JO 2020 : La puissance financière de Tokyo, point fort de la candidature nippone

L’économie pourrait être l’un des principaux facteurs à intervenir dans la désignation de la Ville Hôte des Jeux Olympiques d’été 2020.

En effet, sur les trois Villes Candidates, Tokyo et Istanbul disposent d’une solidité financière importante, tandis que la troisième – Madrid – tente de s’affirmer comme un outsider de choix malgré la crise économique et sociale qui frappe l’Espagne.

Aussi, le moindre argument économique, est de nature à servir les intérêts de telle ou telle candidature. Le comité de candidature de Tokyo 2020 ne s’y est d’ailleurs pas trompé, en soulignant les récentes déclarations des Chambres de Commerce de huit pays en faveur de la candidature nippone, ainsi que les observations du rapport mondial du FMI sur la situation économique au Japon.

De fait, au début du mois d’avril, Tokyo 2020 a reçu le soutien des Chambres de Commerce et d’Industrie représentant huit pays. Parmi ces organisations, la Chambre de Commerce Américaine du Japon, représente plus de 40 organisations et pas moins de 1 000 entreprises.

Pour son Président, Larry Bates, « Tokyo est probablement la ville la plus dynamique du monde et offre à voir plusieurs facettes à ses visiteurs. Sa culture, son art, sa gastronomie, ses divertissements, sa passion pour le sport sont sans égal. La modernité et la tradition coexistent et se complémentent, sans s’écraser l’une l’autre. La fiabilité de la ville, son souci du détail et un incroyable sens du service font de Tokyo et des Tokyoïtes, les hôtes idéaux des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2020« .

Ce constat est également partagé par la Chambre de Commerce Australienne et Néo-Zélandaise du Japon, de même que par le Conseil du Commerce Autrichien pour qui l’organisation des JO à Tokyo constitue « une belle opportunité d’accueillir et de découvrir le monde dans une ambiance cosmopolite ».

Les représentants belges, luxembourgeois, britanniques, finlandais, suédois, canadiens, ont également apporté un soutien appuyé à la candidature de Tokyo 2020.

Pour le Président de la Chambre de Commerce finlandaise, Marko Saarelainen, « si elles sont bien organisées, les grandes métropoles sont de bons endroits compacts pour accueillir les Jeux Olympiques et Paralympiques. Et l’organisation est un domaine dans lequel les Japonais excellent ».

Ces marques d’adhésion sont évidemment pleinement bénéfiques pour la candidature tokyoïte.

Le Président du Comité Olympique Japonais (COJ), Tsunekazu Takeda, a d’ailleurs affirmé que les divers représentants des affaires, étaient « d’excellents ambassadeurs de notre ville puisqu’ils ont découvert par eux-mêmes que les valeurs olympiques d’amitié, d’excellence et de respect font partie du quotidien de Tokyo et comment elles rendent si spéciale la capitale du Japon. Nous espérons pouvoir remercier nos amis internationaux pour leur soutien en leur faisant profiter de l’hospitalité japonaise pendant les Jeux de 2020 ».

Comme l’a indiqué le comité de candidature, Tokyo 2020 avait déjà obtenu le soutien du milieu des affaires japonais, avec l’adhésion de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Tokyo – 76 000 entreprises – et la Chambre de Commerce et d’Industrie du Japon rassemblant environ 1,3 million d’entreprises.

Mais une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, Tokyo 2020 a en outre profité de la récente publication du rapport économique mondial du FMI, pour rappeler la solidité financière du projet olympique japonais.

Ainsi, comme l’a déclaré Masato Mizuno, Vice-Président du COJ, « soutenue par un fonds de réserve de 4,5 milliards de dollars, la puissance financière de Tokyo 2020 garantit la tenue de fantastiques Jeux Olympiques et Paralympiques en 2020« .

Il faut dire que le Japon peut compter sur une estimation de croissance de 1,6% pour l’année 2013 – contre 1,2% initialement envisagé par le FMI – et 1,4% pour l’année 2014.

Tokyo est sans conteste l’un des moteurs de cette économie nippone, avec un produit intérieur brut (PIB) de 1 479 milliards de dollars, soit la première place des capitales mondiales.

Ces chiffres confirment donc la bonne santé économique du Japon dans un contexte international toujours délicat, notamment en Europe…