JO 2022 : Le Conseil Municipal d’Oslo fait des recommandations sur les potentiels points litigieux du projet

En fin de semaine dernière, le Conseil Municipal d’Oslo s’est réuni pour examiner quelques questions logistiques et structurelles concernant le projet Oslo 2022.

Oslo 2022 - Conseil Municipal

De fait, à l’occasion d’une conférence de presse depuis le Oslo City Hall, le Commissaire à l’Environnement et aux Transports, Ola Elvestuen, a présenté les recommandations formulées par les élus. Ces dernières ciblent l’emplacement du Village Olympiques et celui des médias, ainsi que l’aménagement de certaines infrastructures dont le site de biathlon qui pourrait – dans sa configuration actuelle – poser des problèmes, notamment sur le plan juridique avec de possibles recours de la part d’associations environnementales.

Concrètement, le Commissaire s’est basé sur les différents rapports menés par le Comité préparatoire d’Oslo 2022, pour fonder ses suggestions.

Une chose est d’ores et déjà acquise : les élus municipaux ont la volonté de poursuivre l’aventure olympique estimant que la capitale norvégienne « doit à nouveau prendre la responsabilité d’organiser et d’accueillir de grands événements sportifs internationaux ».

Ce souhait passe donc par la mise en place de l’ambitieux concept « Les Jeux dans la ville » dont une présentation a été réalisée il y a peu.

Okern - Village Olympique

Concernant la situation du Village des Athlètes, les membres du Comité préparatoire avaient pré-selectionnés trois sites potentiels : Kjelsrud, Okern et Breivoll

Pour le Commissaire, deux sites présentent, à l’heure actuelle, les meilleures dispositions : Kjelsrud et Okern. Le premier peut offrir un gain important sur le plan du développement urbain, mais la planification nécessaire à l’aménagement de ce site, pourrait coûter du temps et surtout de l’argent. Or, les autorités – conscientes des coûts liés à l’organisation de l’événement olympique – ne souhaitent pas alourdir une facture qui s’annonce déjà comme particulièrement élevée.

Dès lors, l’option Okern paraît être la plus appropriée. Le site actuel est déjà relativement bien urbanisé. Comme cela a d’ailleurs été résumé, « avec Okern, nous avons un bon concept avec moins de risques en termes de coûts ».

Okern - Plan

Le Conseil Municipal a en outre examiné la question de l’emplacement de certains sites olympiques, notamment la situation géographique des patinoires. Il paraît d’ores et déjà acquis que la Telenor Arena accueillera les épreuves de patinage artistique en cas de désignation d’Oslo, et que le site de Valle Hovin, sera l’hôte du patinage de vitesse.

Une nouvelle patinoire devrait également être érigée à Jordal, qui possède déjà des infrastructures sportives de qualité. Ce nouvel espace de 6 000 places serait en partie dédié au hockey-sur-glace. Enfin, à Stubberud, une arena de 10 000 sièges serait proposé – comme à Jordal – pour le hockey.

Comme l’a souligné Ola Elvestuen, « nous avons examiné ce qui pouvait être le plus approprié pour les infrastructures actuelles ».

Jordal 2023

Enfin, le Conseil Municipal s’est penché sur le site d’aménagement prévu pour les épreuves de biathlon. Situé dans un espace naturel sensible, le potentiel site olympique pourrait soulever une contestation importante que les autorités souhaiteraient éviter, afin de ne pas affaiblir la possible candidature olympique avant même de l’avoir présenté au Comité International Olympique (CIO).

En effet, nul doute que les élus locaux ont à l’esprit la forte contestation qui avait eu lieu à Garmish-Partenkirchen en Allemagne, au moment de la candidature de Munich 2018. Des associations de riverains et d’agriculteurs avaient perturbé la campagne de promotion du projet allemand et obligé les autorités à organiser un référendum. Celui-ci avait certes donné un résultat favorable aux promoteurs de la candidature, mais cette dernière avait néanmoins été affaiblie et n’avait pas réussi à convaincre les électeurs Olympiens.

Par conséquent, les autorités d’Oslo ont estimé que « s’il s’avère que l’emplacement choisi est difficilement conciliable, le Conseil Municipal travaillera alors à un autre emplacement pour l’aménagement du site de biathlon. […] Nous pensons que les Jeux permettront de laisser un héritage positif pour la ville et la population, mais nous devons veiller à ce qu’ils ne dégradent pas la qualité environnementale de la région ».

Désormais, les promoteurs de la candidature vont s’atteler à convaincre l’Etat d’accorder son soutien financier – nécessaire à toute candidature olympique – tout en gardant un œil averti sur les travaux du Conseil Municipal qui rendra sa décision définitive sur le projet, au début du mois de juin.

Illustrations – Crédits – Oslo 2022 :
– Ola Elvestuen (au centre) présente le concept aux élus municipaux, en présence Borre Rognlien, Président de la Confédération Norvégienne des Sports (à droite)
– Vue possible des Villages Olympiques d’Okern
– Plan des Villages Olympiques d’Okern, avec le Village des Athlètes au nord (OV) et le Village des Médias au sud (MPC / MV)
– Programme d’aménagement et de modernisation du complexe sportif de Jordal : 1) Base de loisirs et de beach-volley ; 2) Terrain de football ; 3) SkaterPark ; 4) Terrain de hockey ; 5) Stade de Jordal ; 6) Gymnase ; 7) Vestiaires
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.