JO 2024 : Face à la politique migratoire de Donald Trump, l’USOC se veut rassurant

La réaction était attendue. Elle est intervenue ce lundi soir.

Par l’intermédiaire de son Président – par ailleurs membre du Comité International Olympique (CIO), Larry Probst, et de son Directeur Général, Scott Blackmun, le Comité Olympique des États-Unis (USOC) a publié une déclaration officielle dans laquelle il évoque le Décret de Donald Trump relatif à l’immigration.

Sujet à polémiques et à manifestations aux quatre coins des États-Unis – notamment à Los Angeles (Californie) – ce Décret prive temporairement l’entrée sur le sol américain des ressortissants de sept pays.

(Crédits - USOC)

(Crédits – USOC)

« Nous avons reçu un certain nombre de demandes de renseignements au sujet du Décret émis par le Président Trump vendredi. Comme les États-Unis, le Mouvement Olympique a été fondé sur des principes de diversité, d’inclusion, d’opportunité et de dépassement de l’adversité.

En qualité de représentant du Mouvement Olympique aux États-Unis, nous adoptions ces valeurs.

Nous reconnaissons également la tâche difficile qui consiste à assurer la sécurité d’une Nation. Nous espérons sincèrement que l’ordre exécutif mis en œuvre récemment reconnaîtra de façon appropriée les valeurs sur lesquelles notre Nation et le Mouvement Olympique ont été fondés.

Nous avons spécifiquement été interrogés sur l’impact que le Décret présidentiel pourrait avoir sur les athlètes et les officiels venant aux États-Unis pour participer et assister à des compétitions.

Reconnaissant le pouvoir extraordinaire du sport pour rassembler les gens dans une célébration pacifique de l’amitié, de l’excellence et du respect, le Gouvernement Fédéral nous a informés aujourd’hui qu’il travaillera avec nous pour que les athlètes et les officiels de tous les pays puissent accéder aux États-Unis afin de se rendre à des compétitions internationales » ont ainsi affirmé et précisé les deux responsables sportifs américains.

Par cette déclaration, ces derniers souhaitent au plus tôt éteindre les polémiques naissantes autour des Décrets présidentiels de Donald Trump – tout en restant dans un discours convenu – et ce, alors que Los Angeles ambitionne de devenir Ville Hôte des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024 et que les États-Unis sont en passe d’accueillir des événements sportifs majeurs, comme les Mondiaux d’athlétisme à Eugène (Oregon) en 2021.

Quoiqu’il en soit, les prochaines semaines seront déterminantes pour la candidature olympique et paralympique, d’autant plus si le Maire de Los Angeles confirme son positionnement parmi les leaders politiques de la fronde au Président Trump.

Au-delà de son soutien à la candidature de LA 2024, Eric Garcetti n’oublie pas les fondements politiques qui sont les siens, lui qui est actuellement candidat à sa propre succession, et qui pourrait éventuellement être intéressé par le poste de Gouverneur de Californie en 2018, avant peut-être, de se lancer dans la course à l’investiture du Parti Démocrate pour la Présidentielle de 2020.

Autant d’échéances certaines ou potentielles qui jalonneront les mois à venir dans la « Cité des Anges ».

Plus que jamais, la candidature de Los Angeles 2024 se retrouve au cœur de considérations politiques, qu’elle n’avait sans doute pas imaginé il y a encore six mois.

Les principales figures de la candidature – Eric Garcetti et Casey Wasserman, son Président – sont en effet des proches de la candidate Démocrate battue par Donald Trump lors de l’élection présidentielle 2016, Hillary Clinton.

Les deux hommes forts de la candidature de LA 2024 auraient dès lors souhaité travailler avec l’ex-First Lady plutôt qu’avec le détonnant – et déroutant – leader Républicain.

Advertisements

JO 2024 : Los Angeles face aux décisions controversées de Donald Trump

Quelques semaines après son investiture, le Président Donald Trump n’en finit pas de faire parler de lui.

Comme il s’y était engagé durant la campagne présidentielle américaine, le leader Républicain a acté des mesures polémiques liées au Mexique et à l’immigration.

(Crédits - Donald Trump / Compte Twitter de la Présidence des États-Unis)

(Crédits – Donald Trump / Compte Twitter de la Présidence des États-Unis)

Ainsi, Donald Trump a notamment signé un Décret pour officialiser la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique, mur que le Président souhaite voir financer – a postériori – par les autorités de Mexico. Toutefois, ces dernières ont d’ores et déjà écarté cette possibilité, le Président Enrique Pena Nieto annulant au passage une visite à Washington (District of Columbia).

Mais le Président Trump a aussi engagé un autre Décret – aux multiples impacts – concernant l’immigration, en interdisant temporairement ou jusqu’à nouvel ordre, l’arrivée sur le sol américain de ressortissants issus de sept pays : Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen.

Sans surprise, cette dernière mesure a soulevé une vague de contestation outre-Atlantique, d’autant plus dans les villes considérées comme « sanctuaires » pour les immigrés par le nouveau Président des États-Unis.

Dans le viseur de Donald Trump, Los Angeles a fait savoir qu’elle demeurerait une ville d’accueil et ce, après de multiples déclarations écrites du Maire Eric Garcetti au cours des derniers jours, et à la suite d’une conférence de presse organisée depuis l’aéroport international de la ville.

