Vers une hausse des coûts d’aménagement de la Base Nautique de Vaires-sur-Marne

La Base Nautique de Vaires-sur-Marne va connaître un réaménagement profond d’ici deux ans et ce, malgré l’échec de la dernière candidature olympique de Paris pour les Jeux de 2012.

A l’époque, le site avait été envisagé pour accueillir les épreuves de canoë-kayak et d’aviron. Mais à l’instar du Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, le projet a survécu à la défaite olympique et verra bel et bien le jour.

Paris 2024 - Base nautique de Vaires-sur-Marne

Le réaménagement du site existant comprend notamment la création de deux rivières artificielles pour la pratique du slalom en kayak. L’une sera dédiée au sport-loisir tandis que l’autre sera réservée aux sportifs de haut niveau.

Sur le plan d’eau actuel, une tour d’arrivée doit être édifiée et ce, afin de contrôler l’ordre d’arrivée dans le cadre des futures compétitions.

Le projet comprend également la mise en place d’un Centre d’expertise de la pagaie en lien avec l’Université de Marne-La-Vallée. Ce centre permettra aux chercheurs et aux sportifs, d’améliorer les connaissances et les performances relatives à cet outil indispensable.

Outre ces équipements principalement dédiés à la pratique du sport de haut-niveau et à l’organisation de grandes événements nationaux et internationaux, la reconfiguration du site va aussi bénéficier au grand public. Ainsi, les espaces actuels vont être agrandi (courts de tennis, de badminton et de squash) en plus de la construction d’un centre de remise en forme et de fitness et de l’aménagement d’une nouvelle promenade autour du lac.

Base Nautique de Vaires-sur-Marne 2-2

Il y a un an encore, ce projet global était chiffré à 65 millions d’euros par les services de la Région Ile-de-France, principale partie prenante à la mise en oeuvre des travaux.

Mais aujourd’hui, les coûts d’aménagement semblent avoir augmenté selon « Le Parisien ». La construction des différents éléments du projet coûterait désormais la somme de 75 millions d’euros et ce, de l’aveu même du Vice-président en charge des sports, Francis Parny :

« On a tout fait pour éviter un glissement financier.

Toutes les autorisations de programme sont votées.

Après l’enquête publique, qui doit commencer en septembre, on pourra lancer les appels sans délai, ce qui évitera les surcoûts ».

Également interrogée par le quotidien francilien, Véronique Daire, porte-parole du Collectif de Défense du Lac de Vaires.

Cette dernière rappelle ainsi que le Collectif avait « annoncé que le budget final dépasserait les 100 millions d’euros.

Ce projet a été construit à la va-vite : rien que pour les études, aucune n’a été prévue concernant les besoins du grand public ou sur la faisabilité du projet ».

Base Nautique de Vaires-sur-Marne 1-2

Ce projet est pourtant primordial pour le sport français.

Le développement de la pratique du canoë-kayak et de l’aviron va de pair avec l’aménagement d’un pôle d’excellence. Surtout, un tel équipement est de nature à booster une éventuelle candidature olympique de Paris pour les Jeux d’été de 2024.

Avec le Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, la Base Nautique de Vaires-sur-Marne serait la deuxième réalisation olympique actée à la suite de l’échec de « Paris 2012 ». Deux symboles d’un engagement des pouvoirs publics au service des sportifs et du grand public, mais aussi, d’une certaine manière, de la cause olympique.

Récemment, la Région a annoncé l’installation d’une Maison du projet. Cette dernière sera notamment dotée d’une maquette du futur complexe sportif et ludique et sera un lieu d’information sur l’état d’avancement des travaux.

Afin de préparer le chantier, des sondages de reconnaissance géotechniques ont également été lancé le 15 juillet dernier et devraient s’achever dans les prochains jours et ce, dans le but de définir les fondations des futurs équipements.

Paris 2024 - Base 1Paris 2024 - Base 2

En dépit d’une facture alourdie, le projet ne devrait pas connaître de retard conséquent et devrait donc être achevé pour 2016 ou 2017.

De quoi permettre l’organisation d’événements d’envergure et de préparer au mieux, une éventuelle visite de la Commission d’évaluation du Comité International Olympique (CIO). A condition, bien sûr, que la France soit candidate aux Jeux et que le projet soit retenu sur la « short list » finale de l’institution olympique.

L’ouverture des candidatures aura lieu l’an prochain. L’élection de la Ville Hôte des JO 2024 aura lieu quant à elle en 2017.

Illustrations : Crédits – Région Ile-de-France

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.