Roland Garros : Le Tribunal Administratif de Paris rejette les requêtes des associations

« Jeu, set et match pour la FFT ! »

Ainsi titre ce soir la Fédération Française de Tennis (FFT) concernant son communiqué relatif à la décision rendue par le Tribunal Administratif de Paris.

Ce dernier a en effet rejeté – au travers de cinq jugements en date du 02 février 2017* – les requêtes déposées par les associations qui s’opposent depuis maintenant plusieurs années au projet d’extension porté par la FFT et la Ville de Paris sur le site historique de Roland Garros, Porte d’Auteuil (XVIème arrondissement).

En février 2014, le Tribunal Administratif de Paris avait déjà rejeté des requêtes via trois jugements.

Visuel du Court Central Philippe Chatrier (Crédits - FFT / 2013 / Architectes : ACD Girardet et Associés / Daniel Vaniche et Associés / Perspectiviste : 3dfabrique)
Visuel du Court Central Philippe Chatrier (Crédits – FFT / 2013 / Architectes : ACD Girardet et Associés / Daniel Vaniche et Associés / Perspectiviste : 3dfabrique)

Cette fois-ci, les dites associations avaient demandé au Tribunal Administratif de Paris de procéder à l’annulation de deux permis de construire qui avait été préalablement accordés par la Ville de Paris à la FFT, le 09 juin 2015.

Concrètement, ces deux permis concernent la modernisation du Court Central Philippe Chatrier – avec en particulier l’aménagement d’un toit rétractable – et la construction d’un nouveau Court de 4 950 places dans le secteur des Serres d’Auteuil et ce, en remplacement de l’actuel Court n°1 situé à l’autre extrémité du site.

Si le premier projet n’a pas constitué un point de crispation majeur entre la FFT et les associations écologistes et de riverains, il n’en a jamais été de même avec le second projet.

Or, bien que le Rapporteur Public s’était prononcé en faveur de l’annulation du permis relatif à l’aménagement du futur Court, le 19 janvier 2017, le Tribunal Administratif de Paris n’a pas suivi les conclusions alors formulées.

Ces dernières portaient sur le fait que les travaux n’auraient pu être engagés qu’après une radiation partielle d’une partie du Jardin des Serres d’Auteuil aujourd’hui classé à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Visuel du futur Court des Serres d'Auteuil (Crédits - FFT / 2013 / Architecte : Marc Mimram / Perspectiviste : Cyrille Thomas)
Visuel du futur Court des Serres d’Auteuil (Crédits – FFT / 2013 / Architecte : Marc Mimram / Perspectiviste : Cyrille Thomas)

Parmi les Considérants exposés par le Tribunal Administratif, ce dernier mentionne notamment que « ces nouvelles serres entourant le Court seront accessibles au public en dehors de la période du tournoi de Roland Garros ;

que l’ensemble ainsi créé, dont la hauteur ne dépassera pas celle des serres historiques, ne sera pas situé dans la perspective de l’ensemble défini par l’arrêté du 1er septembre 1998 comme ‘un jardin classique à la française’, tout en ayant une orientation identique de manière à s’intégrer dans le jardin ;

que les matériaux du sol et les plantations autour du nouveau Court reprennent ceux du jardin, assurant ainsi une continuité entre ces ensembles ;

qu’enfin, il ressort des pièces du dossier que les arbres se trouvant à l’emplacement du nouvel ensemble seront replantés au sein du périmètre du Jardin des Serres d’Auteuil, sans que la composition d’ensemble du jardin ne soit affectée ;

que, par ailleurs, il ressort des pièces du dossier le projet autorisé par le permis de construire attaqué ne prévoit pas de changement notable dans la composition et l’aspect des bâtiments en pierre meulière dits de ‘L’Orangerie’ et du ‘Fleuriste’ ;

qu’eu égard à ces éléments, le Maire de Paris a pu légalement estimer que la construction projetée ne méconnaissait pas les exigences de l’article UV 11 du règlement du Plan Local d’Urbanisme ; que le moyen tiré de la méconnaissance de l’article doit donc être écarté ».

Sans surprise, la FFT s’est donc félicitée de la décision du Tribunal Administratif et ce, compte tenu du retard important pris sur le calendrier initial relatif à la livraison des différents équipements du site.

Dans un communiqué, la Fédération annonce ainsi que « les travaux vont donc continuer et les nouveautés très attendues par le grand public, les joueurs, les médias et les partenaires s’effectueront au fil des prochains tournois.

Ainsi, seront livrés dès 2018 le nouveau village, les nouveaux Courts 7 et 9, un nouveau show court sur le Fond des Princes, ainsi que le bâtiment des meulières. Dès 2019, le Court des Serres verra le jour et le Court Philippe Chatrier sera rénové en grande partie ainsi que toute la zone Fond des Princes. Et enfin en 2020, les publics pourront apprécier l’ensemble du nouvel écrin qui valorisera l’histoire, le patrimoine et l’élégance d’un lieu mythique que le monde nous envie ».

* Liste des jugements rendus par le Tribunal Administratif de Paris ce jeudi :
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s