« Je me suis entretenu ce matin à l’aéroport LAX avec les membres du Congrès, Maxime Waters et Ted Lieu, les responsables des douanes et de la protection des frontières, notre police aéroportuaire et des avocats en immigration pour évoquer l’impact des ordonnances présidentielles dans notre ville.

J’ai aussi rencontré des proches de certaines personnes touchées par ces décisions, pour mieux comprendre comment la ville de Los Angeles peut aider les gens durant cette période très difficile, déroutante et douloureuse.

J’ai voulu les assurer que Los Angeles honorera une tradition américaine unique, en demeurant toujours un lieu de refuge pour les personnes de toutes les nationalités et de toutes les confessions religieuses.

L’interdiction d’accès à des personnes sur un critère religieux ou sur celui de leur pays d’origine n’est pas seulement contraire aux idéaux américains, c’est aussi une mesure dangereuse contre notre sécurité nationale.

Il existe des stratégies efficaces, rationnelles, humaines et constitutionnelles pour garantir la sécurité des Américains, et c’est ce que nous attendons du Président à l’égard du peuple américain » a notamment affirmé le Maire Démocrate de Los Angeles.

(Crédits - Eric Garcetti / Compte Twitter du Maire de Los Angeles)

(Crédits – Eric Garcetti / Compte Twitter du Maire de Los Angeles)

Les mesures prises par le Président Donald Trump ont également fait réagir au-delà des frontières américaines, et un possible impact sur la candidature olympique et paralympique de Los Angeles 2024 n’est plus à écarter.

Sans évoquer la candidature ou la perspective du vote olympique du 13 septembre prochain, Richard Peterkin, membre du Comité International Olympique (CIO) à Saint-Lucie, n’a pas hésité à pointer la politique actuelle des autorités fédérales des États-Unis.

Sur son compte Twitter, le responsable olympique a notamment indiqué que « le Décret de Donald Trump relatif à l’immigration est totalement contraire aux idéaux olympiques.

Selon lui, la responsabilité collective l’emporte sur la justice individuelle ».

Si elle n’engage que son auteur, cette déclaration illustre en tous cas l’état d’esprit qui pourrait être celui de bon nombre de membres de l’institution qui élira la Ville Hôte des Jeux d’été de 2024.

La visite prochaine de la Commission d’évaluation du CIO – du 23 au 25 avril – sera déterminante pour la candidature de Los Angeles et ce, même si Donald Trump a récemment assuré de son soutien le CIO et la candidature américaine.

Le Maire de la ville devrait être de la partie, tout comme les membres américains du CIO, Larry Probst – par ailleurs Président du Comité Olympique des États-Unis (USOC) -, Anita DeFrantz, Conseillère de LA 2024 en charge de l’héritage, sans oublier Angela Ruggiero, qui est aussi Présidente de la Commission des Athlètes de l’institution de Lausanne (Suisse).

Toutes ces personnalités – avec également les leaders de la candidature comme Casey Wasserman, Président, et Janet Evans, vice-Présidente – devront alors assurer la Commission d’évaluation de la qualité du projet olympique et paralympique, tout en essayant d’atténuer l’image d’ores et déjà désastreuse des mesures présidentielles sur la scène internationale.

Un exercice difficile mais sans doute nécessaire pour éviter à la candidature d’être plombée dans les mois à venir par les décisions controversées de Donald Trump.

En novembre 2016, Janet Evans s’était d’ailleurs voulue rassurante avant même la prise de fonction du Président.

« Nous sommes fortement convaincus que les Jeux Olympiques et LA 2024 transcendent la politique et peuvent contribuer à rassembler nos communautés et le monde entier.

Nous sommes impatients de coopérer étroitement avec le Président élu, Donald Trump, et avec l’ensemble du Gouvernement Fédéral, afin de livrer des ‘Jeux nouveaux pour une ère nouvelle’ qui serviront et motiveront l’ensemble du Mouvement Olympique en 2024″ avait déclaré l’ancienne Championne Olympique de natation dans le cadre d’une interview exclusive pour « Sport & Société ».

JO 2024 : Le métro de Los Angeles à rude épreuve face au succès de la « Women’s March »

Ce samedi, les organisateurs de la « Women’s March » ont souhaité mobiliser massivement la population américaine autour des problématiques liées aux droits des femmes, mais au lendemain de l’investiture de Donald Trump en qualité de 45ème Président des États-Unis, la journée a pris une toute autre tournure.

L’opposition à Donald Trump et à ses propos polémiques durant la campagne présidentielle a en effet été au cœur des manifestations organisées aux quatre coins du pays, ainsi que dans diverses villes à travers le monde.

(Crédits - Eric Garcetti / Page Facebook)

(Crédits – Maire de Los Angeles, Eric Garcetti / Page Facebook)

Aux États-Unis, plusieurs millions de personnes sont ainsi descendues dans les rues dans grandes métropoles, à l’instar de Los Angeles (Californie).

La ville – largement acquise au Parti Démocrate – a connu une mobilisation exceptionnelle à en croire les chiffres communiqués par les organisateurs et par les forces de l’ordre.

Selon les manifestants, plus de 750 000 personnes avaient répondu à l’appel de la « Women’s March », tandis que le décompte estimé par le Los Angeles Police Department (LAPD) faisait état d’au moins 500 000 manifestants.

