JO 2024 : La candidature de Budapest dévoile de nouveaux chiffres pour éteindre une contestation naissante

Comme en septembre 2016, le Comité de Candidature de Budapest 2024 profite de la résurgence de la question référendaire pour dévoiler les résultats d’un nouveau sondage.

Ainsi, selon l’institut Kód Kft, 63% des Hongrois soutiennent aujourd’hui la candidature olympique et paralympique de la capitale, un chiffre en augmentation au regard des précédentes enquêtes d’opinion et ce, quelque soit l’institut à l’origine du sondage.

En septembre dernier, l’IFOP avait ainsi révélé que 58% des habitants de Hongrie soutenaient le projet aux JO 2024 soit douze points de mieux qu’un an auparavant.

(Crédits - Budapest 2024)

(Crédits – Budapest 2024)

« Nous sommes ravis de constater que le soutien au projet de Budapest pour les Jeux Olympiques continue de croître, et que de plus en plus de villes à travers la Hongrie appuient la candidature.

La Hongrie s’exprime par le sport, et les Jeux Olympiques et Paralympiques sont l’événement sportif le plus important au monde.

Les lieux publics de Budapest et les infrastructures ont été conçus et développés autour du sport, des grands événements, et de l’amour de la Hongrie pour le sport » a affirmé Balázs Fürjes, Président du Comité de Candidature.

Si la proportion des citoyens en faveur des Jeux est en augmentation, cette dernière est encore plus marqué auprès des jeunes, 71% des 18-29 ans soutenant Budapest 2024.

Mais au-delà du soutien à la candidature, les Hongrois semblent désormais bien informés des ambitions de leur pays, puisque le sondage mentionne le fait que 95% de la population a entendu parler au moins une fois du projet de la capitale.

La population est également réceptive à l’aspect économique, les deux tiers des sondés misant sur des retombées positives pour l’économie nationale et l’emploi, ainsi qu’au potentiel touristique des Jeux, 86 à 90% des sondés estimant que l’organisation de l’événement entraînerait un regain d’intérêt pour le pays.

Ces chiffres, bien que favorables à la candidature de Budapest 2024, ne masquent toutefois pas les mouvements de contestation qui se font de plus en plus présents.

(Crédits - Montage / Sport & Société)

(Crédits – Montage / Sport & Société)

Une première initiative structurée avait ainsi vu le jour en fin d’année 2016. Mais le mouvement Olimpiát ? Ne a depuis été rejoint par NOlimpia dont la forme n’est pas sans rappeler celle prise par les mouvements NOlympia Hamburg et avant celui-ci, No Boston Olympics.

Instigateur de ce dernier, Chris Dempsey a d’ailleurs été l’un des conseillers de NOlimpia qui entend contraindre les autorités locales à organiser un référendum.

La tâche ne sera pas aisée, d’autant plus lorsque l’on sait que les autorités nationales et municipales ont écarté à plusieurs reprises l’idée de tenir un tel scrutin. Une décision réitérée en novembre 2016.

Toutefois, le mouvement qui comptabilise d’ores et déjà plus de 15 000 abonnés sur le réseau social Facebook, entend parvenir à récolter en un mois, les 138 000 signatures nécessaires pour forcer les pouvoirs publics à organiser un référendum.

Pour réaliser ce challenge, NOlimpia peut compter sur l’appui de 150 militants et un rassemblement « portes ouvertes » a été programmé pour samedi 21 janvier dans l’optique de convaincre jusqu’à 1 500 personnes supplémentaires.

Cette potentielle armada serait dès lors mobilisée aux quatre coins de Budapest – en particulier devant des monuments emblématiques ou sur des artères particulièrement fréquentées – pour sensibiliser la population locale.

Si un référendum venait in fine à être organisé, les citoyens de Budapest seraient appelés à se prononcer sur la question suivante :

« Êtes-vous favorable à ce que la Municipalité retire la candidature de Budapest à l’organisation des Jeux d’été de 2024 ? »

A quelques mois de la visite de la Commission d’évaluation du Comité International Olympique (CIO) à Budapest (10 au 12 mai), nul doute que les autorités locales et nationales essaieront d’éteindre les braises d’une contestation naissante.

Le risque serait en effet que cette contestation devienne rapidement hors de contrôle et aboutissent à l’échec de la candidature hongroise.

