Un écrin d’exception pour les Clippers de Los Angeles

Installée à Los Angeles (Californie, États-Unis) depuis 1984, après avoir résidé à San Diego, la franchise de basketball des Clippers s’apprête aujourd’hui à ouvrir une nouvelle page de son histoire.

Désireuse de gagner en indépendance pour mieux se développer, la franchise entend en effet quitter le Staples Center de Los Angeles – qu’elle partage avec les Lakers – pour rejoindre une enceinte ultra-moderne, connectée et multifonctionnelle en proche périphérie.

Visuel du futur Inglewood Basketball & Entertainment Center (Crédits – Los Angeles Clippers)

A l’instar des franchises de football américain des Rams et des Chargers qui occuperont dès l’an prochain un nouveau stade, les Clippers ont fait le choix d’Inglewood pour bâtir leur futur écrin.

Ce dernier prendra place non-loin du gigantesque Los Angeles Stadium qui abritera le Super Bowl en 2022 et les Cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de Los Angeles en 2028. Face à ce mastodonte actuellement en construction, l’aréna des Clippers n’en sera pas moins imposante et, comme son proche voisin, tous les superlatifs devraient être de mise.

Le propos tenu par Steve Ballmer lors de la présentation du projet en est d’ailleurs une parfaite illustration :

Mon objectif est simple : je veux que les Clippers aient la meilleure maison de tous les sports. Cela signifie pour moi un environnement sans pareil pour les joueurs, les spectateurs, les sponsors et la ville d’Inglewood.

Notre objectif est de construire une installation qui repense les attentes des spectateurs tout en ayant un impact transformateur sur la ville que nous appellerons notre chez nous.

Visuel de la canopée du futur Inglewood Basketball & Entertainment Center (Crédits – Los Angeles Clippers)

Concrètement, le projet se développera sur une surface globale de 10,52 hectares avec, au cœur, une structure principale de 18 500 places destinée à accueillir les rencontres sportives des Clippers.

Autour de cette enceinte qui sera semi-enterrée à neuf mètres, la franchise réunira l’ensemble de ses activités commerciales et administratives, des activités aujourd’hui réparties sur plusieurs secteurs de la région de Los Angeles. Outre cette problématique liée à la logistique interne, la franchise entend aussi développer une ville dans la ville, avec une clinique sportive, des restaurants, une zone commerciale et des espaces de loisirs et ce, dans le souci d’attirer les spectateurs et usagers même en dehors des matchs.

Le projet ne comprendra toutefois pas d’aménagements résidentiels comme cela peut parfois être le cas pour ce type d’infrastructure. En effet, le site – pour lequel la Ville d’Inglewood détient 80% des terrains – est situé en-dessous de la ligne de vol des avions qui desservent l’aéroport international LAX ce qui n’autorise pas de constructions destinées à l’hébergement.

Visuel de l’esplanade du futur Inglewood Basketball & Entertainment Center (Crédits – Los Angeles Clippers)

Pour accueillir cet afflux de visiteurs, une vaste esplanade bordée de palmiers permettra de découvrir peu à peu l’étendue de l’installation multifonctionnelle.

Sur cette esplanade, des milliers de spectateurs pourront assister à des événements culturels comme des projections de films ou d’annonces en plein air par l’intermédiaire d’un écran géant disposé à proximité de l’aréna et entouré d’un espace scénique.

Pour accéder à l’enceinte sportive, les visiteurs pénétreront par de larges baies vitrées.

Ces ouvertures sur l’extérieur auront par ailleurs une fonction éco-responsable. Au-delà de l’installation de panneaux photovoltaïques pour assurer le confort énergétique de l’infrastructure, avec la production estimée de 1 million de kWh chaque année, des espaces vitrés seront ainsi installés sur la toiture et les parois du bâtiment afin de laisser passer la lumière naturelle pour ce qui sera un véritable jardin suspendu.

A l’image de ce que peut être une canopée, l’Inglewood Basketball & Entertainment Center abritera en effet une multitude de plantations, comme une sorte d’oasis des temps modernes.

Comme l’a en tout cas affirmé Chris Meany de l’entreprise Wilson Meany qui a contribué à la conception du projet :

Nous avons mis au défi les architectes et les concepteurs de ce projet de créer une installation historique qui surpasse les normes environnementales actuelles.

La nouvelle arène des Clippers démontre que la protection de l’environnement et le développement économique ne doivent pas nécessairement s’exclure mutuellement.

Visuel du futur Inglewood Basketball & Entertainment Center avec, en arrière plan, le Los Angeles Stadium des franchises de football américain des Rams et des Chargers de Los Angeles (Crédits – Los Angeles Clippers)

Pour bâtir cet écrin, Steve Ballmer – propriétaire depuis cinq ans des Clippers de Los Angeles – a fait savoir qu’aucun financement public ne sera sollicité, puisque le projet à 1 milliard de dollars (898,47 millions d’euros) reposera uniquement sur des fonds privés sans nul doute et pour partie issus de sa fortune personnelle.

Le chantier sera piloté par le groupement AECOM, à qui l’on doit notamment nombre de stades et arènes sportives aux États-Unis et dans le monde et qui a aussi contribué à l’aménagement du Parc Olympique de Londres 2012 et de celui de Rio 2016. Après les études environnementales et techniques, les travaux devraient débuter à la mi-2021 pour un achèvement prévu à l’automne 2024, soit au moment où le bail des Clippers au sein du Staples Center expirera.

D’ores et déjà, les porteurs du projet ont communiqué des estimations concernant l’impact économique et social des travaux et surtout les retombées attendues à long terme pour le territoire.

De fait, pas moins de 10 000 emplois devraient être mobilisés dans le cadre du chantier de construction de l’Inglewood Basketball & Entertainment Center, tandis que 1 500 emplois pérennes pourraient être assurés pour l’organisation des événements, la maintenance et l’exploitation du site.

Outre l’impact social, l’aménagement du complexe sportif devrait également avoir des répercussions majeures sur l’économie locale, puisque la région d’Inglewood pourrait bénéficier de retombées économiques estimées à 268 millions de dollars par an (240,84 millions d’euros) et de recettes fiscales nouvelles de l’ordre de 190 millions de dollars (170,74 millions d’euros) sur la période 2020-2045.

Compte-tenu du calendrier prévisionnel annoncé et des relations étroites de Steve Ballmer avec les autorités sportives et institutionnelles locales, il est à penser que le futur complexe sportif pourra être inclus dans le dispositif olympique et paralympique de LA 2028 le moment venu.

Pour l’heure, aucune épreuve n’est envisagée sur le site, mais le développement de ce dernier, sa grande capacité d’accueil et sa proximité avec le Los Angeles Stadium et l’éventuelle future navette automatique, sont des arguments qui pourraient plaider en faveur d’une intégration, d’autant plus dans l’optique où LA 2028 envisagerait l’ajout de sports additionnels à son programme.

_________________________

Indépendante, la plateforme d’information « Sport & Société » fonctionne grâce au soutien de ses lecteurs.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.