Dans les deux cas, cette mobilisation massive constitue un record pour la « Cité des Anges » et une journée historique depuis la manifestation en faveur des immigrés organisée en 2006.

Plusieurs personnalités du show business avaient fait le déplacement pour participer à la « Women’s March » de Los Angeles, parmi lesquelles Miley Cyrus, Barbra Streisand ou encore Natalie Portman.

Dans les mois à venir, la politique de Donald Trump pourrait à nouveau mobiliser leaders politiques, stars de Hollywood et citoyens américains. Le Maire de Los Angeles, Eric Garcetti, pourrait notamment monter au créneau sur la question migratoire, et s’imposer ainsi comme l’une des figures d’opposition au nouveau Président des États-Unis.

(Crédits - Maire de Los Angeles, Eric Garcetti / Page Facebook)

(Crédits – Maire de Los Angeles, Eric Garcetti / Page Facebook)

Au regard de la mobilisation, les lignes du métro de Los Angeles ont été particulièrement sollicitées hier, notamment l’Expo Line qui relie le quartier de Santa Monica au centre-ville et dont le tracé sera l’un des axes majeurs pour l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024 dans le cas où Los Angeles viendrait à être élue Ville Hôte.

L’affluence dans les transports en commun a d’ailleurs entraîné la diffusion de messages d’information sur les réseaux sociaux.

Pour des raisons de sécurité, le compte Twitter de MetroLink – qui gère le réseau en Californie du Sud – a ainsi invité les passagers et manifestants à utiliser d’autres moyens de transports pour se rendre dans le centre de Los Angeles et ce, au moment où plusieurs lignes venaient d’atteindre leur capacité maximale.

La démonstration de force opérée ce samedi illustre en tous cas les préoccupations liées à la thématique des transports en vue de l’organisation des JO 2024.

Pour rassurer la population et donner des gages de sécurité au Comité International Olympique (CIO), les autorités locales comptent s’appuyer sur deux plans colossaux – de 88 et de plus de 120 milliards de dollars (82,2 et 112,1 milliards d’euros) – pour mettre à niveau et moderniser un réseau parfois congestionné.

Ce double plan – qui doit s’échelonner d’ici 2024 et au-delà – intervient en parallèle du programme de rénovation de l’aéroport international de Los Angeles (LAX) pour un coût de 14 milliards de dollars (13,08 milliards d’euros).

JO 2024 : Avant son départ officiel de la Maison Blanche, Barack Obama reçoit l’hommage du Maire de Los Angeles

Au moment où Donald Trump s’apprête à investir les bureaux de la Maison Blanche à Washington (District of Columbia), le Président sortant Barack Obama a d’ores et déjà fait ses adieux à ses collaborateurs ainsi qu’au peuple américain après l’exercice de deux mandats à la tête des États-Unis.

Au cours des huit dernières années, Barack Obama a dû affronter diverses défis intérieurs et de crises extérieures – dont nombre de journalistes font aujourd’hui la rétrospective – mais il a aussi assisté à la conduite de deux candidatures américaines à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été.

Sur sa page Twitter, Eric Garcetti a mentionné : "Merci M. Le Président" avec la photographie ci-dessus (Crédits - Eric Garcetti / Page Twitter)

Sur le réseau social Twitter, Eric Garcetti a mentionné : « Merci M. Le Président » avec la photographie ci-dessus (Crédits – Eric Garcetti / Page Twitter)

Si le projet de Chicago 2016 demeure comme un fiasco à la fois diplomatique et politique pour l’ancien Sénateur de l’Illinois, la candidature de Los Angeles 2024 semble être dans une posture autrement plus favorable.

Surtout, il semble désormais acquis que l’équipe du nouveau Président travaillera en bonne intelligence avec celle qui dirige aujourd’hui les ambitions de la « Cité des Anges ». Une condition nécessaire à la poursuite du dossier californien avant l’appréciation de celui-ci par les membres du Comité International Olympique (CIO), d’ici le 13 septembre 2017.

Le Maire de Los Angeles, Eric Garcetti – par ailleurs candidat à un nouveau mandat municipal – a en tous cas salué la présidence démocrate qui s’achève, en rendant un hommage appuyé à Barack Obama, et en se remémorant les deux campagnes présidentielles de ce dernier.

Ainsi, dans un communiqué diffusé cette nuit, Eric Garcetti rappelle que Barack Obama a été « une inspiration en tant que candidat et Président pour toute une génération de jeunes, une génération prête à s’engager dans le processus civique et à prendre possession de la destinée de leur pays pour la première fois ».

Mais au-delà de l’espoir partagé à travers les États-Unis dès 2008, le Maire de Los Angeles a également remercié le Président sortant pour l’action engagée en faveur du pays et dans le cas présent, de Los Angeles.

« Le Président Obama a conduit l’Amérique avec sagesse, intégrité, compassion et grâce.

J’ai le privilège de l’appeler comme un ami, j’ai été honoré d’avoir servi son Groupe de travail sur le changement climatique, et je suis reconnaissant d’avoir eu un allié si extraordinaire pour Los Angeles pendant son séjour à la Maison Blanche.

L’administration Obama a été un partenaire stable pour notre ville, en faisant des investissements et en fournissant des conseils qui laisseront un héritage durable à Los Angeles.