Au cours des dernières années, un tel élan avait balayé les ambitions de Boston (États-Unis) et de Hambourg (Allemagne) pour les Jeux d’été de 2024, sans compter les initiatives qui furent là encore couronnées de succès du côté de Munich (Allemagne) et de Cracovie (Pologne) pour les Jeux d’hiver de 2022.

Advertisements

JO 2024 : Débat autour de la candidature de Boston, le 23 juillet

A l’instar des campagnes électorales américaines, la candidature de Boston va connaître les contours d’un débat télévisé organisé en partenariat par FOX 25 et le quotidien The Boston Globe.

Quatre intervenants participeront à ce débat organisé ce jeudi 23 juillet, de 20h00 à 21h00 (Boston) : le Président du Comité de Candidature de Boston 2024, Steve Pagliuca ; l’ancien leader de la candidature de New York 2012 et membre du Comité Olympique des États-Unis (USOC), Daniel Doctoroff ; le co-Président du mouvement d’opposants « No Boston Olympics », Chris Dempsey et l’économiste Andrew Zimbalist.

Boston 2024 - débat

Si ce rendez-vous démontre la promesse de transparence formulée par Boston 2024, il sera surtout l’occasion pour la candidature du Massachusetts de préciser certains points aujourd’hui sous le feu des critiques, en particulier en ce qui concerne le financement du projet et notamment le coût d’aménagement du Stade Olympique de 60 000 places.

Pour Boston 2024, ce débat sera un événement peut-être déterminant pour la suite de son aventure dans la course olympique. Si les porteurs de la candidature parviennent à apporter arguments et données chiffrées précises, la tendance actuelle de défiance à l’égard du projet parviendra peut-être à s’inverser.

Boston debate

La communication autour de la candidature se renforce en tous cas en ce milieu de semaine.

Après le lancement d’une nouvelle version du site internet de Boston 2024 et à la suite de la mobilisation de 4 000 volontaires sur le terrain, force est de constater que la candidature américaine veut reprendre la main – et rapidement – avant l’entrée officielle dans la course olympique mondiale, le 15 septembre 2015.

JO 2024 : Le Gouverneur du Massachusetts rencontre les leaders de « No Boston Olympics »

Incontestablement, la pression monte pour le Comité de Candidature de Boston 2024.

Après avoir affirmé que les promoteurs du projet olympique devaient présenter sans tarder leurs plans afin d’engager la discussion avec la population, le Gouverneur de l’État du Massachusetts, Charlie Baker, a rencontré cette semaine les représentants de la principale organisation d’opposants, « No Boston Olympics ».

Charlie Baker - meeting

L’élu Républicain et ses principaux conseillers ont en effet convié Chris Dempsey, Liam Kerr et Kolley Gossett autour d’une table pour évoquer le projet de Boston pour l’organisation des Jeux d’été de 2024, notamment en ce qui concerne l’utilisation des deniers publics et l’investissement nécessaire pour accueillir un tel événement.

Un sujet qui provoque depuis plusieurs mois l’inquiétude de citoyens et de mouvements comme « No Boston 2024 », récemment interviewé par « Sport & Société ».

« Il nous a posé beaucoup de questions. Il est en mode d’écoute et souhaite prendre connaissance des deux côtés de la problématique.

Je pense que le Gouverneur Baker est inquiet de la façon dont les dollars seront utilisés » a affirmé Chris Dempsey à l’issue de l’entrevue d’une trentaine de minutes.

Cette rencontre organisée à huis clos devrait certainement permettre à l’opposition olympique de travailler un nouvel angle d’attaque vis-à-vis du Comité de Boston 2024.

Charlie Baker et Marty Walsh

Alors que son prédécesseur Démocrate, Deval Patrick, est l’un des plus farouches partisans de la candidature, Charlie Baker attend d’obtenir des réponses avant de se positionner de manière précise.

La parole donnée par Charlie Baker démontre ainsi que ce dernier est soucieux d’un projet qui est loin de recueillir les faveurs de la population. Mais en accueillant les opposants dans son bureau, l’élu Républicain s’est sans doute souvenu que ses sympathisants ont été parmi les plus virulents à l’égard de Boston 2024 au cours de l’année passée.

Et si, désormais, Charlie Baker venait à se rallier aux opposants à la candidature ? Un rêve pour ces derniers !

Illustrations : Charlie Baker et le Maire de Boston, Marty Walsh (Crédits – Site officiel du Gouverneur du Massachusetts)