JO 2024 : Patience et prudence pour Paris

Les conclusions de l’étude d’opportunité et de faisabilité actuellement menée sous l’égide du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) et du Comité Français du Sport International (CFSI) devaient être présentées fin octobre, début novembre.

Il faudra finalement patienter quelques mois de plus avant de connaître le positionnement de la France quant à une éventuelle candidature olympique de Paris pour les Jeux d’été de 2024.

Logo CNOSF

En effet, le Mouvement olympique français souhaite attendre l’avancée des discussions autour de la réforme olympique « Agenda 2020 ». Cette dernière devrait être débattue et votée les 08 et 09 décembre 2014 à Monaco.

La décision du CNOSF apparaît à la fois logique et lucide et reflète par ailleurs l’état d’esprit dans lequel est conduit l’étude d’opportunité.

Plusieurs Comités Nationaux, dont l’Allemagne ou la Turquie, ont déjà indiqué qu’ils souhaitaient attendre les débats autour de la réforme du Comité International Olympique (CIO) – et de fait des Jeux Olympiques – avant de déposer officiellement des projets de candidatures.

9 pensées

  1. J’espère que cela laissera suffisamment de temps pour convaincre (si l’issue des mois de travail s’avère plutôt optimiste quant à la candidature, évidemment !)… L’opinion publique française est souvent critique à l’égard des JO, et il suffit de regarder les sites d’information pour voir qu’une importante majorité des Français sont sceptique à l’idée des coûts, et donc de l’organisation de JO (pensant naïvement qu’organiser une Exposition Universelle serait peut conteuse en comparaison !)…

    Car le plus gros de la communication visera à faire aimer ces JO et créer un vrai soutien de la cause au niveau national… Et ce n’est pas une mince affaire !

    1. Oui Fabien, le CIO avait pourtant l’occasion à plusieurs reprise de choisir des villes pouvant montrer l’exemple en matière de coûts et donc de modestie dans la grosseur que prend maintenant cette grande compétition. Sotchi a été la plus mauvaise pub pour les jeux.

      Trop chère, trop grand pour des JO d’Hiver, et avec les soucis financiers de beaucoup d’Etats, il est tout à fait normal que les gens est une certaine méfiance sur un événement, qui ne durera que quelques semaines (JO et JP compris).

      Qui plus est comment convaincre un peuple a qui vous avez plus ou moins dit que cela serait quasiment acquis, et le jour même, vous trahit et se moque ouvertement de vous.

      Il ne faut pas oublier que Paris avait à chaque fois un dossier soit disant très apprécier et finalement se faisait voler son bifteck. Barcelone était la ville de feu J.A Samaranch, Pékin car la Chine en réalité était la destination idéale, pays en pleine croissance et donc beaucoup d’argents en prévision et enfin Londres car le monde anglo-saxon a toujours une longueur d’avance sur nous.

      Bref, les prochains seront déterminant pour Paris, mais aussi pour le CIO et son avenir plus que compromis.

Laisser un commentaire