Son leadership nous a permis d’élargir notre réseau de transport, de loger plus d’anciens combattants sans abri que n’importe quelle autre ville, d’investir dans la jeunesse, de donner une deuxième chance à ceux qui veulent terminer leurs études ou entrer sur le marché du travail, de développer de nouvelles technologies qui offriront une nouvelle génération d’emplois, de redonner vie à des quartiers de Los Angeles, de renforcer les relations entre les communautés et les forces de l’ordre » a ainsi déclaré Eric Garcetti.

(Crédits - Eric Garcetti / Page Facebook)

(Crédits – Eric Garcetti / Page Facebook)

Bien qu’il soit actuellement mobilisé pour la candidature olympique et paralympique aux JO 2024, le Maire de Los Angeles pourrait occuper une place majeure au cours des prochaines années.

Son nom est régulièrement cité comme potentiel candidat au poste de Gouverneur de Californie pour 2018 voire même d’éventuel candidat à l’investiture démocrate pour l’élection Présidentielle de 2020.

D’ici là, Eric Garcetti devrait retrouver Donald Trump par déclarations interposées ou par rencontres organisées.

Cette semaine, le Maire de Los Angeles a en effet été l’un des élus à l’initiative d’une résolution réclamant une réforme de la politique migratoire américaine et la levée des obstacles à l’obtention de la citoyenneté pour les plus de dix millions de clandestins.

La résolution a été adoptée ce mercredi lors de la Conférence bipartite des Maires des États-Unis, et a été coécrite par Eric Garcetti, mais aussi par Tom Tait, Maire de Anaheim (Californie) – ville intégrée au projet de LA 2024 -, par Jorge Elorza, Maire de Providence (Rhode Island) et par Ed Murray, Maire de Seattle (État de Washington).

JO 2024 : Los Angeles compte sur le futur Musée George Lucas pour renforcer son attractivité

A quelques mois de l’élection de la Ville Hôte des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024, force est de constater que les trois Villes Candidates encore dans la course sont des piliers internationaux sur le plan du tourisme et de la culture.

Los Angeles utilise d’ailleurs ces deux secteurs pour convaincre de sa capacité à accueillir les Jeux dans sept ans.

Vue de Los Angeles (Crédits - Eric Garcetti / Page Facebook)

Vue de Los Angeles (Crédits – Eric Garcetti / Page Facebook)

Si en 2015, la « Cité des Anges » était parvenue à héberger 45,5 millions de visiteurs – dont 6,7 millions de touristes étrangers – un nouveau palier a été franchi au cours de l’année 2016. Ainsi, Los Angeles a accueilli pas moins de 47,3 millions de visiteurs, dont 7,1 millions en provenance de pays étrangers et en particulier du Mexique et de la Chine.

Cette progression significative pourrait permettre à la ville d’atteindre son objectif 50 millions de touristes annuels d’ici 2020.

Cet objectif pourrait d’ailleurs être renforcé par les plans massifs adoptés en faveur des transports, mais aussi par l’ouverture annoncée d’ici 2021 du Musée George Lucas.

Visuel du Lucas Museum à proximité du Los Angeles Memorial Coliseum (Crédits - Lucas Museum of Narrative Art)

Visuel du futur Lucas Museum à proximité du Los Angeles Memorial Coliseum (Crédits – Lucas Museum of Narrative Art)

Un temps en concurrence avec San Francisco et Chicago, Los Angeles a finalement convaincu le célèbre réalisateur américain (Star Wars, Indiana Jones, etc…) qui souhaite y implanter ses collections personnelles au cœur d’un écrin futuriste de plus de 25 000 m² et dont le coût pourrait avoisiner 1 milliard de dollars (939,64 millions d’euros).

Une bagatelle entièrement prise en charge par George Lucas.

« Los Angeles gagne un nouveau joyau avec le fabuleux Musée Lucas de l’art narratif, et sa présence ici offrira aux visiteurs de l’Exposition Park des occasions inégalées d’immersion au cœur d’histoires riches et émouvantes.

J’ai cru à la vision du Musée Lucas, et nous avons suivi George Lucas avec tout notre savoir-faire, parce que je sais que Los Angeles est le lieu idéal pour toucher le public le plus large possible » a fait savoir le Maire de Los Angeles, Eric Garcetti.

Le Comité de Candidature de Los Angeles 2024 a également exprimé sa satisfaction à l’annonce du choix de L.A. pour abriter le futur Musée.

Ce dernier doit en effet être érigé à proximité du Los Angeles Memorial ColiseumStade Olympique des Jeux de 1932 et 1984 et potentiel hôte des Cérémonies de 2024 – et du principal noyau d’infrastructures proposées pour l’organisation des Jeux, à savoir le Parc des Sports du centre-ville.

« Nous sommes ravis d’accueillir le Musée Lucas dans la ‘Cité des Anges’, une institution culturelle qui incarnera toutes les raisons pour lesquelles Los Angeles est particulièrement bien placée pour offrir de nouveaux Jeux pour une nouvelle ère.

Los Angeles est connu dans le monde entier comme un centre mondial du divertissement, et LA 2024 s’est engagée dès le premier jour à exploiter l’innovation et la créativité de Los Angeles afin de livrer une expérience des Jeux pour la prochaine génération.

Je tiens à remercier le Maire Garcetti pour ne jamais avoir hésité dans sa volonté de travailler à amener ce Musée et à montrer au monde la nouvelle Los Angeles.

