« L’Etat a pris des engagements en prévision des JO 2012 et s’est désengagé aussi vite »

Dans son rapport d’information intitulé « Grands stades et arénas : pour un financement public les yeux ouverts », le Sénat revient sur les grands projets sportifs en région parisienne et en France.

Après avoir présenté certains projets emblématiques comme l’Arena 92 ou le Grand Stade de la Fédération Française de Rugby (FFR), les rapporteurs du texte ont donné la parole à quelques Sénateurs, parmi lesquels Roger Karoutchi, Sénateur UMP des Hauts-de-Seine et membre de la Commission des Finances.

Roger Karoutchi

Ce dernier dresse notamment un constat intéressant sur la gestion des infrastructures actuelles de dimension nationale et internationale et dresse un bilan plus que contrasté :

« Le Stade de France nous avait été vendu avec le Paris-Saint-Germain (PSG) comme club résident. En fait, il n’y est jamais allé, et, de surcroît, nous avons dû rénover le Parc des Princes.

L’entretien du Stade de France coûte cher. Quel club pourrait imaginer remplir régulièrement 80 000 places ?

Résultat des courses : la région compense une partie des pertes, sous des formes diverses. Nous avons d’ailleurs payé davantage pour des spectacles comme le Roi Lion ou Cléopâtre que pour les événements sportifs. Ce n’est pas notre rôle.

En attendant de rétablir l’équilibre du stade, nous trouvons des expédients, comme l’achat de places pour les scolaires : c’est un bricolage coûteux, pas une solution pérenne.

Puis la FFR a refusé de discuter sur la prolongation de sa convention avec le Stade de France : elle voulait le même équipement pour elle ! Nous avons dit stop : on ne va pas payer pour deux Cléopâtre !

De plus, le territoire retenu, dans l’Essonne, dispose déjà de capacités d’accueil de grands spectacles [comme] le Grand Dôme de Villebon-sur-Yvette [qui] n’arrive pas davantage à l’équilibre.

Entre la demande sportive et les exigences des fédérations, il faut trouver une voie raisonnable. Je pourrais aussi parler des fédérations de sport automobile, qui veulent également leur circuit en Ile-de-France…

Revenons sur Terre : nous n’avons pas les moyens de payer tout cela.

La vérité, c’est que l’État a pris des engagements en prévision des Jeux Olympiques de 2012 et s’est désengagé aussi vite, une fois la candidature de Londres retenu par le Comité International Olympique (CIO).

Résultat : les fédérations se tournent désormais vers les collectivités. La région Ile-de-France a mis un terme à certaines conventions avec les fédérations, mais l’on ne tiendra pas longtemps si tout le monde exige son grand équipement« .

Illustration : Crédits – Site officiel du Sénat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.