CIO : Athènes devrait accueillir la Session en 2021

Ville Hôte des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2004, la capitale grecque devrait accueillir dans deux ans la Session annuelle du Comité International Olympique (CIO).

La Commission exécutive de l’institution, réunie cette semaine à Lausanne (Suisse), a en effet entériné ce choix qui devra encore être conforté par une étude de faisabilité, puis in fine par un vote de la Session.

L’athlète américaine Allyson Felix à la tribune de la Session du Comité International Olympique, le 13 septembre 2017 à Lima au Pérou (Crédits – Sport & Société)

Dans le dispositif olympique, la Session fait partie des trois organes majeurs – aux côtés du Président du CIO et de la Commission exécutive – et occupe en ce sens une place prépondérante. Comme le précise à cet égard la Charte Olympique au travers de la Règle 18 :

La Session est l’assemblée générale des membres du CIO.

Elle est l’organe suprême du CIO. Ses décisions sont définitives. Une Session ordinaire a lieu une fois par an. Des Sessions extraordinaires peuvent être convoquées par le Président ou à la demande écrite d’au moins un tiers des membres.

Du fait de son positionnement, la Session dispose de prérogatives particulièrement étendues, allant de l’adoption ou la modification de la Charte Olympique – texte de référence -, à l’élection des membres du CIO, mais encore à la désignation de la Ville Hôte des Jeux. La Session peut aussi exclure des membres de l’institution ou décider de l’octroi ou du retrait de la reconnaissance d’un Comité National Olympique (CNO) ou d’une Fédération Internationale (FI).

Dans deux ans, les membres du CIO réunis à Athènes n’auront pas à élire de Ville Hôte des Jeux, Los Angeles (États-Unis) ayant bénéficier de la double attribution des JO 2024-2028 lors de la 131ème Session qui s’était déroulée à Lima (Pérou) en septembre 2017.

La 136ème Session ne sera toutefois pas sans intérêt, car la centaine de pontes olympiques aura à procéder à l’élection du nouveau Président du CIO. Comme le prévoit la Règle 20 de la Charte Olympique :

La Session élit, au scrutin secret, un Président parmi ses membres pour un mandat de huit ans, renouvelable une seule fois pour quatre ans.

Le Président du CIO, Thomas Bach, le 15 février 2019 à Lausanne (Crédits – CIO / Greg Martin)

Élu en 2013 pour un mandat de huit ans, l’actuel patron de l’instance olympique, Thomas Bach, pourrait bien être candidat à sa propre succession. Si tel devait être le cas et si d’aventure le leader allemand venait à être réélu, il exercerait alors un deuxième mandat d’une durée de quatre ans, soit jusqu’en 2025.

Thomas Bach superviserait donc l’ouverture des Jeux Olympiques de la Jeunesse de Dakar 2022, puis celle des JOJ d’hiver de 2024 et enfin l’ouverture des Jeux d’été de Paris 2024.

Dans le cas d’une non-candidature de Thomas Bach ou de l’élection d’un autre membre du CIO, le futur Président exercerait son mandat jusqu’en 2029, voire même jusqu’en 2033, incluant alors les Jeux d’été de Paris 2024, les Jeux d’hiver de 2026, les Jeux d’été de Los Angeles 2028, et potentiellement les Jeux d’hiver de 2030 et les Jeux d’été de 2032. A cette liste s’ajouteraient également les JOJ d’été de 2022, 2026 et 2030, et les JOJ d’hiver de 2024, 2028 et 2032.

Façade du Megaron Athens International Conference Center, potentiel lieu d’accueil de la Session du CIO en 2021 (Crédits – VenuesGreece)

Pour Athènes, la tenue de la Session en 2021 ne constituerait pas une première.

La capitale grecque a en effet accueilli à sept reprises la manifestation par le passé, avec en particulier deux dates-clés : 1896 avec l’élection du Baron Pierre de Coubertin comme Président du CIO et 1978 avec la désignation de Sarajevo (alors en Yougoslavie) et de Los Angeles (États-Unis) comme Villes Hôtes respectives des Jeux d’hiver et d’été de 1984.

En 2004, Athènes fut à nouveau sous le feu des projecteurs, le CIO profitant des Jeux d’été pour organiser en parallèle sa Session, comme il est de coutume pour une Ville Hôte des Jeux.

En 2021, l’événement olympique pourrait avoir lieu au sein du Megaron Athens International Conference Center qui est l’un des principaux centres de congrès en Europe. Situé à une trentaine de kilomètres de l’aéroport international d’Athènes, ce centre de conférences est aussi implanté à proximité de l’une des principales artères routières de la ville et de plusieurs hôtels.

Vue de Lausanne depuis le parvis de la cathédrale (Crédits – Sport & Société)

A ce jour, seules deux villes dépassent la capitale grecque en ce qui concerne le nombre de Session du CIO.

Lausanne, « Capitale Olympique », confirme son statut en détenant ainsi le record, avec l’accueil de l’événement à treize reprises jusqu’à aujourd’hui, incluant la Session extraordinaire de juillet 2017 au cours de laquelle les membres avaient acté le principe de double attribution des JO 2024-2028.

Paris (France) arrive en seconde position, avec l’accueil de la Session du CIO à huit reprises (1894, 1901, 1903, 1914, 1922, 1924, 1955, 1994), neuf même, si l’on considère l’échéance à venir de 2024. Rome (Italie) est en troisième position, avec la tenue de la Session à cinq reprises (1923, 1949, 1960, 1966, 1982).

_________________________

Indépendante, la plateforme d’information « Sport & Société » fonctionne grâce au soutien de ses lecteurs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.