Avec le Lucas Museum, LA 2024 tissera une scène culturelle dynamique pour notre ville, nos Jeux et tous les visiteurs en 2024″ a d’ailleurs déclaré Casey Wasserman, Président du Comité de Candidature, qui avait récemment convaincu le Président de la « Walt Disney Company » de rejoindre les rangs de LA 2024.

Football américain : Après les Rams, les Chargers font leur retour à Los Angeles

Place forte du sport aux États-Unis, la région de Los Angeles a réalisé une double opération d’envergure au cours des derniers mois. Après avoir acté le retour des Rams de St-Louis en 2016, la région va en effet accueillir la franchise des Chargers qui évoluait depuis 1961 à San Diego.

A compter de la saison prochaine, l’équipe de football américain pourra investir le StubHub Center – stade de la Major League Soccer – d’une capacité de 27 000 places, avant de rejoindre le stade d’Inglewood où elle partagera l’affiche avec les Rams.

La capacité d’accueil sera alors bien supérieure, puisque le stade actuellement en construction sera doté de 70 000 à 100 000 places.

Les Chargers et les Rams sont de retour à Los Angeles (Crédits - LA 2024)

Les Chargers et les Rams sont de retour à Los Angeles (Crédits – LA 2024)

Le Maire de Los Angeles s’est d’ores et déjà félicité de ce retour d’une franchise historique qui n’a toutefois jamais remporté le Super Bowl.

« Los Angeles est l’une des grandes villes sportives du monde. Les équipes de championnats et les athlètes emblématiques n’ont pas seulement laissé des souvenirs ici, ils sont des légendes tissées dans notre histoire.

Aujourd’hui, nous accueillons une partie importante de cette histoire avec le retour des Chargers à Los Angeles. Ce retour permettra une plus riche expérience et tradition du football américain, et donnera une raison de plus aux amateurs de sport de venir à Los Angeles.

Je félicite Dean Spanos et l’ensemble des Chargers, et je me réjouis des contributions extraordinaires qu’ils apporteront à toute notre région » a ainsi fait savoir Eric Garcetti.

Mais le Maire de L.A. n’a pas été le seul à réagir à ce retour sportif.

Le Comité de Candidature de Los Angeles 2024 a en effet salué une initiative qui renforce encore davantage la dimension sportive du territoire qui est d’ailleurs l’un des arguments majeurs de la candidature olympique et paralympique.

« La meilleure ville sportive en Amérique ne cesse de s’améliorer. Au nom de LA 2024, nous sommes ravis d’accueillir les Chargers.

Los Angeles offre des opportunités sportives et commerciales attrayantes et les spectateurs locaux sont passionnés et avides d’assister à des événements sportifs ici-même. Ce n’est pas un hasard si Los Angeles compte 11 équipes professionnelles de Ligues majeures et plus de 1 000 Olympiens et Paralympiens.

L.A. est vraiment une ville qui vit et respire le sport.

Les plans des Chargers pour jouer au StubHub Center démontrent la richesse des sites existants et prévus dans la Cité des Anges, ce qui permet à LA 2024 de choisir les meilleurs sites pour les Jeux et non de les construire à partir d’une feuille blanche » a affirmé Casey Wasserman, Président du Comité de Candidature.

Visuel du Parc des Sports de South Bay avec, en haut à gauche, le StubHub Center (Crédits - LA 2024)

Visuel du Parc des Sports de South Bay avec, en haut à gauche, le stade StubHub Center (Crédits – LA 2024)

Dans le cadre de son projet, LA 2024 propose d’ailleurs l’utilisation du StubHub Center pour l’organisation du tournoi de rugby à sept. Mais cet équipement n’est pas le seul lié au football américain qui pourrait être utilisé au moment des Jeux.

Un temps pressenti pour être hôte des Cérémonies d’ouverture et de clôture, le Memorial Coliseum – qui héberge temporairement les Rams – pourrait in fine être supplanté par le futur stade d’Inglewood.

Ce dernier aura au préalable fait ses armes de manière spectaculaire puisqu’il accueillera le Super Bowl en 2021.

JO 2024 : Los Angeles table sur un impact économique conséquent à l’échelle locale et nationale

En juin 2016, le Comité de Candidature de Paris 2024 avait dévoilé les conclusions de l’étude d’impact du Centre de Droit et d’Économie du Sport (CDES) de Limoges.

Cette dernière projetait alors des retombées comprises entre 5,3 et 10,7 milliards d’euros pour Paris et la région francilienne et un surplus dans le domaine de l’emploi compris entre 119 000 et 247 000 créations d’emplois sur les trois périodes étudiées.

(Crédits - Capture d'écran / Sport & Société)

(Crédits – Capture d’écran / Sport & Société)

Ce lundi, la candidature de Los Angeles 2024 a à son tour révélé les apports d’une étude d’impact relatives aux retombées de l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été.

Réalisée par le Beacon Economics LLC et le Centre de Recherche et de Développement Économique Riverside de l’Université de Californie, l’étude envisage un impact économique net compris entre 9,38 et 9,63 milliards de dollars pour Los Angeles (8,87 à 9,10 milliards d’euros).

En termes de production économique brute, les retombées pour la « Cité des Anges » seraient comprises entre 10,62 à 11,18 milliards de dollars (10 à 10,57 milliards d’euros) ; quant à l’échelle des États-Unis, l’étude envisage des retombées de 17,4 à 18,3 milliards de dollars (16,45 à 17,31 milliards d’euros).

