Kolinda Grabar-Kitarović à la tête de la Commission de Futur Hôte

Le Comité International Olympique (CIO) a annoncé, ce lundi 11 octobre, avoir procédé à la nomination de Kolinda Grabar-Kitarović au poste de Présidente de la Commission de Futur Hôte pour les Jeux de l’Olympiade, soit les Jeux d’été. Une façon de confirmer la place des femmes accordée dans les instances olympiques.

Portrait de Kolinda Grabar-Kitarović (Crédits – IOC / Greg Martin)

Avec la nouvelle mouture du processus de sélection des Hôtes olympiques, la Commission d’évaluation qui prévalait jusqu’alors a été remplacée par la Commission de Futur Hôte pour les Jeux d’hiver et par la Commission de Futur Hôte pour les Jeux de l’Olympiade.

Disposant d’un contingent réduit, ces Commissions sont destinées à consolider la nouvelle philosophie portée par le CIO autour d’une approche repensée sur un dialogue continu avec les territoires potentiellement intéressés par l’accueil des Jeux.

Brisbane 2032 a ainsi été la première Hôte à bénéficier de ce processus remanié, et aujourd’hui, les deux Commissions sont à l’œuvre pour entretenir les échanges avec les prétendants à l’organisation des Jeux d’hiver de 2030 et des Jeux d’été de 2036, ainsi que des éditions suivantes, le calendrier traditionnel axé sur une élection de l’Hôte sept ans avant la tenue de l’événement étant également un symbole du passé.

Dans le même esprit de modernisation du fonctionnement et de la gouvernance olympique, le CIO a aussi acté le principe qu’aucun membre de la Commission Exécutive ne pouvait prétendre à siéger dans les Commissions de Futurs Hôtes et ce, afin de permettre une plus grande représentation des membres de la Session.

De ce fait, la démission récente de Kristin Kloster Aasen, élue à la Commission Exécutive du CIO en marge des Jeux de Tokyo 2020, a conduit à étudier l’installation d’un nouveau membre à la présidence de la Commission de Futur Hôte pour les Jeux de l’Olympiade.

Pour palier à cette vacance, l’institution olympique a choisi d’accorder sa confiance à Kolinda Grabar-Kitarović.

Kolinda Grabar-Kitarović et Thomas Bach, Président du Comité International Olympique, lors de la 138ème Session du CIO, le 21 juillet 2021 (Crédits – IOC / Greg Martin)

Élue au CIO l’an passé, cette dernière était jusqu’à présent membre de ladite Commission. Avec ce qui constitue une spectaculaire montée en grade, celle qui fut Présidente de la République de Croatie de 2015 à 2020 connaît déjà une consécration au sein du CIO.

Diplômée de la Los Alamos High School au Nouveau-Mexique (États-Unis), puis de l’Université de Zagreb (Croatie), avec, dans un premier temps, un cursus centré sur la littérature et la philosophie (1993) et dans un second temps, un parcours ciblé sur les relations internationales (2000), Kolinda Grabar-Kitarović est également diplômée de l’Académie Diplomatique de Vienne (Autriche), plus connue sous le nom d’École des Hautes Études Internationales de Vienne, et a par ailleurs travaillé comme chercheuse dans plusieurs structures universitaires aux États-Unis, à l’Université George Washington, à l’Université Johns Hopkins ou encore à la prestigieuse Université Harvard.

En parallèle de ses études, Kolinda Grabar-Kitarović a multiplié les missions et fonctions diplomatiques et institutionnelles dans son pays, travaillant au Ministère croate de la Science et de la Technologie (1992), puis au Ministère des Affaires étrangères de 1993 à 2003. Cette année-là, la carrière politique de la dirigeante croate prend une nouvelle tournure, avec l’accession au poste de Ministre de l’Intégration européenne jusqu’en 2005, avant de prendre les commandes du portefeuille ministériel des Affaires étrangères et de l’Intégration européenne, renforçant de surcroît son rôle dans le processus d’entrée de la Croatie dans l’Union Européenne, mais également au sein de l’OTAN.

