Attentats de Paris : Salah Abdeslam « voulait se faire exploser au Stade de France »

Quatre mois après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, l’un des principaux suspects a été interpellé hier après-midi. Recherché par toutes les polices d’Europe, Salah Abdeslam a finalement été retrouvé dans un appartement de Molenbeek-Saint-Jean (Belgique).

Ce soir, le Procureur de la République de Paris s’est exprimé afin de donner quelques informations relatives au rôle joué par Salah Abdeslam dans le cadre des attentats de Paris qui ont fait 130 morts et plusieurs dizaines de blessés.

François Molins a ainsi précisé les intentions de celui qui est inculpé pour « participation à des meurtres terroristes et participation aux activités d’un groupe terroriste ».

Vue aérienne du Stade de France (Crédits - Stade de France)
Vue aérienne du Stade de France (Crédits – Page Facebook du Stade de France)

« Salah Abdeslam a affirmé qu’il voulait se faire exploser au Stade de France, mais qu’il avait fait machine arrière.

Ces premières déclarations, qu’il faut prendre avec précaution, laissent en suspens toute une série d’interrogations sur lesquelles Salah Abdeslam devra s’expliquer, en particulier quant à sa présence dans le 18e arrondissement le 13 novembre au soir dès 22h00, après avoir déposé le commando du Stade de France et sur les raisons qui l’ont conduit à abandonner sa ceinture d’explosif à Montrouge » a notamment déclaré le Procureur de la République.

Ce soir-là, le Stade de France était le théâtre d’une rencontre entre l’équipe de France de football et celle d’Allemagne, en présence de 80 000 spectateurs ainsi que de plusieurs dirigeants politiques, à l’instar du Président de la République, François Hollande.

Si Maître Sven Mary, avocat de Salah Abdeslam, a indiqué ce matin que son client refusait une extradition vers la France, cette procédure devrait toutefois avoir lieu dans un délai maximal de trois mois au regard de la coopération entre la justice belge et la justice française.

Dans un communiqué publié aujourd’hui, le Ministère de la Justice indique ainsi qu’un « nouveau mandat d’arrêt européen a été émis à son encontre par les autorités judiciaires françaises. Il vise à compléter celui qui avait été émis en novembre 2015 après les attentats de Paris, afin de couvrir l’ensemble des faits qui lui sont reprochés.

L’émission de ce mandat d’arrêt européen relève de la responsabilité et de la compétence du parquet de Paris, sur la base d’un mandat d’arrêt émis par les magistrats instructeurs en charge de la conduite des investigations. […] Cette procédure remplace, entre les États membres de l’Union Européenne, la procédure d’extradition. […]

Cette procédure est plus simple et plus efficace que l’extradition, puisqu’elle impose des délais brefs de traitement : la décision définitive sur la remise de Salah Abdeslam doit ainsi intervenir dans un délai de 60 jours à compter de son arrestation, ou 90 jours s’il devait exercer un recours devant une juridiction suprême.

Le refus par la personne concernée d’être remis aux autorités étrangères ne fait pas obstacle à l’exécution de la remise ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s