Ces retombées majeures s’accompagneraient également de plusieurs milliers de créations d’emplois (entre 74 308 et 79 307 à l’échelle de Los Angeles) avant, pendant et après les Jeux.

(Crédits - Étude d'impact / LA 2024)

Principales données relatives aux retombées économiques pour Los Angeles (Crédits – Étude d’impact / LA 2024)

Depuis le lancement de sa candidature et l’officialisation de cette dernière par le Comité Olympique des États-Unis (USOC) en août 2015, Los Angeles n’a eu de cesse de vanter la force de son économie et des entreprises présentes sur son territoire et plus globalement, sur le territoire de la Californie.

A plusieurs reprises, LA 2024 a ainsi judicieusement affiché le haut niveau économique de l’État Fédéré le plus riche des États-Unis, allant même jusqu’à rappeler que la Californie pourrait être la sixième économie mondiale si cette dernière avait le statut d’État au regard du droit international, avec l’équivalent d’un Produit Intérieur Brut (PIB) de l’ordre de 2 500 milliards de dollars (2 364 milliards d’euros).

Concernant les dépenses engendrées par l’accueil des touristes et des spectateurs, Los Angeles 2024 et les auteurs de l’étude d’impact ont pris en compte – dans la base de leurs calculs – d’une légère baisse du nombre de touristes au moment des JO 2024 et ce, après avoir examiné les échéances olympiques passées.

Néanmoins, malgré cette baisse (moins 3% de touristes) la venue des visiteurs pendant les Jeux pourrait apporter jusqu’à 1,46 milliard de dollars (1,38 milliard d’euros) de revenus à l’économie locale. Avant et après l’événement, jusqu’à 300 millions de dollars (283,7 millions d’euros) supplémentaires pourraient être injectés dans l’économie de Los Angeles.

Au total, les dépenses directes qui seraient au bénéfice de la ville, représenteraient entre 6,72 et 7,07 milliards de dollars (6,35 à 6,68 milliards d’euros).

(Crédits - Etude d'impact / LA 2024)

Données relatives aux dépenses directes sur le territoire de Los Angeles (Crédits – Étude d’impact / LA 2024)

Toutes ces données renforcent indéniablement l’argumentaire de solidité et de fiabilité de la candidature de Los Angeles.

Une candidature qui mise aussi sur le passé et le souvenir des Jeux de 1984 qui avaient réalisé un bénéfice de 232,5 millions de dollars, un élément non-négligeable et qui pourrait avoir son importance au moment du vote du Comité International Olympique (CIO).

Mais si LA 2024 mise sur le souvenir des derniers Jeux d’été organisés en Californie, elle mise également sur les investissements massifs prévus à court et à long terme, en particulier dans le domaine des transports.

Une précédente étude avait d’ailleurs mentionné ces différents programmes, tout en faisant le constat d’une candidature à faible risque financier.

A court terme, ces derniers bénéficieront en effet d’un plan de 88 milliards de dollars (83,2 milliards d’euros). A long terme, ce sont des investissements de près de 300 milliards de dollars (283,7 milliards d’euros) qui sont prévus par les autorités locales et qui sont rappelés par l’étude d’impact. A cette somme colossale s’ajoute aussi le montant des travaux de rénovation et de modernisation prévus pour l’aéroport international de Los Angeles (LAX) : 14 milliards de dollars (13,2 milliards d’euros).

Présent lors de la présentation de l’étude d’impact, le Maire de Los Angeles a réitéré son soutien à l’ambition du projet de LA 2024.

« En 1984, Los Angeles a montré au monde que des Jeux Olympiques gérés de manière responsable pouvaient permettre d’injecter plusieurs milliards de dollars dans l’économie locale et d’apporter des progrès pendant des décennies.

Nous sommes prêts à faire de même en 2024.

Ce rapport montre que Los Angeles est un hôte idéal et à faible risque pour les Jeux de 2024, et que nous avons le bon plan pour faire en sorte qu’une candidature gagnante apporte un héritage olympique durable à notre ville » a notamment affirmé Eric Garcetti.

(Crédits - Eric Garcetti / Page Facebook)

Pour la présentation de l’étude d’impact, Eric Garcetti était notamment accompagné de Janet Evans, vice-Présidente de LA 2024 en charge de la relation avec les sportifs ; Angela Ruggiero, membre du CIO ; Gene Sykes, Directeur Général de LA 2024 ; et Casey Wasserman, Président du Comité de Candidature de LA 2024 (Crédits – Eric Garcetti / Page Facebook)

Toutefois, et comme c’est le cas pour chacune des Villes Candidates, le financement de programmes d’envergure doit encore être affiné et présenté avec chaque parties prenantes du secteur public et du secteur privé. Il convient aussi – et cela s’applique une fois encore à toutes les Villes Candidates – de mesurer avec prudence les études d’impacts.

Ces dernières sont un panel d’estimations économiques. Le contexte d’aujourd’hui ne sera sans doute pas le même en 2024 et au-delà.

Les chiffres présentés par Los Angeles et auparavant par Paris rassurent évidemment les candidatures et les dirigeants de ces dernières, mais ils doivent être considérés avec précaution, l’économie n’étant pas une science exacte.

