Pour l’ensemble des réseaux de transports, les travaux de modernisation sont limités et quelques travaux sont déjà engagés de manière indépendante à l’accueil éventuel des Jeux.

Enfin, donnée non négligeable pour l’accessibilité des sites de compétitions olympiques et paralympiques, « les titulaires d’un billet pourront accéder gratuitement au métro, aux trains régionaux ou suburbains, au tramway et aux autobus et autocars réguliers de l’ensemble de la Bavière ainsi que des parties limitrophes de l’Autriche ».

Conclusion :

Le projet de « Munich 2018 » est sans conteste solide sur le plan organisationnel mais omet de manière assez importante, l’aspect développement durable des Villages et des sites olympiques et paralympiques, du point de vue de l’utilisation de ressources propres et renouvelables. A l’inverse, le développement durable des sites du point de vue de la reconversion et de la réutilisation, occupe une place majeure du dossier de candidature, à l’image de l’immense héritage laissé à la Ville après les Jeux d’été de 1972 et dont le site le plus emblématique est sans nul doute le Parc Olympique avec le célèbre Stade Olympique.

L’aspect « sécurité » a été volontairement négligé dans l’analyse réalisée pour la rédaction de cet article. En effet, la Ville de Munich et le Land de Bavière, disposent de forces de sécurité et de secours en nombre important, qui possèdent l’expérience de la surveillance de manifestations sportives ou culturelles (Fête de la Bière notamment) de grande ampleur.

Enfin, les transports sont en nombre suffisant et sont de grande qualité.

Toutefois, bien que le site du Parc de Glace soit intérieurement compact, ce n’est pas le cas de Garmish-Partenkirchen dont l’un des sites est à 30 kilomètres du Village de Neige. La distance entre les trois pôles est également à souligner : de 95 à 165 kilomètres entre Munich et Garmish-Partenkirchen et entre Munich et Königssee, ce qui constitue une faiblesse dans l’argumentaire de la compacité des pôles bien que l’utilisation du site de Königssee soit volontaire du fait de l’existence des infrastructures utiles aux épreuves.

– Illustrations issues du dossier de candidature (hors Stade Olympique provenant du site de Wikipédia).

– Retrouvez le site officiel de la Candidature sur lequel vous trouverez les trois composantes du dossier de candidature à l’adresse suivante : www.muenchen2018.org/fr

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.