JO 2026 : Recep Tayyip Erdogan précise les ambitions de la Turquie

En déplacement dans la région d’Erzurum dans l’Est du pays, le Président de la Turquie a fait un pas supplémentaire en direction du dépôt d’une candidature à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de 2026.

Après les échecs pour l’obtention des Jeux d’été, la Turquie semble bien décidée à changer de stratégie et à concevoir une candidature aux Jeux d’hiver.

Évoquée depuis plus de deux ans, cette perspective est aujourd’hui en passe d’être concrétisée avec un projet porté par Erzurum et deux autres localités.

Le Président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan, lors d’un meeting le 08 avril 2017 (Crédits – Page officielle Facebook)

Pour parvenir à cette candidature, la Turquie devra massivement soutenir le développement du secteur montagneux avec un investissement conséquent en faveur des sports d’hiver et des infrastructures adéquates.

Si le chiffre de 48,5 milliards d’euros avait été mentionné à la fin de l’année 2014, Recep Tayyip Erdogan a cette fois-ci précisé le montant des investissements pour la seule ville d’Erzurum.

Pas moins de 20 milliards de livres turques, soit 5,15 milliards d’euros, seront débloquées dans les mois à venir. Quelques 23 000 nouveaux emplois sont également envisagés par les autorités du pays pour permettre la mise à niveau des équipements de la région.

« Nous sommes dans une phase de préparation pour une candidature aux JO 2026. Ici, avec les Jeux Olympiques, nous souhaitons adresser un message au monde » a affirmé le Président Erdogan.

Ce propos n’est pas sans rappeler celui tenu par le Président de la candidature d’Istanbul 2020 lorsque cette dernière était en lice pour l’accueil des Jeux d’été.

« Istanbul 2020 offre au Mouvement Olympique une série de premières historiques ; les premiers Jeux en Turquie, les premiers Jeux se déroulant à cheval sur deux continents simultanément, les premiers Jeux au sein d’une nation dont plus de la moitié de la population est âgée de moins de 25 ans.

En choisissant Istanbul, le Comité International Olympique choisira d’écrire l’Histoire » avait déclaré Hasan Arat en septembre 2013.

Si la Turquie acte définitivement le principe d’une candidature, elle pourra sans nul doute compter sur l’engagement personnel d’Ugur Erdener, Président du Comité National Olympique, mais surtout vice-Président du CIO depuis l’an passé.

Cet engagement ne devrait pas être anodin, d’autant plus si la Suisse poursuit sur sa lancée avec la candidature de Sion 2026 et l’investissement de ces quatre membres présents au sein de l’institution de Lausanne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s