JO 2024 : Après Rome et Paris, le Président du CIO découvre le projet de Los Angeles

Mercredi soir, le Club France et la candidature de Paris 2024 avaient reçu la visite du Président du Comité International Olympique (CIO), Thomas Bach. Ce dernier, qui s’était rendu sur le site de l’Italie et du projet de Rome 2024 plus tôt cette semaine, a effectué ce samedi une nouvelle visite.

Caseay Wasserman, Président de LA 2024 et Eric Garcetti, Maire de Los Angeles, ont été les guides de Thomas Bach ce soir (Crédits - LA 2024 / Getty Images)

Casey Wasserman, Président de LA 2024 et Eric Garcetti, Maire de Los Angeles, ont été les guides de Thomas Bach ce soir (Crédits – LA 2024 / Getty Images)

La Maison des États-Unis installée dans le quartier d’Ipanema à Rio de Janeiro a ainsi accueilli Thomas Bach.

Comme pour ses précédentes visites aux Villes Candidates, le Président du CIO a rencontré et salué plusieurs sportifs avant de découvrir la mise en scène du projet olympique et paralympique.

Sur ce point, les candidatures ont résolument mis en avant la technologie : Rome avait proposé à Thomas Bach de visualiser son projet à travers des lunettes 3D, Paris a misé sur un écran numérique et Los Angeles a quant à elle fusionné les avantages d’un écran avec ceux d’une maquette toute en lumière.

(Crédits - LA 2024 / Getty Images)

(Crédits – LA 2024 / Getty Images)

La « visite interactive » s’est déroulée sous l’égide du Maire de Los Angeles, Eric Garcetti.

Casey Wasserman, Président de la candidature de LA 2024, et Angela Ruggiero, membre du CIO et Directrice de LA 2024 en charge de la stratégie étaient également présents autour de Thomas Bach.

Jusqu’à la fin des Jeux, le Président du CIO – mais aussi plusieurs dizaines de membres de l’institution – se rendront dans les différentes Maisons des Comités Nationaux Olympiques.

Bien entendu, les visites auront un aspect plus important encore pour les Villes Candidates – Los Angeles, Budapest, Rome et Paris -, les Jeux de Rio 2016 étant l’un des seuls événements durant l’année à venir où elles auront l’occasion et la possibilité de présenter leur projet respectif.

JO 2024 : L’Université UCLA de Los Angeles touchée par une fusillade

Le 13 novembre 2015, Paris était victime d’une série d’attentats. Ce mercredi, Los Angeles (États-Unis) a été frappée par une fusillade au sein de l’Université UCLA.

Si ces deux événements ne sont en rien comparables – au regard du mode opératoire ou du nombre de victimes – ils démontrent toutefois que la sécurité sera l’un des enjeux en vue de la désignation de la Ville Hôte des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024.

Face à ces drames, la capacité des services d’ordre à assurer la sécurité – au sens de la prévention et de la répression – est en effet analysée et scrutée avec attention pour les Villes Candidates.

Ce soir, la fusillade qui s’est produite à l’Université de Californie à Los Angeles, et qui a fait deux victimes dont le tireur, rappelle deux choses : la place occupée par le récurrent débat autour du port d’armes à feu aux États-Unis – débat encore présent dans l’optique de la Présidentielle de novembre 2016 – ; mais aussi, dans le cadre d’un projet aux JO, la nécessité d’optimiser la sécurité de vastes espaces appelés à recevoir du public et de neutraliser toute intrusion suspecte.

Vue du campus universitaire de l'UCLA (Crédits - LA 2024)

Vue du campus universitaire de l’UCLA (Crédits – LA 2024)

Or, dans le cas de l’Université UCLA, ce ne sont ni plus ni moins que les athlètes et leurs accompagnateurs qui doivent être accueillis au sein du campus universitaire et ce, si Los Angeles décroche l’organisation des Jeux de 2024.

Plus de 10 500 sportifs et plusieurs milliers d’accompagnateurs seront alors logés durant les Jeux au cœur d’un espace qui proposera également huit services de restauration, des centres d’entraînement majeurs – le Drake Stadium, une piscine olympique, une piscine dédiée au plongeon, des installations pour le tennis, le beach-volley, l’équitation, le basketball, etc…, sans oublier un centre médical de premier plan.

Vue intérieure de l'un des restaurants universitaires de l'UCLA (Crédits - LA 2024)

Vue intérieure de l’un des restaurants universitaires de l’UCLA (Crédits – LA 2024)

Les responsables de la candidature de Los Angeles 2024 pourraient prendre la parole dans les prochaines heures pour exprimer leur émotion, mais aussi pour rassurer les décideurs olympiques, ces derniers gardant en mémoire les tragiques événements de Munich 1972 et, dans une moindre mesure, l’attentat survenu au sein du Parc du Centenaire en 1996 à Atlanta.

D’ores et déjà, le Maire de la « Cité des Anges » s’est exprimé via un communiqué de presse.

« Mes pensées et mes prières vont à toutes les personnes touchées par ce qui semble avoir été un meurtre et un suicide sur le campus de l’UCLA.

Cet horrible événement, dans un établissement dédié à l’apprentissage et à la compréhension mutuelle, nous rappelle une fois de plus la fragilité d’une société pacifique. Heureusement, le campus est à présent sûr, mais c’est le cœur brisé que j’ai vu les équipes d’intervention circuler sur les avenues habituellement remplies par les étudiants.

