JO 2024 : Elles seront donc cinq Villes Candidates

Mercredi 16 septembre, le Comité International Olympique (CIO) a fait connaître la liste des Villes Candidates à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024.

Comme cela était attendu, elles seront donc cinq en course pour obtenir l’attribution de l’événement planétaire, attribution qui se déroulera dans deux ans : Budapest (Hongrie), Hambourg (Allemagne), Los Angeles (États-Unis), Paris (France) et Rome (Italie).

« Nous accueillons cinq villes exceptionnelles, aux qualités indéniables.

L’Agenda 2020 a davantage positionné la procédure de candidature comme une invitation à laquelle les villes répondent en dialoguant et en coopérant avec le CIO.

Au cours de la nouvelle phase d’invitation, le CIO a pu constater que toutes les Villes Candidates avaient adhéré à l’esprit de l’Agenda 2020 et l’avaient intégré dans leur vision pour l’avenir de leur ville. La durabilité et l’héritage sont au cœur de chaque candidature » a affirmé Thomas Bach, Président du CIO.

Présentation de l'Agenda 2020 par Thomas Bach, lors de la 128e Session du CIO, le 02 août 2015 (Crédits - CIO / Ian Jones)
Présentation de l’Agenda 2020 par Thomas Bach, lors de la 128e Session du CIO, le 02 août 2015 (Crédits – CIO / Ian Jones)

La réforme olympique – déjà en partie perceptible dans le cadre de la procédure de sélection de la Ville Organisatrice des JO d’hiver 2022 – aura une importance majeure durant les mois de campagne des cinq Villes Candidates puis lors de la préparation des Jeux d’été 2024.

De fait, au-delà de l’engagement des cinq Villes Candidates à respecter la Charte olympique et le Contrat Ville-Hôte, la procédure de sélection intégrera plusieurs changements notables parmi lesquels :

  • Une référence à l’orientation sexuelle dans la clause sur la non-discrimination dans le document « Contrat Ville-Hôte / Principes ». Après les critiques formulées à l’encontre de la Russie lors des JO de Sotchi 2014, le CIO a souhaité rappeler son positionnement et le fait que chacun peut pratiquer une activité sportive indépendamment de sa race, de son sexe ou de son orientation sexuelle,
  • La liberté des médias de couvrir les Jeux,
  • Un amendement relatif à la conformité à la législation du travail : « La Ville, le Comité National Olympique (CNO) et le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques (COJO) prendront toutes les mesures requises pour assurer que les projets de développement et autres projets nécessaires à l’organisation des Jeux respectent la législation locale, régionale et nationale, ainsi que les accords et protocoles internationaux applicables dans le pays hôte, en matière d’urbanisme, de construction, de protection de l’environnement, de santé, de sûreté et de sécurité, de conditions de travail et de lois anti-corruption ».

Procédure

D’autres éléments issus de l’Agenda 2020 figurent d’ores et déjà dans la procédure des candidatures pour 2024, à commencer par la tenue d’un Registre des consultants. Ce Registre vient en complément des Règles de bonnes conduites applicables aux Villes Candidates et du Code d’éthique du CIO.

Mais si ces apports multiples sont de nature à rendre la procédure plus lisible et transparente vis-à-vis du public, les Villes Candidates devront aussi composer avec le « big bang » provoqué par le CIO et qui prévoit une réforme profonde des deux ans de campagne.

Deux ans qui seront marqués par le retrait de la « short-list » à mi-parcours – les cinq Villes déclarées sont donc automatiquement considérées comme Villes Candidates et non comme Villes Requérantes – mais également par la réduction du nombre de réunion de présentations des projets (9 à 3) et ce, dans un souci d’efficacité et d’économie.

Parmi les autres mesures d’économie décidées par le CIO, il est essentiel de mentionner la couverture des frais de voyage et d’hébergement des délégués présents lors des présentations devant le CIO, et la prise en charge par l’institution des coûts engendrés par les visites de la Commission d’évaluation.

Concernant les frais de services de candidature, les cinq Villes Candidates devront verser au CIO un total de 250 000 dollars chacune (219 000 euros), soit 50 000 dollars (plus de 43 800 euros) lors de la première étape, 50 000 dollars lors de la seconde étape, et enfin 150 000 dollars (plus de 131 400 euros) lors de la troisième étape. Ces frais s’élevaient jusqu’à présent à 650 000 dollars (569 500 euros).

Outre les apports de l’Agenda 2020, l’institution de Lausanne (Suisse) apportera une enveloppe conséquente de 1,7 milliard de dollars (1,49 milliard d’euros) à la Ville Hôte. Cette contribution permettra d’assurer les préparatifs d’organisation et s’intégrera au budget des Jeux.

Publicités

17 Thoughts

  1. Ils sont cinq. Un marathon de deux ans s’est élancé. De nombreux obstacles se dresseront sur leur route : un référendum, des réunions, une visite de terrain…. Qui des cinq candidats, Budapest d’Orban, Hambourg la portuaire, Los Angeles l’arrogante, Paris la ville lumière ou de Rome, l’éternelle l’emportera? Au final il n’en restera qu’une.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s