JO 2020 : Devant l’Association des Comités Nationaux Olympiques, Madrid rappelle son expérience et ses fondamentaux

Souhaitant sans doute profiter des difficultés actuelles de la candidature d’Istanbul pour rattraper son retard et sa crédibilité, la délégation de Madrid 2020 a exposé en détail son projet olympique devant l’Association des Comités Nationaux Olympiques (ACNO), ce samedi.

Madrid 2020 - ACNO 2013 - présentation Alejandro Blanco

Candidate pour la troisième fois consécutive – après 2012 et 2016 – Madrid espère cette année décrocher enfin l’organisation des Jeux d’été.

Basé sur l’expérience des deux précédentes candidatures, le concept espagnol s’appuie sur deux éléments forts : 80 % des infrastructures nécessaires aux JO sont déjà construits, ce qui limite considérablement le risque de Jeux trop dépensiers mais surtout, le Village Olympique de Madrid 2020 ne serait qu’à 500 mètres du Stade et des principales installations situées dans le Parc Olympique, dont le Centre Aquatique.

Ce concept particulièrement compact des Jeux avaient déjà été proposé pour 2012 et 2016, sans succès, le Comité International Olympique (CIO) ayant préféré Londres (2012) et Rio de Janeiro (2016).

Madrid 2020 - ACNO 2013 - délégation officielle

Cette année, en dépit de la crise sociale en Espagne, les principaux représentants des autorités politiques et sportives du pays ont fait le déplacement à Lausanne (Suisse) afin de convaincre de l’opportunité de confier les Jeux à Madrid et ce, dans un souci d’économie.

Les six intervenants ont ainsi rappelé le faible budget madrilène – 1,5 milliard d’euros – ce qui permettrait d’accueillir les JO de manière responsable, sans dépenses inutiles.

De fait, le Secrétaire d’Etat au Commerce, Jaime Garcia-Legaz a consacré son intervention à la présentation des données économiques qui « commencent à montrer que les fondamentaux économiques de l’Espagne sont solides, divers et capables de supporter le budget d’investissement nécessaire à l’organisation des Jeux ».

Le Secrétaire d’Etat a également souligné que le Fonds Monétaire International (FMI), l’OCDE et la Commission Européenne avaient présenté des prévisions optimistes pour l’Espagne, avec « une croissance soutenue sur les cinq prochains exercices ».

Dès lors, « plusieurs sociétés internationales de conseil s’accordent à dire que l’Espagne possède le meilleur potentiel de croissance des cinq grandes économiques européennes pour la prochaine décennie ».

Madrid 2020 - ACNO 2013 - Ana Botella

Pour sa part, Ana Botella, Maire de Madrid, a réaffirmé le large consensus politique constaté autour de la candidature ainsi que le soutien financier des divers échelons administratifs. Selon elle, la candidature olympique « est une priorité nationale », comme en témoigne par ailleurs le fort soutien populaire.

Point faible de la candidature 2012 et 2016, la capacité hôtelière de Madrid a été au centre de l’intervention de la Maire de la capitale espagnole. Cette dernière a notamment fait référence aux quelques 8 millions de visiteurs annuels sur la dernière décennie et à l’investissement de plusieurs milliards d’euros dans les diverses infrastructures.

Madrid 2020 - ACNO 2013 - Alejandro Blanco

Signe que les problèmes de gouvernance ont également été réglés par rapport aux précédentes candidatures, Alejandro Blanco, Président de Madrid 2020, a insisté sur le fait que la candidature espagnole était désormais pilotée par le Comité National Olympique.

Ce dernier a notamment été à l’origine de la nouvelle loi en matière de lutte antidopage. Point faible de l’Espagne, la lutte contre le dopage est aujourd’hui élevée au rang de priorité et Madrid 2020 en fait d’ailleurs l’un de ses principaux arguments pour des Jeux propres.

Enfin, le Conseiller Délégué de la Candidature, Victor Sanchez, a appuyé son argumentaire sur l’aspect technique du projet madrilène.

Rappelant que l’Espagne s’était dotée d’une centaine d’équipements sportifs au cours des quinze dernières années, le Conseiller a indiqué qu’il ne manquait « plus que quatre installations permanentes et trois temporaires pour organiser de grands Jeux à Madrid. Car l’héritage de Madrid ne se trouve pas sur des plans, il est déjà bien concret sur le terrain ».

Illustrations : Crédits – Madrid 2020
– Présentation de la candidature par Alejandro Blanco
– Délégation de Madrid 2020 composée de José Perurena (membre du CIO), Theresa Zabell (membre du COE), Alejandro Blanco (Président de Madrid 2020 et du COE), Ana Botella (Maire de Madrid), Victor Sanchez (membre du COE) et Juan Antonio Samaranch Junior (membre du CIO)
– Prise de parole d’Ana Botella
– Échanges avec Alejandro Blanco en marge de la présentation officielle

Laisser un commentaire