Je tiens à féliciter la communauté de l’UCLA pour son extraordinaire grâce et son calme face à une matinée traumatisante » a notamment affirmé Eric Garcetti, par ailleurs l’un des hommes forts de Los Angeles 2024.

Qu’il s’agisse d’une action menée par un groupe terroriste ou par un individu radicalisé pour diverses raisons, chaque événement dramatique peut rapidement avoir des répercussions internationales pour une Ville Candidate à l’organisation des Jeux. Et plus encore pour une Ville Hôte.

Les récentes Cités Olympiques ont parfaitement pris conscience de cette problématique.

Rio de Janeiro (Brésil) n’y échappera pas non plus, les autorités fédérales brésiliennes ayant prévu à l’occasion des JO 2016, la plus importante opération de sécurité jamais menée dans le pays.

JO 2024 : Le Président du CIO en visite à Los Angeles

Engagée dans la course à l’organisation des Jeux d’été de 2024, la ville de Los Angeles (Californie) accueille – jusqu’au 02 février inclus – une délégation du Comité International Olympique (CIO) parmi laquelle figure le Président de l’institution, Thomas Bach.

Thomas Bach lors d'une réunion du Bureau exécutif du CIO, en décembre 2015 (Crédits - IOC / Christophe Moratal)

Thomas Bach lors d’une réunion du Bureau exécutif du CIO, en décembre 2015 (Crédits – IOC / Christophe Moratal)

Au cours de sa première journée de visite, le Président du CIO rencontrera les leaders du Comité de Candidature, notamment Casey Wasserman, patron de Los Angeles 2024.

Ce dernier a d’ores et déjà tenu « à remercier le Président Bach pour sa venue à Los Angeles et pour la possibilité donnée d’évoquer la concordance de nos projets de Jeux durables avec ses réformes visionnaires de l’Agenda olympique 2020.

Suivant les orientations du Président Bach, nous sommes en train de créer un concept pour les Jeux apte à faire vivre aux athlètes la meilleure expérience, une expérience personnalisée qui tirera parti de notre climat idéal et de l’existence de sites hors pair.

Ainsi, nos Jeux transmettront un legs qui motivera la génération à venir, aux États-Unis et dans le monde entier ».

Thomas Bach se rendra par ailleurs sur les sites envisagés pour accueillir les Jeux en 2024. Il devrait ainsi visiter le mythique Los Angeles Memorial Coliseum.

Après cette inspection, le Président et la délégation olympique assisteront à un match de NBA de l’équipe locale des Lakers. Ce match se déroulera au Staples Center, enceinte majeure de LA et équipement structurant de la candidature aux Jeux.

(Crédits - LA 2024)

(Crédits – LA 2024)

Lundi 1er février, Thomas Bach s’entretiendra avec le Maire de Los Angeles, Eric Garcetti, le Président du Conseil Municipal, Herb Wesson ainsi qu’avec les dirigeants de LA 2024. A l’issue de cette rencontre, ils se rendront, tous ensemble, au Getty Center et aux seins des installations universitaires proposées pour héberger les athlètes en cas de succès de la candidature californienne.

« C’est un honneur pour nous que d’accueillir Thomas Bach dans la Cité des Anges. Los Angeles est une ville tournée vers l’avenir, où les éventualités deviennent des opportunités.

Nous sommes impatients de montrer au Président Bach et aux officiels du CIO, le projet que nous formons de mobiliser notre créativité, notre sens de l’innovation et notre discipline budgétaire au service de Jeux nouveaux pour une ère nouvelle » a affirmé le Maire de la ville.

Outre sa rencontre avec les responsables politiques régionaux, le Président de l’institution de Lausanne (Suisse) aura l’occasion de dialoguer avec des athlètes olympiques américains et avec Larry Probst et Scott Blackmun, respectivement Président et Directeur Général du Comité Olympique des États-Unis (USOC).

Un échange avec les membres du CIO pour les États-Unis, Anita DeFrantz et Angela Ruggiero a également été planifié.

Le lendemain, le Président du CIO se rendra du côté de San Francisco, afin d’y rencontrer des responsables d’entreprises spécialisées dans le domaine technologiques.

Un détour en direction de Santa Clara et du Levi’s Stadium, hôte du Super Bowl, le 07 février prochain, n’est pas non plus à écarter, même si aucun élément officiel n’a pour l’heure été communiqué sur le sujet.

L’an dernier, alors que Boston (Massachusetts) était en pleine campagne olympique, Thomas Bach avait assisté à la victoire de l’équipe locale des New England Patriots à Glendale (Arizona).

Thomas Bach (Crédits - CIO)

Thomas Bach (Crédits – CIO)

Près de 15 jours avant le date limite du dépôt officiel des premiers éléments techniques de chaque candidature, Thomas Bach effectue en tous cas un déplacement d’importance dans la ville qui rêve d’accueillir les Jeux pour la troisième fois de son histoire (1932, 1984).

Le Président du CIO devrait dès lors visiter chacune des trois autres Villes Candidates, sachant qu’il a eu l’occasion de se rendre récemment à Paris, dans le cadre de la COP 21, et à Budapest – pour les célébrations du 120e anniversaire du Comité Olympique de Hongrie (MOB).