Conseillère à l’Ambassade de Croatie à Ottawa (Canada) de 1997 à 2001, Kolinda Grabar-Kitarović a en outre exercé en qualité d’Ambassadrice de la République de Croatie aux États-Unis, co-accréditée auprès du Mexique, du Panama et de l’Organisation des États américains de 2008 à 2011, devenant ensuite Secrétaire Générale adjointe pour la diplomatie publique (2011-2014), avant de finalement s’illustrer à la présidence de la République durant cinq années, mais ne parvenant toutefois pas à se faire réélire en 2020.

La vaste expérience acquise au fil des ans sur la scène nationale et internationale a par ailleurs donné l’occasion à la dirigeante croate de s’investir pour la cause des femmes, l’égalité des sexes, mais encore la paix, la sécurité et les problématiques environnementales.

Ainsi, membre du Conseil consultatif de l’US Atlantic Council, Ambassadrice mondiale pour la vaccination de Women Political Leaders et Présidente du Comité Global Women Leaders du World Business Angels Investment Forum depuis 2020, après avoir été Présidente du Conseil des femmes leaders du monde un an auparavant, Kolinda Grabar-Kitarović est aussi présente depuis cette année comme membre du Haut Conseil auprès du Haut-Représentant de l’Alliance des Civilisations des Nations Unies (UNAOC), membre du Conseil consultatif international du GLOBSEC Policy Institute, mais encore comme membre du Comité consultatif du futur Conseil de sécurité et de défense en vue d’apporter une contribution à l’élaboration du nouveau concept stratégique de l’OTAN.

Avec ses nouvelles fonctions de Présidente de la Commission de Futur Hôte pour les Jeux de l’Olympiade, Kolinda Grabar-Kitarović ajoute une énième corde à son arc, avec la responsabilité de coordonner le dialogue avec les candidates et de manier la procédure de sélection des futurs organisateurs des Jeux d’été.

Comme l’a d’ailleurs souligné le Président du CIO, Thomas Bach :

Les Commissions de Futurs Hôtes ont un rôle important à jouer pour ce qui est de façonner l’avenir du Mouvement Olympique.

Kolinda Grabar-Kitarović mettra ses compétences et son expérience riches et variées, notamment au plus haut niveau gouvernemental et dans le domaines des relations internationales, au service de la Commission.

En tant que membre de cette même Commission, elle a déjà contribué au succès de la première élection menée dans le cadre de la nouvelle approche pour le choix des Hôtes olympiques et paralympiques, laquelle a abouti à la sélection de Brisbane 2032.

Les anneaux olympiques devant la Maison Olympique à Lausanne (Crédits – CIO / Christophe Moratal)

Il est à noter enfin qu’au-delà de la promotion de Kolinda Grabar-Kitarović, la Commission voit aussi l’arrivée de Marisol Casado (Espagne) dans ses rangs.

Déjà membre des Commissions de Coordination pour les Jeux de Paris 2024 et de Los Angeles 2028, la Présidente de la Fédération Internationale de Triathlon (ITU) conforte ainsi sa place dans les arcanes du pouvoir olympique, plus de dix ans après y avoir fait son entrée (2010).

Avec ces deux changements notables, la Commission de Futur Hôte pour les Jeux de l’Olympiade se compose désormais des personnalités suivantes :

  • Kolinda GRABAR-KITARIVOC (Croatie, 2020), Présidente ;
  • Marisol CASADO (Espagne, 2010) ;
  • Lingwei LI (Chine, 2012) ;
  • Luis MEJIA OVIEDO (République Dominicaine, 2017),
  • Andrew PARSONS (Brésil, 2018), Président du Comité International Paralympique (IPC) ;
  • Richard W. POUND (Canada, 1978) ;
  • Paul K. TERGAT (Kenya, 2013) ;
  • Sarah WALKER (Nouvelle-Zélande, 2016) ;
  • Francesco RICCI BITTI (Italie), Président de l’Association des Fédérations Internationales des sports olympiques d’été (ASOIF).

Laisser un commentaire