Programme Olympique 2020-2024 : DIRECT – La lutte réintégrée par le CIO

Après l’élection de la Ville Hôte des JO 2020 hier soir, le Comité International Olympique (CIO) s’apprête aujourd’hui à établir la liste des sports au programme des Jeux de 2020 et 2024, tout en votant pour l’admission éventuelle d’un nouveau sport.

Trois sport sont en compétition : softball / baseball ; squash ; lutte.

Sur ces trois sports candidats, seul le squash n’a jamais été inscrit au programme des Jeux. Sa popularité grandissante – notamment au niveau de la jeune génération – et le soutien appuyé du tennisman Roger Federer, pourraient lui être bénéfique.

Mais sauf surprise, c’est la lutte qui devrait retrouver son siège de sport olympique, après plusieurs mois de tensions et de restructurations au sein de ses instances dirigeantes.

Avant de passer à la présentation des candidats, le CIO a proposé au vote, la liste des 25 sports olympiques pour les éditions à venir. Quelques minutes plus tard, ladite liste a été approuvée par 83% des votants :

25 sports olympiques

15h30 : Le softball / baseball est le premier sport candidat à l’intégration olympique, à présenter son projet.

La délégation prévoit, « en fonction des athlètes autorisés à concourir », une participation aux Jeux Paralympiques. Les membres présents précisent également que la question d’une fusion entre le softball et le baseball « dépend des Fédérations Internationales », seules habilitées à décider d’un tel changement.

15h50 : Le Président Jacques Rogge remercie la délégation pour son « excellente présentation » et proclame quelques minutes de pause.

15h55 : La délégation représentant le squash sera la deuxième à effectuer une présentation devant les membres-électeurs du CIO.

16h10 : Le Président de la Fédération de Squash, M. Ramachandran, monte à la tribune et présente l’ensemble de la délégation, composée notamment du numéro un mondial.

Délégation Squash - CIO

« Nous allons vous montrer que le squash est un sport d’avenir et non du passé. Le squash n’a jamais fait partie du programme olympique et nous sommes fiers, après trois tentatives, de vous présenter à nouveau notre projet. Nous sommes mûrs et prêts à intégrer les Jeux ».

Le Président indique que pour permettre une éventuelle intégration, le squash, « sport qui se pratique dans 185 pays à travers le monde », à adopter plusieurs changements, en particulier en matière de diffusion et de retransmission télévisée.

Selon lui, le « squash offre de nouvelles perspectives. Il est aujourd’hui présent dans la plupart des grands rassemblements, notamment aux Jeux Asiatiques. Nous avons également fait beaucoup de travail au niveau paralympique ».

Après la diffusion d’un clip promotionnel, le Champion du Monde Ramy Ashour prend la parole : « Le squash représente la quintessence de l’Olympisme. Dans ce sport, nous croyons fermement aux notions de fair-play et de partage ».

Selon une autre représentante du squash, Nicole David, quintuple Championne du Monde, « le squash fera appel à 32 hommes et 32 femmes soit 64 compétiteurs olympiques. Les compétitions auraient lieu à l’intérieur de structure en verre pouvant accueillir 4 000 spectateurs ».

Deux jeunes sportifs montent à la tribune : « Donnez-nous l’occasion ! Nous n’allons pas vous décevoir ! »

16h30 : Le Président Ramachandran évoque « la croissance du squash sur tous les continents, notamment en Afrique et au Moyen-Orient. Nous serions un partenaire formidable. Nous serions une nouvelle expérience olympique ».

Un film vient étayer les propos du Président de la Fédération, en montrant diverses équipes de squash présentes aux quatre coins de la planète : Arménie, Jordanie, Arabie Saoudite…

16h35 : L’un des membres-électeurs questionne la délégation sur le « coût des cages en verre » permettant la pratique du squash. Les représentants expliquent qu’une telle infrastructure à un coût de « 3 000 dollars par jour si vous souhaitez une simple location, ou 250 000 dollars dans le cas d’un achat. Autrement dit, 500 000 dollars pour deux courts de squash ».

