Rio 2016 : Poursuite des aménagements liés aux transports

Le grand défi de l’organisation des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro (Brésil) est et sera sans nul doute celui des transports.

La ville de 6,3 millions d’habitants – plus de 12,6 millions en comptant l’agglomération – doit en effet faire face à un trafic routier de plus en plus dense, avec des centaines de milliers de véhicules qui transitent chaque jour dans Rio. Les organisateurs des Jeux comptent donc sur l’événement pour réaliser d’importants travaux de décongestion des artères actuelles.

Ponte Estaiada Da Barra - Rio 2016

Outre la revitalisation du quartier du Port de Rio, l’un des chantiers-phares consiste à rénover ou aménager des connexions routières entre la gare routière, Terminal Alvorada, et l’Aeroporto Internacional Antônio Carlos Jobim.

Sur 39 kilomètres, plusieurs équipements d’envergure ont déjà été réalisés.

C’est notamment le cas du viaduc à haubans, Ponte Estaiada Da Barra ou encore du Mergulhao Do Campinho, carrefour routier où le percement d’un tunnel a été nécessaire afin de fluidifier le trafic des véhicules.

Deux ponts routiers – Viaduto Negrao De Lima et Viaduto De Penha – ont également été édifiés et permettent de dédoubler les artères existantes. Au moment des JO, ces infrastructures seront prioritairement utilisées par les bus et ce, dans le but de limiter l’usage des voitures individuelles.

Achevés à 85%, les travaux se poursuivent aujourd’hui autour de trois pôles principaux qui doivent eux aussi faciliter la circulation en permettant une réduction des temps de trajet.

Ainsi, les ouvriers s’activent encore sur l’embranchement Arco Estaiada, de même que sur l’imposant Ponte Estaiada Da Ilha ainsi que sur le Viaduto Do Galeao.

Selon Paulo Cavalcanti, directeur des opérations liées aux transports, « le système permettra de réduire de 60% le temps des trajets entre l’île et la zone centrale des Jeux.

De plus, en permettant à plusieurs modes de transport de circuler (train, métro…), les nouveaux aménagements constitueront un point important dans la circulation des spectateurs, des athlètes et des habitants, en assurant un déplacement sûr et efficace dans la ville« .

Illustration : Vue aérienne du Ponte Estaiada Da Barra inauguré en décembre 2013 (Crédits – Cidade Olimpica)

7 pensées

  1. À 4 mois de la Coupe de monde s’est certes un peu ‘just’ comme timing des travaux, mais niveau JO c’est très bon, déjà 85% à plus de 2 ans de l’événement, la partie la plus complexe ayant certainement déjà eu lieu… C’est très prometteur pour la ville, d’un point de vue urbain.

    En dépit des coût exorbitants, c’est toujours bien de voir que des villes veulent investir pour se moderniser et devenir plus attractive. Cela répond aux engagements pris par Rio pour son dynamisme et sa forte attractivité (touristique et professionnelle). Alors c’est ça coûtera cher (probablement plus que ce qui avait été envisagé…) mais on peut néanmoins saluer l’audace et l’initiative.

    Maintenant, il faut aussi espérer que les infrastructures seront toutes prêtes à temps.

Laisser un commentaire