JO 2022 : Les candidats se bousculent déjà dans le portillon olympique

L’organisation des Jeux Olympiques d’hiver 2018 n’a pas encore été attribuée que déjà, des candidats se font entendre pour l’organisation des JO… 2022.

Fin Avril, le Conseil Fédéral Suisse a constitué un groupe de travail interdépartemental afin de réfléchir à une candidature olympique de la Confédération Suisse pour l’Olympiade d’hiver 2022.

Ce groupe évaluera les impacts et l’héritage de l’organisation de l’EURO 2008 de Football (conjointement avec l’Autriche) avant de faire une évaluation des coûts d’une candidature olympique. Enfin, les cantons suisses candidats seront consultés et Ueli Maurer, Conseiller Fédéral responsable du Département de la Défense, de la Protection de la population et des Sports, proposera aux six autres membres du Conseil Fédéral, de soutenir ou non une candidature suisse aux JO. En dernier ressort, ce sera toutefois au comité olympique suisse (Swiss Olympic) de décider de proposer une candidature au Comité International Olympique (CIO), ce qui semble être en bonne voie puisque, comme annoncé sur le site officiel du comité, « le 27 Mai 2011, Swiss Olympic divulguera, dans le cadre d’une conférence de presse, l’état d’avancement des travaux relatifs à la présentation d’une possible candidature suisse à l’organisation des Jeux Olympiques de 2022 ».

Pour l’heure, plusieurs sites ont fait part de leur intérêt pour une candidature, notamment la capitale Berne mais plus encore Davos et St-Moritz qui souhaitent faire alliance pour défendre les couleurs de la Suisse.

La Suisse a déjà organisé les Jeux Olympiques à deux reprises avec St-Moritz en 1928 et en 1948. La Confédération fut par ailleurs candidate pour les Jeux de 1960, 1976, 2002, 2006 et 2010.

Pour les Jeux de 1960, St-Moritz fut éliminée dès le 1er tour en obtenant 3 voix (victoire de Squaw Valley pour les Etats-Unis). Pour 1976, la ville de Sion fut battue au 3e et dernier tour de scrutin par Denver (Etats-Unis). Les Jeux furent finalement attribués à Innsbruck en Autriche à la suite d’un vote défavorable de la population de Denver. Plus récemment, Sion fut éliminée de la course olympique pour les JO 2002 en arrivant deuxième ville ex-aequo avec la suédoise Ostersund (victoire de Salt Lake City pour les Etats-Unis). En 2010, Berne se retira du processus de désignation après un référendum défavorable et ce, malgré le maintien de la capitale suisse dans la « short list » du CIO. Mais la défaite la plus amère pour la Suisse remonte sans nul doute à 1999 pour la désignation de la ville organisatrice des Jeux Olympiques d’hiver 2006. Malgré un projet considéré comme favori, « Sion 2006 » fut battu par Turin en recueillant 36 voix contre 53 à la cité italienne.

Face à la Suisse, d’autres pays ont montré un intérêt pour 2022.

L’Espagne fut l’un des premiers avec la candidature de Barcelone-Pyrénées annoncée et portée par le Maire de la seconde ville du pays, Jordi Hereu, dès 2010.

La ville souhaite, selon les termes du directeur de « Barcelone 2022 » Enric Truno, « surprendre le Comité Olympique en proposant une autre vision des Jeux Olympiques d’hiver ». « L’organisation des Jeux Olympiques d’été en 1992 est un atout majeur de notre dossier de candidature. Nous avons déjà un stade Olympique pour les cérémonies d’ouverture et de clôture en 2022 et nous avons un accord avec le FC Barcelone qui est prêt à mettre à disposition ces futures installations. Bien sûr, nous avons d’autres installations à rénover, mais la base est déjà là » avait déclaré Enric Truno lors du dernier « Global Sports Forum » de Barcelone. Toujours au cours de ce rassemblement, le directeur de « Barcelone 2022 » avait indiqué qu’un sondage réalisé l’an dernier, montrait que « 75% des Catalans étaient favorables à l’organisation des Jeux Olympiques d’hiver ». Barcelone devrait présenter une première version de son offre technique au mois de Juillet 2011. Dans un souci de développement durable, la candidature s’appuiera sur les sites existants de « Barcelone 1992 » pour les sports de glace et sur des sites pyrénéens pour les épreuves de neige.

Barcelone doit toutefois faire face à une candidature espagnole concurrente. La ville de Saragosse, située à 300 kilomètres de Madrid et de Barcelone a en effet souhaité postuler à l’organisation des Jeux 2022. Le logo officiel a récemment été présenté (ci-dessus) et le 02 Mai dernier, le site du journal ibérique Quieros Qué a annoncé l’intention du Comité de Candidature de « Saragosse-Pyrénées 2022 », de faire appel à une équipe d’experts spécialisés dans les questions d’infrastructures, d’urbanisme et de logement afin d’élaborer un rapport d’appui à la candidature. L’équipe engagée disposera d’un budget de 625 000 euros sur deux ans.

De son côté, Oslo (Norvège) pourrait se porter candidate pour les Jeux de 2022 ou bien ceux de 2026, en s’appuyant sur une partie des sites de Lillehammer, hôte des Jeux Olympiques d’hiver 1994. En cas de succès, la capitale norvégienne aurait l’honneur d’accueillir les Jeux, soixante-dix ans après les avoir organisé pour la première fois (1952).

L’Ukraine par la voix de son Président, Viktor Ianoukovitch, a pour sa part confirmé sa présence dans le concert des pays candidats pour 2022  comme l’a indiqué en fin de semaine dernière, le site spécialisé Gamesbids.com.

Le Kazakhstan réfléchirait également à une candidature olympiques avec la participation des villes d’Astana et Almaty.

Enfin, le Québec (Canada) tente depuis plusieurs mois de structurer une offre mais la proximité avec les Jeux Olympiques 2010 organisés à Vancouver en Colombie-Britannique pourrait venir doucher ses espoirs.

Nul doute que les candidatures européennes analyseront avec attention le vote du 06 Juillet au cours duquel les membres du CIO désigneront la ville organisatrice des Jeux Olympiques d’hiver 2018.

Sur trois villes candidates, deux sont en effet européennes (Munich et Annecy) et dans le cas où l’une des deux obtiendrait l’organisation des Jeux 2018, les villes européennes candidates pour ceux de 2022 n’auraient presque aucune chance de les obtenir, compte tenu de la règle tacite de l’alternance des continents, qui veut qu’un même espace géographique ne décroche pas deux olympiades consécutives.

Il faudra de toute façon attendre 2015 pour que le CIO fasse connaître son choix concernant la ville hôte des XXIVe Jeux Olympiques d’hiver.

Laisser un commentaire