16h40 : Le Président Jacques Rogge donne maintenant la parole aux représentants de la Fédération Internationale des Luttes Associées (FILA).

Président FILA - CIO

Le Président de la FILA, Nenad Lalovic, s’approche et annonce : « Merci de me donner l’occasion de sauver la lutte. C’est aujourd’hui le jour le plus important pour notre sport vieux de 3 000 ans ».

« Nous avons travaillé depuis plusieurs mois pour faire de la FILA une fédération moderne : création de 15 commissions, présence accrue des femmes, adoption de nouvelles règles. Nous présentons aujourd’hui une nouvelle lutte et une FILA révolutionnaire ».

16h45 : La délégation rappelle que « 77 fédérations ont envoyé des lutteurs aux JO de Londres et 29 pays ont obtenu des médailles ». et évoque son « ouverture, avec une plate-forme multimédia, des ressources nouvelles et une participation accrue de nos fédérations membres. Au cours des cinq derniers mois, nous avons créés deux catégories nouvelles chez les femmes en en enlevant deux chez les hommes et ce, pour une meilleure représentation« .

Lise Legrand - Lutte - CIO

16h50 : Lise Legrand, vice-présidente de la Fédération Française de Lutte, évoque pour sa part l’un des « amours de ma vie : la lutte. Je suis sûr que vous ne pensiez pas à cette réponse! Je n’aurai jamais imaginé participer aux Jeux Olympiques et même gagner une médaille. Les gens demandent souvent quel est l’événement le plus émouvant aux JO. Pour moi, il s’agit de la Cérémonie d’ouverture où le monde se rassemble autour du sport ».

17h00 : Un nouveau film présente la lutte au travers de moments forts de son histoire olympique. On aperçoit notamment le lutteur français Steeve Guénot, Champion Olympique aux JO de Pékin 2008.

17h00 : Le Président Nenad Lalovic s’exprime en français : « Nous sommes conscient que nous devons mériter notre place pour intégrer les Jeux de 2020 et au-delà ».

17h02 : L’un des membres du CIO demande des explications quant au fait que la lutte gréco-romaine demeurerait « exclusivement masculine », à l’inverse du « freestyle ». Pour la délégation, « dans les années 1980-1990, les femmes ont souvent préféré la pratique freestyle mais la FILA ne voit aucun inconvénient à développer une autre filière au sein de la lutte-gréco-romaine ».

17h23 : Jacques Rogge, Président de l’institution olympique, donne la parole à Christophe de Kepper, directeur général du CIO. Ce dernier explique les modalités du scrutin : « Nous allons donner un chiffre à chacun des candidats ».

Le tirage au sort a lieu en présence, notamment, du français Tony Estanguet qui dévoile le nom des sports candidats.

Numéro 5 = baseball / softball

Numéro 6 = squash

Numéro 8 = lutte

17h26 : « Le scrutin aura lieu par bulletin secret, par boitier électronique. Le sujet est : le choix du sport qui sera au programme des Jeux à partir de 2020 » énonce Christophe de Kepper.

Le Président « ne donnera aucun résultat provisoire et il a décidé de ne pas prendre part au scrutin ».

17h28 : Le directeur général du CIO proclame : « Le vote est ouvert ».

17h32 : Avant la proclamation des résultats, les représentants des Fédérations reviennent dans la salle qu’ils avaient quitté avant le début du scrutin.

17h35 : Jacques Rogge annonce : « 95 boitiers distribués, aucune abstention, majorité 48 ».

LA LUTTE RECUEILLE 49 VOIX et réintègre le programme olympique des Jeux.

Détails du vote :

LUTTE = 49 voix

– Baseball / softball = 24

– Squash = 22

Laisser un commentaire